À vos lettres de motivation !

La première session de candidature pour les masters histoire de l’UPEC ouvre aujourd’hui, lundi 15 avril.

Elle fermera le 1er juillet.

Le département d’histoire propose trois mentions :

histoire européenne comparée : formation à la recherche par la recherche

histoire et médias : conservation, documentation et valorisation de l’image et du son 

– histoire publique : plus d’informations dans les onglets ci-dessus.

Pour tout savoir sur la procédure :

http://lettres-sh.u-pec.fr/faculte/actualites/candidatures-2019-2020-891954.kjsp?RH=LSH

Ce qui fait la différence dans les dossiers de candidature ? Un bon parcours en histoire jusqu’au M1 minimum et une vraie lettre de motivation.

Et toujours le Master histoire publique sur les réseaux sociaux :

sur Facebook

sur Twitter

Contact : virginie.mathe@u-pec.fr

LA TRUELLE ET LA CAMÉRA : FILMER LA FOUILLE ARCHÉOLOGIQUE

Le Master Histoire Publique organise sa journée d’études le vendredi 1er février à l’Université Paris Est Créteil, avec le soutien du CRHEC et d’HICSA. En avant-goût, 3 films d’archéologie seront projetés le jeudi 31 janvier.

La journée d’études La Truelle et la Caméra : filmer la fouille archéologique invite à réfléchir sur la manière dont l’archéologie est présentée, dans les reportages et les documentaires, aux spectateurs qui ne sont pas, dans l’immense majorité, des spécialistes de la discipline. Parmi ces films très divers, un certain nombre s’attache pour tout ou partie à capter le travail des archéologues sur les chantiers de fouilles programmées et préventives. Or, les archéologues, les réalisateurs et les producteurs n’ont pas les mêmes contraintes et n’ont pas tous les mêmes ambitions pour le tournage : ce sont ces divergences, mais aussi les nombreuses coopérations, qu’il nous semble intéressant d’aborder en réunissant les uns et les autres lors de deux tables rondes. Après un panorama des objets filmiques et cinématographiques actuels, la session du matin consistera en un échange autour des questions des formats et des publics, des gestes et des temporalités de la fouille et du tournage. La session de l’après-midi sera consacrée au court-métrage Archeologia que le réalisateur polonais d’AndrzejBrzozowski tourna en 1967 sur le site d’Auschwitz II Birkenau en faisant appel aux archéologues de l’Institut d’histoire de la culture matérielle (Instytut historii kultury materialnej).

Une projection de trois films d’archéologie est organisée la veille de cette journée, le jeudi 31 janvier de 16 à 19 h, à la bibliothèque universitaire :

L’énigme de la tombe celte d’Alexis de Favitski (90’)

– Tombeau pour l’URSS de Jean-Paul Fargier (52’)

Reims, la Romaine de Jean-Paul Fargier (26’).

Programme de la journée du 1er février

9h-9h15 : Mot d’accueil (Claire Sotinel, directrice du Centre de Recherches en Histoire Européenne Comparée)

9h15-9h30 : Introduction (Virginie Mathé, historienne, UPEC)

9h30-10h : Panorama des films d’archéologie : l’œil du sélectionneur (Adrien Berthou, festival Icronos, Bordeaux)

Table ronde 1 : Choix et contraintes des réalisateurs, des archéologues et des producteurs.

modérateur : Jérôme Bazin (historien, UPEC)

intervenants : Nadia Cleitman (rédactrice en chef et réalisatrice de films, TSVP Productions), Jean-Paul Fargier (réalisateur, Zadig productions), Filipe Ferreira (archéologue, IRAA), François Gentili (archéologue, Inrap), Edmée Millot (productrice et auteur, Eleazar) et Guadalupe Villambrosa (conceptrice et productrice de projets numériques et multimédia).

            10h-11h : thème 1 – Quelle forme de film pour quel sujet et pour quel public ?

Pause

            11h-12h : thème 2 – Que montrer des actions de la fouille ?

            12h-13h : thème 3 – Temps du chantier, temps du tournage, temps du film

Table-ronde 2 : Autour d’Archeologia de Brzozowski (1967)

modératrice : Ania Szczepanska (historienne du cinéma, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

intervenants : Tal Bruttman (historien), Boris Valentin (archéologue, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

14h30-14h45 : projection du film 

14h45-16h30 : échanges

16h30-17h : Conclusions

L’exposition « Mon archive du féminisme » à Créteil

L’exposition « Mon archive du féminisme » réalisée par Claire Judais (promotion 2017-2018) dans le cadre de son stage sous la direction de Christine Bard et de Bénédicte Grailles à l’Université d’Angers (laboratoire TEMOS), arrive à la Bibliothèque Universitaire de l’UPEC.

