Archives de catégorie : Voir

Billets sur des films de fiction, des documentaires, …

les chemins tortueux de l’histoire juive polonaise

Comment raconter l’histoire juive de la Pologne? Comment embrasser 1000 ans d’une histoire aussi entremêlée et douloureuse? Comment mettre en scène une histoire encore si conflictuelle?

Nourri du voyage de terrain en Pologne à l’automne 2019 et de l’atelier d’écriture encadré par Cécile  Rey, le  dossier de trois étudiants du Master Histoire Publique, Adam Dinaully, Marie-Cécile Farges et Lise Simorre,  s’empare de ce sujet dans le document ci-dessous :

DOSSIER-POLOGNE-MASTER HISTOIRE PUBLIQUE

Villeneuve-Saint-Georges : les projets

Comment parler de l’histoire et du patrimoine de Villeneuve-Saint-Georges pour et avec les habitants et les visiteurs de la ville ? Tel était le défi lancé par la Direction de la Culture au Master 2 Histoire publique en septembre 2019. Le 14 janvier 2020, après 4 mois de travail sur le terrain, dans les bibliothèques et les archives, avec le muséographe-scénographe Michel Kouklia et les enseignants-chercheurs du master, les dix étudiants de la promotion 2019-2020 ont rendu leurs projets devant la Direction de la Culture et le Service du Développement local et de l’Urbanisme, des représentants du Conseil Départemental du Val-de-Marne et du Comité Départemental du Tourisme et l’entreprise Immersive 3D.

En quelques mots, voici ce qu’ils ont conçu et qui pourrait, en fonction des possibilités, être mis en oeuvre très prochainement à Villeneuve-Saint-Georges.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : les projets

L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale

Lise Simorre

En septembre 2018, Monsieur Y. Lignereux – directeur de l’UFR Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie et professeur à l’Université de Nantes – propose à ses étudiants de Licence 3 d’adapter, en vue d’une représentation théâtrale, le roman historique de Joseph Boyden : Dans le Grand cercle du monde (2013).  L’auteur y dépeint une fresque documentée décrivant les premiers rapports entre Européens et sociétés huronnes au XVIIe siècle.  A travers ce projet pédagogique ambitieux, les étudiants doivent allier les contraintes théâtrales tout en respectant les impératifs d’historicité. De la réécriture du roman aux premières tentatives de mise en scène, les étudiants en Histoire sont confrontés à une question fondamentale : comment concilier  enjeux dramaturgiques et enjeux historiques ? Comment représenter les perspectives historiques à travers l’adaptation d’une œuvre fictionnelle ?

Continuer la lecture de L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale

Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

 Marie-Cécile Farges

Traversées/Attraversamenti est un projet qui a été porté d’octobre 2018 à juin 2019 par l’association Projection(s), promotrice d’événements culturels, que mon équipe et moi-même avons créée pour l’occasion.

Un projet entre art et patrimoine

Le projet a concerné deux villes, Bologne et Paris, à l’histoire et au patrimoine très riches et s’est accompagné, dans un premier temps, de résidences artistiques pour les artistes choisis – musiciens et photographes – et, dans un deuxième temps, d’expositions de leurs œuvres.

Continuer la lecture de Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

Enrichir les parcours historiques imaginés par les étudiants du master histoire publique dans le cadre du partenariat avec la direction de la culture de Villeneuve-Saint-Georges : tel était l’objectif des deux déplacements organisés dernièrement. Et quand les étudiants commencent à exposer leurs idées, on constate que c’est sur de bons rails. Une chasse aux trésors historiques pour les enfants dans le centre-ville, une balade sonore sur le Plateau, un festival à Triage, il s’en trame, de beaux projets.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

« Un article de Clara Dezou, Melkisedec Damdieu, Maïlys Trubert et Rémi Upravan (promotion 2019-2020) »

 Le 20 septembre dernier, a été projeté le documentaire L’Énigme polonaise à la Bibliothèque polonaise de Paris, suivi d’un commentaire-débat en présence de Georges Mink, l’occasion de revenir sur les événements qu’il décrit et sur les enjeux de sa production.

Continuer la lecture de L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

           

Un article de Clara Dezou, Lise Simorre, Maylis Trubert et Robin Vlerick (promotion 2019-2020)

                                         

Le samedi 28 septembre a eu lieu, au café la Colonie, la deuxième édition du festival « Secousse » organisé par la Boîte à Histoire (association fondée en 2017 par des anciens étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC). Après « 1848 ! Des peuples en Révolution », c’est à la première croisade de 1099 d’être à l’honneur cette année. La prise de Jérusalem est un événement mal connu mais dont les représentations n’ont cessé de nourrir l’imaginaire collectif à travers les siècles. Le programme était très varié : conférences, jeux mais aussi ateliers animés par des historiens, des étudiants et des journalistes. Loin des formats académiques traditionnels, le festival invite le public à partager ses impressions dans une démarche active et participative. Ces animations relèvent le défi de lier savoir scientifique, transmission de connaissances et divertissement.

