Archives de catégorie : Penser

Réflexions sur l’histoire publique

Epic rap battle of Public History

Thomas Mandeville

Vous êtes vous déjà demandé ce que Gandhi aurait pensé des discours de Martin Luther King Junior ? De ce que Socrate aurait pu rétorquer à Confucius ? Ou bien encore de ce que Batman aurait à redire des méthodes de détective de Sherlock Holmes ? Partez de ce postulat, ajoutez-y un format vidéo de 2 à 5 minutes, une confrontation musicale, et vous obtenez le pari fou de la chaîne Youtube américaine ERB. Plus connue sous le nom de sa série phare Epic Rap Battle of History, la chaîne produit depuis 2011 plusieurs vidéos par an, dont les plus connues ont dépassé les 100 millions de visionnages. La chaîne cumule aujourd’hui plus de 14,6 millions d’abonnés, et continue encore de produire des vidéos à plusieurs millions de vues. Si de nos jours la plateforme reste majoritairement utilisée par l’industrie musicale et audiovisuelle, elle encourage encore la libre création artistique et culturelle.

Continuer la lecture de Epic rap battle of Public History

les chemins tortueux de l’histoire juive polonaise

Comment raconter l’histoire juive de la Pologne? Comment embrasser 1000 ans d’une histoire aussi entremêlée et douloureuse? Comment mettre en scène une histoire encore si conflictuelle?

Nourri du voyage de terrain en Pologne à l’automne 2019 et de l’atelier d’écriture encadré par Cécile  Rey, le  dossier de trois étudiants du Master Histoire Publique, Adam Dinaully, Marie-Cécile Farges et Lise Simorre,  s’empare de ce sujet dans le document ci-dessous :

DOSSIER-POLOGNE-MASTER HISTOIRE PUBLIQUE

Villeneuve-Saint-Georges : les projets

Comment parler de l’histoire et du patrimoine de Villeneuve-Saint-Georges pour et avec les habitants et les visiteurs de la ville ? Tel était le défi lancé par la Direction de la Culture au Master 2 Histoire publique en septembre 2019. Le 14 janvier 2020, après 4 mois de travail sur le terrain, dans les bibliothèques et les archives, avec le muséographe-scénographe Michel Kouklia et les enseignants-chercheurs du master, les dix étudiants de la promotion 2019-2020 ont rendu leurs projets devant la Direction de la Culture et le Service du Développement local et de l’Urbanisme, des représentants du Conseil Départemental du Val-de-Marne et du Comité Départemental du Tourisme et l’entreprise Immersive 3D.

En quelques mots, voici ce qu’ils ont conçu et qui pourrait, en fonction des possibilités, être mis en oeuvre très prochainement à Villeneuve-Saint-Georges.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : les projets

L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale

Lise Simorre

En septembre 2018, Monsieur Y. Lignereux – directeur de l’UFR Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie et professeur à l’Université de Nantes – propose à ses étudiants de Licence 3 d’adapter, en vue d’une représentation théâtrale, le roman historique de Joseph Boyden : Dans le Grand cercle du monde (2013).  L’auteur y dépeint une fresque documentée décrivant les premiers rapports entre Européens et sociétés huronnes au XVIIe siècle.  A travers ce projet pédagogique ambitieux, les étudiants doivent allier les contraintes théâtrales tout en respectant les impératifs d’historicité. De la réécriture du roman aux premières tentatives de mise en scène, les étudiants en Histoire sont confrontés à une question fondamentale : comment concilier  enjeux dramaturgiques et enjeux historiques ? Comment représenter les perspectives historiques à travers l’adaptation d’une œuvre fictionnelle ?

Continuer la lecture de L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale

Paris Violence – Bouvines 1214: une histoire punk

Je remercie Flav de Paris Violence et Marie-Karine Schaub pour leur aide précieuse lors de la rédaction de cet article. 

