Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

 Marie-Cécile Farges

Traversées/Attraversamenti est un projet qui a été porté d’octobre 2018 à juin 2019 par l’association Projection(s), promotrice d’événements culturels, que mon équipe et moi-même avons créée pour l’occasion.

Un projet entre art et patrimoine

Le projet a concerné deux villes, Bologne et Paris, à l’histoire et au patrimoine très riches et s’est accompagné, dans un premier temps, de résidences artistiques pour les artistes choisis – musiciens et photographes – et, dans un deuxième temps, d’expositions de leurs œuvres.

Continuer la lecture de Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

Enrichir les parcours historiques imaginés par les étudiants du master histoire publique dans le cadre du partenariat avec la direction de la culture de Villeneuve-Saint-Georges : tel était l’objectif des deux déplacements organisés dernièrement. Et quand les étudiants commencent à exposer leurs idées, on constate que c’est sur de bons rails. Une chasse aux trésors historiques pour les enfants dans le centre-ville, une balade sonore sur le Plateau, un festival à Triage, il s’en trame, de beaux projets.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

« Un article de Clara Dezou, Melkisedec Damdieu, Maïlys Trubert et Rémi Upravan (promotion 2019-2020) »

 Le 20 septembre dernier, a été projeté le documentaire L’Énigme polonaise à la Bibliothèque polonaise de Paris, suivi d’un commentaire-débat en présence de Georges Mink, l’occasion de revenir sur les événements qu’il décrit et sur les enjeux de sa production.

Continuer la lecture de L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

Les Passeurs d’histoire : Le master Histoire publique À Lausanne

Comment parler d’histoire au plus grand nombre ? C’est pour réfléchir à cette question qu’une centaine de personnes s’est réunie le 7 octobre dernier sous le majestueux plafond de l’Aula du Palais de Rumine à Lausanne à l’occasion du cours public “Histoire pour toutes et tous… La vulgarisation et la transmission du passé”, organisé par la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne en partenariat avec la Conférence cantonale des chefs de file d’histoire du Canton de Vaud et le quotidien 24 heures.

La formation en histoire publique a été au cœur de la discussion puisque Léonard Burnand, vice doyen de la Faculté des Lettres de l’UNIL, a présenté les avancées de l’Université de Lausanne en ce domaine. Le Master 2 histoire publique de l’UPEC a ensuite été à l’honneur : Virginie Mathé, maîtresse de conférences et co-responsable de la formation cristolienne, en a expliqué la genèse, les objectifs, le recrutement, le contenu, les partenaires professionnels et leurs méthodes, le travail de terrain et les débouchés.

Lors de la table ronde, animée par les historiens Dominique Dirlewanger et Olivier Meuwly, l’auteur de bandes dessinées Samuel Embelton, le directeur du Musée cantonnal d’archéologie et d’histoire de Lausanne Lionel Pernet, le rédacteur en chef du mensuel Passé simple Justin Favrod et le producteur d’émissions de radio Emmanuel Laurentin ont expliqué comment ils se sont faits passeurs d’histoire auprès d’un public qu’ils ont appris peu à peu à mieux connaître.

Il est possible de réécouter l’ensemble de la table-ronde sur le lien suivant :

YouTube de la Faculté des lettres

Et plus spécifiquement :

L’histoire publique, l’accès au passé pour le grand public
 Interventions de Léonard Burnand (Vice-doyen de la Faculté des lettres, UNIL) et Virginie Mathé (Université Paris-Est-Créteil).