Un autre regard sur la croisade

Dès le début de la journée, les idées reçues sur l’événement sont remises en question à travers un atelier de fact checking animé par Anaïs Kien (journaliste à France Culture), Florian Besson (docteur en histoire médiévale, cofondateur du site Actuel Moyen Âge) et Camille Rouxpetel (spécialiste des dynamiques interculturelles entre Chrétiens d’Orient et d’Occident à l’Université de Nantes) lors d’un jeu de questions-réponses avec le public. Continuer la lecture de Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

LA TRUELLE ET LA CAMÉRA : FILMER LA FOUILLE ARCHÉOLOGIQUE

Le Master Histoire Publique organise sa journée d’études le vendredi 1er février à l’Université Paris Est Créteil, avec le soutien du CRHEC et d’HICSA. En avant-goût, 3 films d’archéologie seront projetés le jeudi 31 janvier.

La journée d’études La Truelle et la Caméra : filmer la fouille archéologique invite à réfléchir sur la manière dont l’archéologie est présentée, dans les reportages et les documentaires, aux spectateurs qui ne sont pas, dans l’immense majorité, des spécialistes de la discipline. Parmi ces films très divers, un certain nombre s’attache pour tout ou partie à capter le travail des archéologues sur les chantiers de fouilles programmées et préventives. Or, les archéologues, les réalisateurs et les producteurs n’ont pas les mêmes contraintes et n’ont pas tous les mêmes ambitions pour le tournage : ce sont ces divergences, mais aussi les nombreuses coopérations, qu’il nous semble intéressant d’aborder en réunissant les uns et les autres lors de deux tables rondes. Après un panorama des objets filmiques et cinématographiques actuels, la session du matin consistera en un échange autour des questions des formats et des publics, des gestes et des temporalités de la fouille et du tournage. La session de l’après-midi sera consacrée au court-métrage Archeologia que le réalisateur polonais d’AndrzejBrzozowski tourna en 1967 sur le site d’Auschwitz II Birkenau en faisant appel aux archéologues de l’Institut d’histoire de la culture matérielle (Instytut historii kultury materialnej).

Une projection de trois films d’archéologie est organisée la veille de cette journée, le jeudi 31 janvier de 16 à 19 h, à la bibliothèque universitaire :

L’énigme de la tombe celte d’Alexis de Favitski (90’)

– Tombeau pour l’URSS de Jean-Paul Fargier (52’)

Reims, la Romaine de Jean-Paul Fargier (26’).

Programme de la journée du 1er février

9h-9h15 : Mot d’accueil (Claire Sotinel, directrice du Centre de Recherches en Histoire Européenne Comparée)

9h15-9h30 : Introduction (Virginie Mathé, historienne, UPEC)

9h30-10h : Panorama des films d’archéologie : l’œil du sélectionneur (Adrien Berthou, festival Icronos, Bordeaux)

Table ronde 1 : Choix et contraintes des réalisateurs, des archéologues et des producteurs.

modérateur : Jérôme Bazin (historien, UPEC)

intervenants : Nadia Cleitman (rédactrice en chef et réalisatrice de films, TSVP Productions), Jean-Paul Fargier (réalisateur, Zadig productions), Filipe Ferreira (archéologue, IRAA), François Gentili (archéologue, Inrap), Edmée Millot (productrice et auteur, Eleazar) et Guadalupe Villambrosa (conceptrice et productrice de projets numériques et multimédia).

            10h-11h : thème 1 – Quelle forme de film pour quel sujet et pour quel public ?

Pause

            11h-12h : thème 2 – Que montrer des actions de la fouille ?

            12h-13h : thème 3 – Temps du chantier, temps du tournage, temps du film

Table-ronde 2 : Autour d’Archeologia de Brzozowski (1967)

modératrice : Ania Szczepanska (historienne du cinéma, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

intervenants : Tal Bruttman (historien), Boris Valentin (archéologue, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

14h30-14h45 : projection du film 

14h45-16h30 : échanges

16h30-17h : Conclusions

L’exposition “Mon archive du féminisme” à Créteil

L’exposition “Mon archive du féminisme” réalisée par Claire Judais (promotion 2017-2018) dans le cadre de son stage sous la direction de Christine Bard et de Bénédicte Grailles à l’Université d’Angers (laboratoire TEMOS), arrive à la Bibliothèque Universitaire de l’UPEC.

L’inauguration, ouverte à tous, aura lieu le jeudi 8 novembre de 17h30 à 19h. Au programme, présentation du Master 2 Histoire publique et visite de l’exposition par Monique Dental, fondatrice du Collectif de pratiques et de réflexions féministes “Ruptures”.


Un festival pour découvrir l’histoire des révolutions de 1848

Les 21, 22 et 23 septembre à Paris (10e), La Boîte à Histoire, collectif de jeunes historiens issus de la promotion 2016-2017 du Master 2 HIstoire publique, organise “Secousse #1 : 1848 ! Des peuples en révolution” un festival d’histoire gratuit sur le thème des révolutions de 1848.