Rémi Upravan

Genèse et originalité de Paris Violence

Paris Violence est un groupe de Punk/Oi !-Wave[i] originaire de Paris et créé en 1994. La particularité du groupe réside dans ses teintes New-Wave et son arrivée tardive dans un moment de creux relatif sur la scène Punk. En effet, alors que Paris Violence sort son premier album, à la fin des années 1990[ii], le Punk décline et des styles comme le grunge ou le métal ont émergé, s’imposant peu à peu depuis la fin des années 1980. Le groupe est toujours en activité aujourd’hui et le projet a toujours fluctué entre des périodes  de musique en solo, où Flav, la tête pensante, compose et enregistre la totalité des morceaux et des périodes où l’artiste évolue avec d’autres musiciens. Paris Violence est avant tout un projet de studio plus qu’une expérience live, laissant une large place à la recherche sonore ainsi qu’à l’écriture de textes élaborés et au développement d’univers littéraires, artistiques et historiques.

Continuer la lecture de Paris Violence – Bouvines 1214: une histoire punk

Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

 Marie-Cécile Farges

Traversées/Attraversamenti est un projet qui a été porté d’octobre 2018 à juin 2019 par l’association Projection(s), promotrice d’événements culturels, que mon équipe et moi-même avons créée pour l’occasion.

Un projet entre art et patrimoine

Le projet a concerné deux villes, Bologne et Paris, à l’histoire et au patrimoine très riches et s’est accompagné, dans un premier temps, de résidences artistiques pour les artistes choisis – musiciens et photographes – et, dans un deuxième temps, d’expositions de leurs œuvres.

Continuer la lecture de Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

« Un article de Clara Dezou, Melkisedec Damdieu, Maïlys Trubert et Rémi Upravan (promotion 2019-2020) »

 Le 20 septembre dernier, a été projeté le documentaire L’Énigme polonaise à la Bibliothèque polonaise de Paris, suivi d’un commentaire-débat en présence de Georges Mink, l’occasion de revenir sur les événements qu’il décrit et sur les enjeux de sa production.

Continuer la lecture de L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

Les Passeurs d’histoire : Le master Histoire publique À Lausanne

Comment parler d’histoire au plus grand nombre ? C’est pour réfléchir à cette question qu’une centaine de personnes s’est réunie le 7 octobre dernier sous le majestueux plafond de l’Aula du Palais de Rumine à Lausanne à l’occasion du cours public « Histoire pour toutes et tous… La vulgarisation et la transmission du passé », organisé par la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne en partenariat avec la Conférence cantonale des chefs de file d’histoire du Canton de Vaud et le quotidien 24 heures.

La formation en histoire publique a été au cœur de la discussion puisque Léonard Burnand, vice doyen de la Faculté des Lettres de l’UNIL, a présenté les avancées de l’Université de Lausanne en ce domaine. Le Master 2 histoire publique de l’UPEC a ensuite été à l’honneur : Virginie Mathé, maîtresse de conférences et co-responsable de la formation cristolienne, en a expliqué la genèse, les objectifs, le recrutement, le contenu, les partenaires professionnels et leurs méthodes, le travail de terrain et les débouchés.

Lors de la table ronde, animée par les historiens Dominique Dirlewanger et Olivier Meuwly, l’auteur de bandes dessinées Samuel Embelton, le directeur du Musée cantonnal d’archéologie et d’histoire de Lausanne Lionel Pernet, le rédacteur en chef du mensuel Passé simple Justin Favrod et le producteur d’émissions de radio Emmanuel Laurentin ont expliqué comment ils se sont faits passeurs d’histoire auprès d’un public qu’ils ont appris peu à peu à mieux connaître.

Il est possible de réécouter l’ensemble de la table-ronde sur le lien suivant :

YouTube de la Faculté des lettres

Et plus spécifiquement :

L’histoire publique, l’accès au passé pour le grand public
 Interventions de Léonard Burnand (Vice-doyen de la Faculté des lettres, UNIL) et Virginie Mathé (Université Paris-Est-Créteil).

