Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

Continuer la lecture de Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

L’école des loisirs, la maison d’édition jeunesse, se lance en 2017 dans un nouveau projet : les grandes images de l’histoire. La collection repose sur deux principes. Mettre l’histoire à la portée des enfants grâce au niveau du langage et aux illustrations, tout en apportant une connaissance exacte des évènements. Cela est rendu possible grâce à la collaboration d’historiens spécialisés dans les époques étudiées avec des dessinateurs jeunesse.

Continuer la lecture de Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Qui pourrait croire que des fragments intacts de l’idéologie fasciste persistent au sein même d’une ville italienne ? Trieste est pourtant de celles-ci. Au milieu de tous ses conflits mémoriels, l’un d’eux semble plus singulier que les autres. Le Risorgimento est bel et bien resté dans les mémoires : c’est la « renaissance », la réunification du Royaume d’Italie contre l’empire d’Autriche. En partant de cette idée, le symbole peut naître. Et cela va sans dire : le politique aime les symboles.

Continuer la lecture de Ce musée fasciste au milieu de Trieste

« Et pendant ce temps Simone Veille! » : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

    Dans la petite salle du théâtre La Comédie Bastille, se joue quatre soirs par semaine une comédie pour le moins atypique sur l’histoire des droits des femmes. “Et pendant ce temps Simone Veille”, fait salle comble presque tous les soirs et a déjà attiré plus de 30 000 spectateurs, si bien que le spectacle se joue désormais dans deux théâtres parisiens. Cet engouement s’explique par le format et le ton choisi par la metteuse en scène Trinidad, un ton qui se veut léger et humoristique, proche du théâtre de boulevard pour parler de l’évolution de la condition féminine des années 50 à nos jours. Ce spectacle a un but pédagogique, elle le définit comme un “devoir de mémoire” et souhaite par ce biais montrer et transmettre à quel point les acquis des femmes sont récents, fragiles et acquis de haute lutte. Le spectateur est ainsi invité à voyager de génération en génération avec trois lignées de femmes, représentatives de leur époque et de leur classe sociale. Tout le long du spectacle, un personnage extérieur nommé Simone intervient et s’adresse directement au public pour rappeler et expliquer les droits, les événements et les dates importantes de l’histoire des droits des femmes.

 

    La première scène emmène le spectateur dans les années 50 où trois femmes discutent dans un  jardin public. Toutes trois femmes au foyer, mais issues de classes sociales différentes leurs préoccupations et leurs aspirations demeurent aux antipodes. Par exemple, pour Marcelle et Giovanna, les personnages de l’ouvrière et de la petite bourgeoise, la place et le rôle de la femme consiste à s’occuper du foyer et des enfants. Lorsque France, celle qui incarne la classe bourgeoise, leur parle partage des tâches domestiques, accès à une profession sans l’autorisation du mari, divorce, avortement, intérêt pour la politique et qu’elle brandit sous leur yeux Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, ses interlocutrices ne se sentent pas du tout concernées par toutes ces questions. Ce spectacle montre avec justesse le clivage qu’il pouvait y avoir entre les classes sociales sur les questions d’émancipation des femmes, et sur la constitution d’un féminisme quasi exclusivement bourgeois.

La seconde scène se passe dans les années 70, moment clé dans l’histoire du féminisme avec les grandes luttes du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) pour le libre accès à la contraception et l’avortement. Enfin les deux dernière scènes représentent les années 1990 et 2000, les femmes accèdent lentement à des postes à responsabilités, elles sont “émancipées” mais ces années sont l’occasion de parler des diktats de l’apparence imposés aux femmes et de la question du voile qui fait polémique.

Le spectacle se clôt en musique, sur un bel hommage à Simone Veil, accompagné d’images illustrant son parcours et de son discours à l’Assemblée Nationale en 1974 où elle défend la proposition de loi relative à l’IVG.

Continuer la lecture de « Et pendant ce temps Simone Veille! » : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)

L’année cinématographique 2006 a été marquée par la diffusion d’un saisissant film de Ken Loach dédié aux turbulentes années de la lutte d’indépendance irlandaise (1919-1921). Son film « Le vent se lève » (The wind that shakes the barley) a proposé une lecture des années du conflit anglo-irlandais selon une optique, chère au réalisateur, qui met l’accent sur les enjeux politiques, voire de classe, de la lutte indépendantiste et de la guerre civile.Célébration pour le centenaire de l'Insurrection de Pâques à Dublin en 2016

Continuer la lecture de Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)