Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Le jeudi 5 octobre 2017, une table ronde sur « L’histoire de l’Antiquité et l’histoire du Moyen Âge dans les manuels du secondaire » était proposée aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois par la Société des Professeurs d’Histoire ancienne de l’Enseignement Supérieur Public. Cet outil pédagogique permet d’accompagner les enseignements primaires et secondaires selon les programmes scolaires émis par le gouvernement. Les règles éditoriales sont, quant à elles, libres.
Le manuel scolaire est-il créé en consultant, au préalable, la jeune cible qu’il vise ?

Continuer la lecture de Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Candidatez !

Candidats, préparez vos CV, vos dossiers et surtout vos lettres de motivation ! 

Lecteurs du carnet, n’hésitez pas à diffuser l’information !

La campagne de candidatures pour les Master d’Histoire de l’UPEC a ouvert.

Trois parcours sont proposés :

Histoire européenne comparée (M1 & M2) — Une formation à la recherche par la recherche.

Histoire & Médias : conservation, documentation et valorisation de l’image et du son (M2) — Depuis plus de 10 ans, ce M2 professionnalisant forme, en partenariat avec les Archives Départementales du Val-de-Marne et l’Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense, à la lecture des documents audiovisuels et iconographiques, à la critique documentaire et à la contextualisation. Elle donne accès à des métiers qui concernent la collecte et la conservation, la médiation, la valorisation et la communication de l’image fixe et animée et des documents sonores.

– et Histoire publique (M2), que vous connaissez bien.

Plus d’informations en suivant les liens ci-dessus, dans les plaquettes ci-dessous et sur les réseaux sociaux :

Master_Histoire_medias_maj2017_Depliant_web

FB Master histoire et Médias

Twitter Master Histoire et Médias

 

Flyer-Master-Histoire-Publique

FB Master Histoire publique

Twitter Master Histoire publique.

 

 

 

Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Et si vous candidatiez pour une école d’été autour de l’histoire publique organisée à Wroclaw dans quelques mois ?

Plus de précisions ci-dessous ou dans la pièce jointe !

Callforpapers.PublicHistorySummerSchool.UniversityofWroclaw

The Historical Institute of the University of Wroclaw (Poland), the International Federation for Public History and Zajezdnia History Centre invites students and PhD candidates to participate in Public History Summer School to be held in Wroclaw, 2-5 July 2018.

Continuer la lecture de Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Pour la seconde année consécutive, l’université d’Angers organise au mois de mars le « mois du genre ». Lancé par des enseignants-chercheurs de l’université d’Angers et porté par le programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes) ainsi que par la mission égalité de l’université, c’est un mois entier qui est consacré à la thématique du genre à travers différents supports et au prisme de plusieurs disciplines. Théâtre, danse, conférences, colloques ou encore expositions viennent rythmer le mois de mars. Après s’être intéressée à l’antiféminisme et au masculinisme l’année passée, la thématique fédératrice de l’édition 2018 est le féminisme.

Continuer la lecture de Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Trieste, Trst, Triest, est comme le jeu des poupées russes. Il suffit d’ouvrir la première pour comprendre qu’il faut aller jusqu’au bout. Le regard du voyageur est frappé par la contradiction entre sa vision d’une ville qui ne semble pas « italienne » dans son ensemble architectural et la presque obsédante évocation de son « italianité » dans sa toponymie aussi bien que dans ses monuments.

Continuer la lecture de Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Vendredi 26 octobre 2017, la promotion du Master Histoire publique est invitée à assister à l’émission radiophonique matinale  La Fabrique de l’Histoire produite et animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture. Le sujet de cette matinale : « Les filles rebelles au XXème siècle », en compagnie de Véronique Blanchard et David Niget, auteurs de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles paru en 2016 chez Textuel. Retour sur l’histoire d’une émission qui s’inscrit dans le domaine de l’histoire publique.