L’inauguration, ouverte à tous, aura lieu le jeudi 8 novembre de 17h30 à 19h. Au programme, présentation du Master 2 Histoire publique et visite de l’exposition par Monique Dental, fondatrice du Collectif de pratiques et de réflexions féministes « Ruptures ».


Projet « Histoires de vies, de vignes et de vins » – 1er déplacement à Sancerre !

Répondre collectivement à une commande d’une institution ou d’une entreprise : c’est l’objectif de l’UE 3 du M2 Histoire publique « Ouverture sur l’entreprise ». Cette année, c’est la Maison des Sancerre qui a proposé un sujet aux 11 étudiants de la nouvelle promotion. Leur mission d’ici janvier : imaginer, pour et avec les viticulteurs et les vignerons, des manières de parler et de faire parler de l’histoire viticole sancerroise, de l’AOC, des savoir-faire dans les vignes et les chais et de l’évolution des façons de produire et de vivre.

Continuer la lecture de Projet « Histoires de vies, de vignes et de vins » – 1er déplacement à Sancerre !

4e rentrée pour le Master 2 histoire publique !

Alors que les soutenances des mémoires de stage se terminent pour les étudiants de 2017-2018, la nouvelle promotion vient de rejoindre Créteil. Ces huit femmes et trois hommes ont été formés à l’UPEC, mais aussi à Bordeaux, à Toulouse, à Grenoble, à Lyon, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Au programme cette année :

– les cours des enseignants-chercheurs de l’UPEC sur l’histoire de la divulgation de l’histoire de l’Antiquité à nos jours, en France, en Europe et de l’autre côté de l’Atlantique

– les interventions de plus de 25 professionnels de l’histoire publique, qui présenteront leur travail dans les musées, les archives, la presse magazine, les entreprises, les collectivités territoriales, les associations et proposeront aux étudiants des exercices pratiques

– 3 ateliers sur l’écriture d’articles de différents formats, l’utilisation du web et le montage vidéo

– 1 projet collectif « Histoire(s) de vies, de vignes et de vins » avec la Maison des Sancerre et Michel Kouklia de la société Ubiscène

– 3 voyages d’études : 2 jours aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois, 1 journée à la Maison de l’histoire européenne à Bruxelles et 1 semaine en Pologne, à Wroclaw !

Un festival pour découvrir l’histoire des révolutions de 1848

Les 21, 22 et 23 septembre à Paris (10e), La Boîte à Histoire, collectif de jeunes historiens issus de la promotion 2016-2017 du Master 2 HIstoire publique, organise “Secousse #1 : 1848 ! Des peuples en révolution” un festival d’histoire gratuit sur le thème des révolutions de 1848.

 

Pour la première édition de son festival Secousse, l’association La Boîte à Histoire a choisi d’aborder la vague révolutionnaire qui a secoué le monde il y a 170 ans. Pendant 3 jours, dans 2 lieux (au café-agora “La Colonie” et à la Médiathèque Françoise Sagan, Paris 10) une douzaine d’activités ludiques, participatives et pédagogiques seront proposées aux festivaliers.

 

Continuer la lecture de Un festival pour découvrir l’histoire des révolutions de 1848

L’enseignement de l’histoire au Brésil depuis les années 1970 et l’exemple d’un manuel d’histoire du secondaire

Au Brésil, comme dans d’autres pays, l’écriture de l’histoire « nationale » préoccupe l’État, les groupes de pression et les chercheurs. Pour Christian Laville, on « semble continuer à accorder à l’histoire une grande importance pour constituer les représentations politiques et sociales des citoyens, leur mémoire historique, leurs identités[1] ». La prise de conscience par les enseignants de l’utilisation de l’histoire au profit de différents enjeux politico-idéologiques a eu lieu au Brésil dans les années soixante-dix. C’est ce que montrent les recherches de Lana Mara de Castro Siman[2], professeure à l’université fédérale du Minas Gerais.