 

Pour la première édition de son festival Secousse, l’association La Boîte à Histoire a choisi d’aborder la vague révolutionnaire qui a secoué le monde il y a 170 ans. Pendant 3 jours, dans 2 lieux (au café-agora “La Colonie” et à la Médiathèque Françoise Sagan, Paris 10) une douzaine d’activités ludiques, participatives et pédagogiques seront proposées aux festivaliers.

 

Continuer la lecture de Un festival pour découvrir l’histoire des révolutions de 1848

Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Pour la seconde année consécutive, l’université d’Angers organise au mois de mars le « mois du genre ». Lancé par des enseignants-chercheurs de l’université d’Angers et porté par le programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes) ainsi que par la mission égalité de l’université, c’est un mois entier qui est consacré à la thématique du genre à travers différents supports et au prisme de plusieurs disciplines. Théâtre, danse, conférences, colloques ou encore expositions viennent rythmer le mois de mars. Après s’être intéressée à l’antiféminisme et au masculinisme l’année passée, la thématique fédératrice de l’édition 2018 est le féminisme.

Continuer la lecture de Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

“Et pendant ce temps Simone Veille!” : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

    Dans la petite salle du théâtre La Comédie Bastille, se joue quatre soirs par semaine une comédie pour le moins atypique sur l’histoire des droits des femmes. “Et pendant ce temps Simone Veille”, fait salle comble presque tous les soirs et a déjà attiré plus de 30 000 spectateurs, si bien que le spectacle se joue désormais dans deux théâtres parisiens. Cet engouement s’explique par le format et le ton choisi par la metteuse en scène Trinidad, un ton qui se veut léger et humoristique, proche du théâtre de boulevard pour parler de l’évolution de la condition féminine des années 50 à nos jours. Ce spectacle a un but pédagogique, elle le définit comme un “devoir de mémoire” et souhaite par ce biais montrer et transmettre à quel point les acquis des femmes sont récents, fragiles et acquis de haute lutte. Le spectateur est ainsi invité à voyager de génération en génération avec trois lignées de femmes, représentatives de leur époque et de leur classe sociale. Tout le long du spectacle, un personnage extérieur nommé Simone intervient et s’adresse directement au public pour rappeler et expliquer les droits, les événements et les dates importantes de l’histoire des droits des femmes.

 

    La première scène emmène le spectateur dans les années 50 où trois femmes discutent dans un  jardin public. Toutes trois femmes au foyer, mais issues de classes sociales différentes leurs préoccupations et leurs aspirations demeurent aux antipodes. Par exemple, pour Marcelle et Giovanna, les personnages de l’ouvrière et de la petite bourgeoise, la place et le rôle de la femme consiste à s’occuper du foyer et des enfants. Lorsque France, celle qui incarne la classe bourgeoise, leur parle partage des tâches domestiques, accès à une profession sans l’autorisation du mari, divorce, avortement, intérêt pour la politique et qu’elle brandit sous leur yeux Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir, ses interlocutrices ne se sentent pas du tout concernées par toutes ces questions. Ce spectacle montre avec justesse le clivage qu’il pouvait y avoir entre les classes sociales sur les questions d’émancipation des femmes, et sur la constitution d’un féminisme quasi exclusivement bourgeois.

La seconde scène se passe dans les années 70, moment clé dans l’histoire du féminisme avec les grandes luttes du MLF (Mouvement de Libération des Femmes) pour le libre accès à la contraception et l’avortement. Enfin les deux dernière scènes représentent les années 1990 et 2000, les femmes accèdent lentement à des postes à responsabilités, elles sont “émancipées” mais ces années sont l’occasion de parler des diktats de l’apparence imposés aux femmes et de la question du voile qui fait polémique.

Le spectacle se clôt en musique, sur un bel hommage à Simone Veil, accompagné d’images illustrant son parcours et de son discours à l’Assemblée Nationale en 1974 où elle défend la proposition de loi relative à l’IVG.

Continuer la lecture de “Et pendant ce temps Simone Veille!” : Retracer la condition féminine des années 50 à nos jours à travers un format ludique: un pari réussi

Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)

L’année cinématographique 2006 a été marquée par la diffusion d’un saisissant film de Ken Loach dédié aux turbulentes années de la lutte d’indépendance irlandaise (1919-1921). Son film « Le vent se lève » (The wind that shakes the barley) a proposé une lecture des années du conflit anglo-irlandais selon une optique, chère au réalisateur, qui met l’accent sur les enjeux politiques, voire de classe, de la lutte indépendantiste et de la guerre civile.Célébration pour le centenaire de l'Insurrection de Pâques à Dublin en 2016

Continuer la lecture de Autour du film « Le vent se lève » de Ken Loach (The wind that shakes the barley, 2006)