Continuer la lecture de Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

Continuer la lecture de Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

L’école des loisirs, la maison d’édition jeunesse, se lance en 2017 dans un nouveau projet : les grandes images de l’histoire. La collection repose sur deux principes. Mettre l’histoire à la portée des enfants grâce au niveau du langage et aux illustrations, tout en apportant une connaissance exacte des évènements. Cela est rendu possible grâce à la collaboration d’historiens spécialisés dans les époques étudiées avec des dessinateurs jeunesse.

Continuer la lecture de Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Qui pourrait croire que des fragments intacts de l’idéologie fasciste persistent au sein même d’une ville italienne ? Trieste est pourtant de celles-ci. Au milieu de tous ses conflits mémoriels, l’un d’eux semble plus singulier que les autres. Le Risorgimento est bel et bien resté dans les mémoires : c’est la « renaissance », la réunification du Royaume d’Italie contre l’empire d’Autriche. En partant de cette idée, le symbole peut naître. Et cela va sans dire : le politique aime les symboles.

Continuer la lecture de Ce musée fasciste au milieu de Trieste

« Et pendant ce temps Simone Veille! » : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

    Dans la petite salle du théâtre La Comédie Bastille, se joue quatre soirs par semaine une comédie pour le moins atypique sur l’histoire des droits des femmes. “Et pendant ce temps Simone Veille”, fait salle comble presque tous les soirs et a déjà attiré plus de 30 000 spectateurs, si bien que le spectacle se joue désormais dans deux théâtres parisiens. Cet engouement s’explique par le format et le ton choisi par la metteuse en scène Trinidad, un ton qui se veut léger et humoristique, proche du théâtre de boulevard pour parler de l’évolution de la condition féminine des années 50 à nos jours. Ce spectacle a un but pédagogique, elle le définit comme un “devoir de mémoire” et souhaite par ce biais montrer et transmettre à quel point les acquis des femmes sont récents, fragiles et acquis de haute lutte. Le spectateur est ainsi invité à voyager de génération en génération avec trois lignées de femmes, représentatives de leur époque et de leur classe sociale. Tout le long du spectacle, un personnage extérieur nommé Simone intervient et s’adresse directement au public pour rappeler et expliquer les droits, les événements et les dates importantes de l’histoire des droits des femmes.

 

    La première scène emmène le spectateur dans les années 50 où trois femmes discutent dans un  jardin public. Toutes trois femmes au foyer, mais issues de classes sociales différentes leurs préoccupations et leurs aspirations demeurent aux antipodes. Par exemple, pour Marcelle et Giovanna, les personnages de l’ouvrière et de la petite bourgeoise, la place et le rôle de la femme consiste à s’occuper du foyer et des enfants. Lorsque France, celle qui incarne la classe bourgeoise, leur parle partage des tâches domestiques, accès à une profession sans l’autorisation du mari, divorce, avortement, intérêt pour la politique et qu’elle brandit sous leur yeux Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, ses interlocutrices ne se sentent pas du tout concernées par toutes ces questions. Ce spectacle montre avec justesse le clivage qu’il pouvait y avoir entre les classes sociales sur les questions d’émancipation des femmes, et sur la constitution d’un féminisme quasi exclusivement bourgeois.

La seconde scène se passe dans les années 70, moment clé dans l’histoire du féminisme avec les grandes luttes du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) pour le libre accès à la contraception et l’avortement. Enfin les deux dernière scènes représentent les années 1990 et 2000, les femmes accèdent lentement à des postes à responsabilités, elles sont “émancipées” mais ces années sont l’occasion de parler des diktats de l’apparence imposés aux femmes et de la question du voile qui fait polémique.

Le spectacle se clôt en musique, sur un bel hommage à Simone Veil, accompagné d’images illustrant son parcours et de son discours à l’Assemblée Nationale en 1974 où elle défend la proposition de loi relative à l’IVG.