Continuer la lecture de L’enseignement de l’histoire au Brésil depuis les années 1970 et l’exemple d’un manuel d’histoire du secondaire

Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Le jeudi 5 octobre 2017, une table ronde sur « L’histoire de l’Antiquité et l’histoire du Moyen Âge dans les manuels du secondaire » était proposée aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois par la Société des Professeurs d’Histoire ancienne de l’Enseignement Supérieur Public. Cet outil pédagogique permet d’accompagner les enseignements primaires et secondaires selon les programmes scolaires émis par le gouvernement. Les règles éditoriales sont, quant à elles, libres.
Le manuel scolaire est-il créé en consultant, au préalable, la jeune cible qu’il vise ?

Continuer la lecture de Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Candidatez !

Candidats, préparez vos CV, vos dossiers et surtout vos lettres de motivation ! 

Lecteurs du carnet, n’hésitez pas à diffuser l’information !

La campagne de candidatures pour les Master d’Histoire de l’UPEC a ouvert.

Trois parcours sont proposés :

Histoire européenne comparée (M1 & M2) — Une formation à la recherche par la recherche.

Histoire & Médias : conservation, documentation et valorisation de l’image et du son (M2) — Depuis plus de 10 ans, ce M2 professionnalisant forme, en partenariat avec les Archives Départementales du Val-de-Marne et l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense, à la lecture des documents audiovisuels et iconographiques, à la critique documentaire et à la contextualisation. Elle donne accès à des métiers qui concernent la collecte et la conservation, la médiation, la valorisation et la communication de l’image fixe et animée et des documents sonores.

– et Histoire publique (M2), que vous connaissez bien.

Plus d’informations en suivant les liens ci-dessus, dans les plaquettes ci-dessous et sur les réseaux sociaux :

Master_Histoire_medias_maj2017_Depliant_web

FB Master histoire et Médias

Twitter Master Histoire et Médias

 

Flyer-Master-Histoire-Publique

FB Master Histoire publique

Twitter Master Histoire publique.

 

 

 

Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Et si vous candidatiez pour une école d’été autour de l’histoire publique organisée à Wroclaw dans quelques mois ?

Plus de précisions ci-dessous ou dans la pièce jointe !

Callforpapers.PublicHistorySummerSchool.UniversityofWroclaw

The Historical Institute of the University of Wroclaw (Poland), the International Federation for Public History and Zajezdnia History Centre invites students and PhD candidates to participate in Public History Summer School to be held in Wroclaw, 2-5 July 2018.

Continuer la lecture de Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Pour la seconde année consécutive, l’université d’Angers organise au mois de mars le « mois du genre ». Lancé par des enseignants-chercheurs de l’université d’Angers et porté par le programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes) ainsi que par la mission égalité de l’université, c’est un mois entier qui est consacré à la thématique du genre à travers différents supports et au prisme de plusieurs disciplines. Théâtre, danse, conférences, colloques ou encore expositions viennent rythmer le mois de mars. Après s’être intéressée à l’antiféminisme et au masculinisme l’année passée, la thématique fédératrice de l’édition 2018 est le féminisme.

Continuer la lecture de Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Trieste, Trst, Triest, est comme le jeu des poupées russes. Il suffit d’ouvrir la première pour comprendre qu’il faut aller jusqu’au bout. Le regard du voyageur est frappé par la contradiction entre sa vision d’une ville qui ne semble pas « italienne » dans son ensemble architectural et la presque obsédante évocation de son « italianité » dans sa toponymie aussi bien que dans ses monuments.

Continuer la lecture de Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Vendredi 26 octobre 2017, la promotion du Master Histoire publique est invitée à assister à l’émission radiophonique matinale  La Fabrique de l’Histoire produite et animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture. Le sujet de cette matinale : « Les filles rebelles au XXème siècle », en compagnie de Véronique Blanchard et David Niget, auteurs de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles paru en 2016 chez Textuel. Retour sur l’histoire d’une émission qui s’inscrit dans le domaine de l’histoire publique.

Continuer la lecture de Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

Continuer la lecture de Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

L’école des loisirs, la maison d’édition jeunesse, se lance en 2017 dans un nouveau projet : les grandes images de l’histoire. La collection repose sur deux principes. Mettre l’histoire à la portée des enfants grâce au niveau du langage et aux illustrations, tout en apportant une connaissance exacte des évènements. Cela est rendu possible grâce à la collaboration d’historiens spécialisés dans les époques étudiées avec des dessinateurs jeunesse.

Continuer la lecture de Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

Carnet du master histoire publique de l'université de Paris-Est Créteil