 

Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

           

Un article de Clara Dezou, Lise Simorre, Maylis Trubert et Robin Vlerick (promotion 2019-2020)

                                         

Le samedi 28 septembre a eu lieu, au café la Colonie, la deuxième édition du festival « Secousse » organisé par la Boîte à Histoire (association fondée en 2017 par des anciens étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC). Après « 1848 ! Des peuples en Révolution », c’est à la première croisade de 1099 d’être à l’honneur cette année. La prise de Jérusalem est un événement mal connu mais dont les représentations n’ont cessé de nourrir l’imaginaire collectif à travers les siècles. Le programme était très varié : conférences, jeux mais aussi ateliers animés par des historiens, des étudiants et des journalistes. Loin des formats académiques traditionnels, le festival invite le public à partager ses impressions dans une démarche active et participative. Ces animations relèvent le défi de lier savoir scientifique, transmission de connaissances et divertissement.

Un autre regard sur la croisade

Dès le début de la journée, les idées reçues sur l’événement sont remises en question à travers un atelier de fact checking animé par Anaïs Kien (journaliste à France Culture), Florian Besson (docteur en histoire médiévale, cofondateur du site Actuel Moyen Âge) et Camille Rouxpetel (spécialiste des dynamiques interculturelles entre Chrétiens d’Orient et d’Occident à l’Université de Nantes) lors d’un jeu de questions-réponses avec le public. Continuer la lecture de Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

Lénine est mort ! Vive Lénine !

Un article de Maxime Lagarde, promotion 2018-2019

En 2016, la sortie du jeu vidéo Lénine à la morgue suscite la polémique en Russie. L’application mobile propose au joueur d’incarner un thanatopracteur dont la mission est d’embaumer l’ex-dirigeant communiste. Vêtue d’un simple caleçon rouge orné d’une faucille et d’un marteau, la dépouille de Lénine reçoit chacun des soins destinés à déjouer la décomposition naturelle du corps. Le joueur maquille puis habille le révolutionnaire en imitant l’apparence du corps bien réel de Lénine, exposé depuis près de cent ans dans le mausolée de la place Rouge moscovite.

Continuer la lecture de Lénine est mort ! Vive Lénine !

LE MARIAGE DU DRoNE ET DE L’ARROSOIR : de l’art de filmer la fouille archéologique

Un article d’Aurore Juvenelle (promotion 2018-2019).

Indiana Jones a beaucoup fait pour populariser l’archéologie auprès du grand public. Mais dans la vie réelle, les travaux des archéologues sont moins spectaculaires. Comment faire alors pour transmettre le goût de la truelle et du pinceau ? Comment filmer l’infilmable ?

C’est à la forme documentaire que s’intéressait la journée d’étude La truelle et la caméra , filmer la fouille archéologique, organisée ce 1er février 2019, par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée et le Master 2 Histoire Publique de l’Université Paris-Est Créteil.

De fait, selon l’INRAP – Institut National de Recherches Archéologiques Préventives -, la télévision est bien, à 56%,  la première source d’information du grand public sur le sujet, loin devant les expositions, les conférences et les réseaux sociaux.

Mais comment faire co-exister les exigences scientifiques d’un archéologue avec les préoccupations narratives et esthétiques d’un réalisateur et avec les exigences d’audience d’un diffuseur, pour un public de non spécialistes ? La réponse est loin d’être simple. Il existe une tension nette entre le discours du scientifique et les exigences du divertissement.

Continuer la lecture de LE MARIAGE DU DRoNE ET DE L’ARROSOIR : de l’art de filmer la fouille archéologique

LA TRUELLE ET LA CAMÉRA : FILMER LA FOUILLE ARCHÉOLOGIQUE

Le Master Histoire Publique organise sa journée d’études le vendredi 1er février à l’Université Paris Est Créteil, avec le soutien du CRHEC et d’HICSA. En avant-goût, 3 films d’archéologie seront projetés le jeudi 31 janvier.