Continuer la lecture de « Et pendant ce temps Simone Veille! » : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)

L’année cinématographique 2006 a été marquée par la diffusion d’un saisissant film de Ken Loach dédié aux turbulentes années de la lutte d’indépendance irlandaise (1919-1921). Son film « Le vent se lève » (The wind that shakes the barley) a proposé une lecture des années du conflit anglo-irlandais selon une optique, chère au réalisateur, qui met l’accent sur les enjeux politiques, voire de classe, de la lutte indépendantiste et de la guerre civile.Célébration pour le centenaire de l'Insurrection de Pâques à Dublin en 2016

Continuer la lecture de Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)

L’histoire publique peut-elle être critique ? Journée d’études du Master 2 Histoire publique

Le Master 2 Histoire publique organise sa journée d’études le lundi 29 janvier 2018, à l’Université Paris-Est Créteil (salle des thèses).

Après nous être demandé l’an dernier si l’histoire faisait vendre, nous interrogerons cette année la dimension politique d’une histoire destinée à un large public. Nous voulons nous demander si et comment des formes de discours critiques sont possibles pour l’histoire extra-universitaire. Dans quelles conditions s’élaborent ces savoirs historiques ?  Quelles contraintes pèse-t-il sur eux ? Quelles possibilités ouvrent-ils ? Poser ces questions pour l’histoire publique est aussi une façon de réouvrir celle, récurrente et toujours féconde, de la portée critique de l’écriture historienne en général.

Le programme à télécharger : Programme-JE-Histoire-publique-critique

Le programme en ligne …

Continuer la lecture de L’histoire publique peut-elle être critique ? Journée d’études du Master 2 Histoire publique

Le Master 2 Histoire Publique vous souhaite une belle année 2018 !

Depuis le début de l’automne, la promotion 2017-2018 a suivi les cours des enseignants-chercheurs de l’UPEC et de nombreux professionnels de l’histoire publique (édition, presse, médias audio-visuels, numérique, musées, entreprises, …). Plusieurs voyages d’étude ont été organisés : à Blois pour les Rendez-vous de l’Histoire, à Trieste pour découvrir les enjeux de la transmission de l’histoire de cette ville, à Bruxelles pour visiter la Maison de l’histoire européenne. Les étudiants ont aussi élaboré des projets de médiation pour le magazine L’Histoire, l’École française de Rome et la Tuilerie de Bomplein à Couzon (Allier). Ils vont partir en stage dans quelques jours.

Bientôt en ligne, les travaux des étudiants !

Benjamin Brillaud (Nota Bene) met un pied dans le domaine littéraire avec « Les pires batailles de l’Histoire »,

Après  avoir conquis Youtube, Benjamin Brillaud (alias Nota Bene) s’attaque au domaine littéraire avec son livre Les pires batailles de l’Histoire.

Et pas avec n’importe quelles armes puisqu’il publie son ouvrage aux éditions Robert Laffont. En réutilisant la formule qu’il a testée sur sa chaîne, à savoir celle de la carotte (utiliser un fait atypique pour piquer l’attention du lecteur), Nota Bene nous livre un exemple de vulgarisation historique. L’ouvrage est facile à lire, instructif et original. Celui-ci nous propose d’étudier quinze batailles particulièrement catastrophiques, en parcourant chronologiquement l’histoire, de la bataille de Marathon à celle de la Baie des cochons. Si ces batailles sont « les pires », c’est avant tout parce que leur vainqueur n’est pas celui qui était attendu. Celui-ci ayant été aidé par une ou plusieurs catastrophes arrivées au moment opportun et qui parfois s’enchaînent (comme par exemple une tempête qui détruit l’invincible armada espagnole et sauve le royaume d’Angleterre d’une invasion). L’auteur fait ici le choix d’un top 15 des batailles qui ne se sont absolument pas déroulées comme prévu. Un choix probablement justifié par le côté décalé qui joue ici le rôle de carotte. Ce n’est pas un hasard si une aussi grande maison d’édition le publie. Comme Benjamin Brillaud l’a lui-même dit lors de la table ronde « L’Histoire fait-elle vendre ? », organisée par le CRHEC à l’UPEC le 19 novembre 2016, il doit ce livre à sa popularité. Robert Laffont ne prend pas un gros risque à le publier, car la chaîne Youtube Nota Bene compte 400 000 abonnés. Cet ouvrage, comme la chaîne Youtube, présente l’Histoire d’une autre manière que ne le fait le milieu académique.

Pour aérer son discours, l’auteur a recours à deux astuces. Il y incruste des illustrations, inspirées du sujet, dont l’auteur est Arcady Picardi, ainsi que des parties de fiction. Ces dernières sont placées de manière chronologique dans le chapitre. Ces parties fictionnelles sont en italique, ce qui permet de bien les différencier du reste du discours. On trouve même des notes de bas de page qui indiquent au lecteur si les personnages ont réellement existé. Si c’est le cas, Benjamin Brillaud les présente ; sinon, il dévoile les raisons qui l’ont amené à choisir tel ou tel nom, toujours en rapport avec la bataille en elle-même. Ces techniques permettent d’offrir au lecteur un moment de détente qui l’aide à reprendre ensuite plus attentivement sa lecture. En d’autres termes, c’est une sorte de micro-sieste de l’attention. Au milieu de tous ces faits, de ces dates et de ces noms, l’ouvrage propose au lecteur une pause où il se laisse porter non plus par sa réflexion, mais par ses sentiments.

Benjamin Brillaud a décidé de traiter le thème de l’armée, en étudiant les pires batailles historiques. La situation géographique des batailles est également très diverse, tous les continents sont représentés. L’auteur explique ses choix dans son introduction. Dans ce livre, le lecteur trouvera du drame, de l’inattendu et du spectaculaire, présentés de manière originale. Chaque bataille est écrite dans un discours au ton relativement léger. C’est, pour lui, important, car « la forme est aussi importante que le fond pour transmettre efficacement un savoir et stimuler la curiosité » (p. 19). Mais les faits n’en sont pas pour autant moins bien présentés. Benjamin Brillaud ne se contente pas de simples explications tactiques. Avant de décortiquer la bataille en elle-même, Benjamin Brillaud prend le temps d’exposer comment la situation a empiré jusqu’à cette bataille. Il raconte les origines du conflit, présente les pays belligérants, les chefs militaires dirigeant les troupes et explique pourquoi ceux-ci sont à la tête des opérations. Puis il présente les conséquences des batailles pour les vainqueurs et pour les vaincus. Une manière assez traditionnelle de présenter un fait historique.

À chaque fin de chapitre, on trouve une rubrique appelée « Pendant ce temps-là dans le monde ». Comme son nom l’indique, elle relate en une à deux pages ce qui se passe dans d’autres points du globe à la même époque. Le but est de satisfaire la curiosité du lecteur ou de la susciter, comme Benjamin Brillaud l’explique dans son introduction. Elle permet également de replacer la bataille que nous venons d’étudier dans un contexte plus général. Le lecteur est donc incité à prendre du recul pour mieux juger les événements qu’on vient de lui décrire, ce qui se rapproche de la démarche de l’historien académique.

On notera également, à la fin du livre, un chapitre intitulé « Pour aller plus loin ». Cette partie propose, pour chaque chapitre, une sélection d’ouvrages qui permettent d’approfondir ses connaissances sur le sujet. Une bonne initiative, car celle-ci incite le lecteur à repousser les limites de son savoir et le guide dans une bibliographie souvent foisonnante et mal connue de la plupart des non-initiés.

Une lecture facile et distrayante, qui a en plus le mérite d’être instructive.

Benjamin Brillaud, Nota Bene : Les pires batailles de l’Histoire, Paris, Robert Laffont, 2016.

Guillaume Parisis

Carnet du master histoire publique de l'université de Paris-Est Créteil