Travaux des étudiants de M1: épisode 4

Épisode 4: Le Temps des Cerises. Un parcours de Paris durant la Commune

Cette vidéo conçue et réalisée par Solène Bouvier, Florence Ferrucio, Inès Naime, Nolwenn Peyrot, Paula Segard et Lucille Valère, étudiantes du Master 1 « Histoire et Métiers de l’Image et du Son » est un parcours de Paris durant la Commune. Elle retrace l’histoire de cette période à travers ses lieux les plus emblématiques, avec des photos, des illustrations, des cartes et ou des vidéos en les montrant avant, pendant et après la Commune, de 1871 à nos jours.

Le tout est accompagné de voix-off racontant cette histoire ainsi que de celle d’Yves Montand qui interprète Le Temps des Cerises.

Journalistes en Herbe

Le carnet de recherches du master Histoire Publique publie pour la première fois des productions exécutées par des étudiants de L1, dans le cadre d’un cours intitulé « L’histoire et la presse (XIXe-XXe siècles) » avec l’objectif de sensibiliser au(x) monde(s) de l’information celles et ceux qui ont un intérêt pour l’histoire sociale et économique, l’histoire des médias ou l’histoire politique.  La démarche ici suivie rencontre des problématiques et des manières de faire proches de l’Histoire Publique.

Le travail, à faire individuellement ou en groupe, consistait à rédiger un article de presse de 1 500 signes, sur un événement ou un débat historique.

Trois articles, sélectionnés par Viera Rebolledo-Dhuin et Pierre-Emmanuel Guigo, responsables de cet enseignement sont ici présentés. Guillaume Le Valant se fait journaliste à l’Écho de Paris pour retracer l’affaire Landru, Dilhan Demir raconte le Congrès de Tours en devenant un rédacteur de L’Humanité et Alexandre De Freitas, commente la chute du Mur de Berlin dans les pages du Canard Enchaîné.

Travaux des étudiants de M1: épisode 3

Épisode 3: Le Paris d’Haussmann

Le troisième travail collectif ici présenté a été effectué par Anne-Louise Bernot, Amina Hachemi, Salma Lahjar, Erdéné Proust, Cynthya Raviprasath et Anaïs Trellu. Ce parcours documentaire, une «vidéo-interview-promenade», consacrée au « Paris d’Haussmann » permet de redécouvrir la ville autrement : promenades commentées, prises de vue de monuments ou de lieux phares de l’œuvre d’Haussmann : voirie , immeubles, opéra Garnier, Grands Magasins, Halles Baltard et abattoirs ou parcs des Buttes Chaumont. 

Malgré les restrictions de mouvement et la difficulté à se retrouver en groupe dans Paris durant les mois de confinement, les étudiants ont réussi à se réunir pour filmer sur place , même s’ils n’ont pas pu entrer dans tous les lieux dont ils voulaient des prises de vue. Ils se sont également frottés aux difficultés de la fabrication d’une vidéo -le tournage, le montage ou le traitement des bruits intempestifs de la ville – ou à l’expérience de la prise de parole devant une caméra.

Travaux des étudiants de M1: épisode 2

Épisode 2: Napoléon après Napoléon

Le deuxième travail des étudiants de M1 ici publié est un dossier sur  la figure de Napoléon Ier, avec un accent spécifique sur sa postérité. L’équipe composée de Maëlan Carrer, Paul Digue, Sébastien Dupuis, Tristan de Nuñez,  Mathis Roure et Mayalen de Vergnette a choisi de traiter certains des enjeux majeurs de cette figure incontournable de manière sérieuse mais agréable à la lecture. Le recours à de très nombreuses cartes, des éléments iconographiques ou des encarts permet de jouer sur les   formes du discours et de se frotter aux difficultés d’une mise en page complexe, entre clarté et dynamisme.  Le dossier aborde ainsi  la biographie de l’empereur et surtout son héritage ou le travail critique qui lui est actuellement consacré.  

Pour lire l’intégralité du dossier, il suffit de le télécharger ci-dessous. Pour aller plus loin et découvrir les sources mobilisées par ses concepteurs, il suffit de télécharger le fichier: sources.

 

Travaux des étudiants de M1

À partir d’aujourd’hui et à quatre reprises, le carnet va mettre en ligne des travaux en groupe faits par les étudiants du Master 1 d’histoire de l’UPEC tous confondus. Ils ont choisi plusieurs types de formats -podcast, magazine ou vidéo-, pour présenter leurs dossiers, respectivement sur le féminisme, Napoléon, La commune de Paris ou le Paris d’Haussmann.

 


Épisode 1: Histoire publique et combats féministes.

Aujourd’hui le blog publie deux podcasts consacrés au féminisme, l’un parle du féminisme aux États-Unis et l’autre de l’historiographie du féminisme dans le monde.

Le premier podcast prend la forme d’un débat entre un éditorialiste incarné par la voix de Yoann Berlioux et  deux figures majeures du féminisme états-unien dans les années 1960-1970, Angela Davis (Nouria Tintin) et Betty Friedan (Chloé Maingault), le tout animé par une journaliste qui permet de mettre en perspective leurs interventions (Taous Joachim).

 

Le deuxième podcast se présente sous la forme d’un débat autour de l’existence du féminisme en dehors de l’Europe et des États-Unis au XXe siècle, le tout animé également par un modérateur. Camille Cochin, Cloé Brossard, Juline Clemenceau et Alexandre Laure prêtent leur voix à la discussion.

 

 

 


Promotion 20-21 d’une case aux ondes

Bande-dessinée : illustrations de Laura Bensoussan et légendes d’Aliénor Gandanger 

Texte: Benjamin Vavon

Quelques cases de bande-dessinée pour rendre compte d’une année de Master 2 Histoire Publique à l’UPEC. Voici le pari tenu par Laura Bensoussan, accompagnée d’un texte de Benjamin Vavon qui revient sur l’atelier radiophonique particulièrement apprécié des étudiantes et des étudiants.

Continuer la lecture de Promotion 20-21 d’une case aux ondes

Rivenzi, un passeur d’histoire sur Twitch

Cloé Brossard

Depuis le milieu des années 2010, de plus en plus de chaînes de vulgarisation historique s’installent sur YouTube et d’autres plateformes comme Twitch.  Théo « Rivenzi » Reunbot est l’un des animateurs les plus actifs de ce type de divulgation de l’Histoire sur Internet.  C’est son travail que nous voulons présenter ici.

Continuer la lecture de Rivenzi, un passeur d’histoire sur Twitch

Les inscriptions au Master sont ouvertes

La première session d’inscriptions pour le master Histoire Publique de l’UPEC est ouverte pour l’année 2021-2022. depuis le 12 avril. Elle fermera le 8 juillet.

Pour tout savoir sur la procédure d’inscription: https://candidatures.u-pec.fr/ecandidat/#!accueilView

Ce qui fait la différence dans les dossiers de candidature ? Un bon parcours en histoire jusqu’en L3 ou en  M1  et une  lettre de motivation bien rédigée et convaincante.

N’hésitez pas à vous renseigner sur la page web du master : https://www.u-pec.fr/fr/formation/master-histoire-parcours-histoire-publique

Mais aussi les réseaux sociaux :

sur Facebook: page Facebook Master Histoire publique UPEC

sur Twitter:  masterhistoirepublique@masterHPublique

À vos plus belles plumes pour rédiger votre lettre de motivation.

Contacts: Sébastien Malaprade (sebastien.malaprade@u-pec.fr) et Marie-Karine Schaub (schaub@u-pec.fr)

Lorsque la radio laisse la parole à une marraine de guerre…

Aliénor Gandanger

Comment convertir un mémoire en entretien radiophonique ? La recette de base est simple au départ… Continuer à aimer son sujet de mémoire après deux ans de recherche. Avoir envie de le partager auprès des proches sans envoyer un document au format PDF qui peut rebuter les amoureux du papier. Enfin, en discuter avec Baptiste Martin et se laisser guider par ses connaissances techniques.

Tous ces ingrédients étaient au rendez-vous. Et surtout, Baptiste comme moi, avions envie de sortir de notre tour. Qu’est-ce qui est le plus intéressant dans un exercice radiophonique comme celui que nous avons créé sans trop de hics ? « C’est l’alliance entre connaissance et imaginaire » dira le producteur de radio en herbes. « Utiliser la technique sonore, n’est-ce pas Aliénor, pour faire voyager auditeurs et auditrices et transmettre l’histoire à travers ton mémoire. »

Mais que raconte ce mémoire ? Sans tout révéler, nous pouvons au moins donner son titre : Yvonne Fleury et ses filleuls de guerre, Relation entre civile et soldats de mai 1915 à janvier 1921. Le contexte de la Première Guerre mondiale fait apparaître des solidarités inédites. Des personnes de cœur, très vite qualifiées de marraines, vont réconforter des soldats par des envois de lettres et/ou de colis… Yvonne Fleury et ses filleuls de guerre, c’est l’histoire d’une expérience humaine, de relations à distance, d’échanges, de rencontres, de déceptions, de surprises, etc. À travers les sources que nous lègue Yvonne Fleury, la petite histoire généreuse entre dans la grande.

Excitante et un peu impressionnante, l’expérience a été vraiment intéressante. Casque sur les oreilles et grand micro devant la bouche, il fallait savoir quoi raconter au moment des questions. Et oui ! je n’étais plus devant mon écran à réfléchir à une formule bien pensée et originale pour la rédaction d’un paragraphe. Avec une bonne préparation en amont, la conversation paraît spontanée et fluide. Mon parti pris a été de ne rien rédiger, prenant le risque d’un manque de précisions mais m’obligeant à aller à l’essentiel. Baptiste a su très bien me guider et passer en revue les points essentiels de mes travaux de recherche, sans tout dévoiler pour une suite future…

Pour écouter l’émission sur la radio CAUSE COMMUNE :

Gisèle Halimi, une vie et des combats en trois épisodes radiophoniques

Luc Daireaux, enseignant d’Histoire-Géographie au collège Sévigné à Paris et animateur de l’émission radiophonique Chemins d’histoire présente le travail qu’il a réalisé autour du parcours de Gisèle Halimi avec les étudiants du master à l’automne et l’hiver 2020.

Dans le cadre d’un atelier radiophonique semestriel, « Histoire sans frontière », les étudiants du master Histoire publique ont confectionné une série radiophonique consacrée au parcours et à l’œuvre de Gisèle Halimi (1927-2020). 

Continuer la lecture de Gisèle Halimi, une vie et des combats en trois épisodes radiophoniques

Un maître de l’image spectaculaire, des soldats de 1870 et des canoés

Valoriser l’histoire et le patrimoine de Bry-sur-Marne : tel est l’objectif du Master 2 Histoire publique ce semestre dans le cadre de l’UE Pratiques du projet.

Située dans les boucles de la Marne, à flanc de coteau, cette commune d’aujourd’hui près de 17000 habitants fut jusqu’au milieu du XIXe siècle un petit bourg entouré de champs et de prés, de vignes et de bois, avant de devenir aussi un lieu de villégiature apprécié des Parisiens. Si le développement urbain s’est accéléré depuis les années 1950, la ville a su conserver un patrimoine qui mérite qu’on s’y arrête.

En partenariat avec l’équipe municipale et Vincent Roblin, responsable du Musée Adrien Mentienne, accompagnés par le Comité Départemental du Tourisme du Val-de-Marne, trois éléments de l’histoire de Bry ont été choisis : l’ultime diorama de Daguerre, la terrible bataille de novembre-décembre 1870, la douceur des bords de Marne. Aux étudiants d’imaginer d’ici janvier 2021 des projets de valorisation et de médiation à destination des habitants et des curieux. Tout au long de ce processus, ils peuvent bénéficier de l’expertise du muséographe-scénographe Michel Kouklia.

Continuer la lecture de Un maître de l’image spectaculaire, des soldats de 1870 et des canoés

World War Two: la guerre en temps réel

Valentin Jendrysiak

26 Septembre: la « république d’Užice », en Yougoslavie, est libérée par les partisans de Tito et devient le premier territoire libéré de l’occupation nazie en Europe. Leningrad, bien que toujours encerclée, ne semble pas prête de tomber aux mains de la Wermacht. Plus au Sud, l’armée soviétique vient de perdre plus de 450 000 hommes lors de l’encerclement de Kiev. Nous sommes en 1941… Ou plutôt, nous sommes en 2020, face à un nouvel épisode de la série World War Two.

Continuer la lecture de World War Two: la guerre en temps réel

Le Master Histoire Publique au MAN

Avant que le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye ne referme ses portes jusqu’en décembre en raison de l’épidémie de Covid, les étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC ont pu visiter l’exposition: « d’Alésia à Rome: l’aventure archéologique de Napoléon III ».

Organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Musée d’Archéologie nationale, l’exposition montre les enjeux politiques des fouilles entreprises sous le règne de Napoléon III.  Dans un contexte général d’appropriation des patrimoines archéologiques par des États en quête d’outils pour élaborer et illustrer des  identités nationales, l’empereur français a déployé de considérables moyens pour insérer ses pas dans ceux de Jules César et  incarner le Second Empire.

Grâce à la réunion d’un considérable corpus de documents et d’objets , -ouvrages de Napoléon III, cartes, tableaux, photographies, statues, armes- ici réunis, l’exposition permet de retracer une aventure qui mène de Jules César à Napoléon III et a mobilisé alors des enseignants, des archivistes, des photographes ou encore des hommes d’Église autour de la passion de l’empereur pour l’archéologie et d’une réécriture de l’Histoire.

Un grand merci à  Anne-Lise Blanchet, conférencière ce jour-là pour les étudiants de l’UPEC.

Carnet du master histoire publique de l'université de Paris-Est Créteil

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search