La journée d’études La Truelle et la Caméra : filmer la fouille archéologique invite à réfléchir sur la manière dont l’archéologie est présentée, dans les reportages et les documentaires, aux spectateurs qui ne sont pas, dans l’immense majorité, des spécialistes de la discipline. Parmi ces films très divers, un certain nombre s’attache pour tout ou partie à capter le travail des archéologues sur les chantiers de fouilles programmées et préventives. Or, les archéologues, les réalisateurs et les producteurs n’ont pas les mêmes contraintes et n’ont pas tous les mêmes ambitions pour le tournage : ce sont ces divergences, mais aussi les nombreuses coopérations, qu’il nous semble intéressant d’aborder en réunissant les uns et les autres lors de deux tables rondes. Après un panorama des objets filmiques et cinématographiques actuels, la session du matin consistera en un échange autour des questions des formats et des publics, des gestes et des temporalités de la fouille et du tournage. La session de l’après-midi sera consacrée au court-métrage Archeologia que le réalisateur polonais d’AndrzejBrzozowski tourna en 1967 sur le site d’Auschwitz II Birkenau en faisant appel aux archéologues de l’Institut d’histoire de la culture matérielle (Instytut historii kultury materialnej).

Une projection de trois films d’archéologie est organisée la veille de cette journée, le jeudi 31 janvier de 16 à 19 h, à la bibliothèque universitaire :

L’énigme de la tombe celte d’Alexis de Favitski (90’)

– Tombeau pour l’URSS de Jean-Paul Fargier (52’)

Reims, la Romaine de Jean-Paul Fargier (26’).

Programme de la journée du 1er février

9h-9h15 : Mot d’accueil (Claire Sotinel, directrice du Centre de Recherches en Histoire Européenne Comparée)

9h15-9h30 : Introduction (Virginie Mathé, historienne, UPEC)

9h30-10h : Panorama des films d’archéologie : l’œil du sélectionneur (Adrien Berthou, festival Icronos, Bordeaux)

Table ronde 1 : Choix et contraintes des réalisateurs, des archéologues et des producteurs.

modérateur : Jérôme Bazin (historien, UPEC)

intervenants : Nadia Cleitman (rédactrice en chef et réalisatrice de films, TSVP Productions), Jean-Paul Fargier (réalisateur, Zadig productions), Filipe Ferreira (archéologue, IRAA), François Gentili (archéologue, Inrap), Edmée Millot (productrice et auteur, Eleazar) et Guadalupe Villambrosa (conceptrice et productrice de projets numériques et multimédia).

            10h-11h : thème 1 – Quelle forme de film pour quel sujet et pour quel public ?

Pause

            11h-12h : thème 2 – Que montrer des actions de la fouille ?

            12h-13h : thème 3 – Temps du chantier, temps du tournage, temps du film

Table-ronde 2 : Autour d’Archeologia de Brzozowski (1967)

modératrice : Ania Szczepanska (historienne du cinéma, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

intervenants : Tal Bruttman (historien), Boris Valentin (archéologue, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

14h30-14h45 : projection du film 

14h45-16h30 : échanges

16h30-17h : Conclusions

L’enseignement de l’histoire au Brésil depuis les années 1970 et l’exemple d’un manuel d’histoire du secondaire

Au Brésil, comme dans d’autres pays, l’écriture de l’histoire « nationale » préoccupe l’État, les groupes de pression et les chercheurs. Pour Christian Laville, on « semble continuer à accorder à l’histoire une grande importance pour constituer les représentations politiques et sociales des citoyens, leur mémoire historique, leurs identités[1] ». La prise de conscience par les enseignants de l’utilisation de l’histoire au profit de différents enjeux politico-idéologiques a eu lieu au Brésil dans les années soixante-dix. C’est ce que montrent les recherches de Lana Mara de Castro Siman[2], professeure à l’université fédérale du Minas Gerais.

Continuer la lecture de L’enseignement de l’histoire au Brésil depuis les années 1970 et l’exemple d’un manuel d’histoire du secondaire

Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Le jeudi 5 octobre 2017, une table ronde sur « L’histoire de l’Antiquité et l’histoire du Moyen Âge dans les manuels du secondaire » était proposée aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois par la Société des Professeurs d’Histoire ancienne de l’Enseignement Supérieur Public. Cet outil pédagogique permet d’accompagner les enseignements primaires et secondaires selon les programmes scolaires émis par le gouvernement. Les règles éditoriales sont, quant à elles, libres.
Le manuel scolaire est-il créé en consultant, au préalable, la jeune cible qu’il vise ?

Continuer la lecture de Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire