Archives de catégorie : Lire

Billets sur des romans, des BD, …

Journalistes en Herbe

Le carnet de recherches du master Histoire Publique publie pour la première fois des productions exécutées par des étudiants de L1, dans le cadre d’un cours intitulé « L’histoire et la presse (XIXe-XXe siècles) » avec l’objectif de sensibiliser au(x) monde(s) de l’information celles et ceux qui ont un intérêt pour l’histoire sociale et économique, l’histoire des médias ou l’histoire politique.  La démarche ici suivie rencontre des problématiques et des manières de faire proches de l’Histoire Publique.

Le travail, à faire individuellement ou en groupe, consistait à rédiger un article de presse de 1 500 signes, sur un événement ou un débat historique.

Trois articles, sélectionnés par Viera Rebolledo-Dhuin et Pierre-Emmanuel Guigo, responsables de cet enseignement sont ici présentés. Guillaume Le Valant se fait journaliste à l’Écho de Paris pour retracer l’affaire Landru, Dilhan Demir raconte le Congrès de Tours en devenant un rédacteur de L’Humanité et Alexandre De Freitas, commente la chute du Mur de Berlin dans les pages du Canard Enchaîné.

Travaux des étudiants de M1: épisode 2

Épisode 2: Napoléon après Napoléon

Le deuxième travail des étudiants de M1 ici publié est un dossier sur  la figure de Napoléon Ier, avec un accent spécifique sur sa postérité. L’équipe composée de Maëlan Carrer, Paul Digue, Sébastien Dupuis, Tristan de Nuñez,  Mathis Roure et Mayalen de Vergnette a choisi de traiter certains des enjeux majeurs de cette figure incontournable de manière sérieuse mais agréable à la lecture. Le recours à de très nombreuses cartes, des éléments iconographiques ou des encarts permet de jouer sur les   formes du discours et de se frotter aux difficultés d’une mise en page complexe, entre clarté et dynamisme.  Le dossier aborde ainsi  la biographie de l’empereur et surtout son héritage ou le travail critique qui lui est actuellement consacré.  

Pour lire l’intégralité du dossier, il suffit de le télécharger ci-dessous. Pour aller plus loin et découvrir les sources mobilisées par ses concepteurs, il suffit de télécharger le fichier: sources.

 

Travaux des étudiants de M1

À partir d’aujourd’hui et à quatre reprises, le carnet va mettre en ligne des travaux en groupe faits par les étudiants du Master 1 d’histoire de l’UPEC tous confondus. Ils ont choisi plusieurs types de formats -podcast, magazine ou vidéo-, pour présenter leurs dossiers, respectivement sur le féminisme, Napoléon, La commune de Paris ou le Paris d’Haussmann.

 


Épisode 1: Histoire publique et combats féministes.

Aujourd’hui le blog publie deux podcasts consacrés au féminisme, l’un parle du féminisme aux États-Unis et l’autre de l’historiographie du féminisme dans le monde.

Le premier podcast prend la forme d’un débat entre un éditorialiste incarné par la voix de Yoann Berlioux et  deux figures majeures du féminisme états-unien dans les années 1960-1970, Angela Davis (Nouria Tintin) et Betty Friedan (Chloé Maingault), le tout animé par une journaliste qui permet de mettre en perspective leurs interventions (Taous Joachim).

 

Le deuxième podcast se présente sous la forme d’un débat autour de l’existence du féminisme en dehors de l’Europe et des États-Unis au XXe siècle, le tout animé également par un modérateur. Camille Cochin, Cloé Brossard, Juline Clemenceau et Alexandre Laure prêtent leur voix à la discussion.

 

 

 


Rivenzi, un passeur d’histoire sur Twitch

Cloé Brossard

Depuis le milieu des années 2010, de plus en plus de chaînes de vulgarisation historique s’installent sur YouTube et d’autres plateformes comme Twitch.  Théo « Rivenzi » Reunbot est l’un des animateurs les plus actifs de ce type de divulgation de l’Histoire sur Internet.  C’est son travail que nous voulons présenter ici.

Continuer la lecture de Rivenzi, un passeur d’histoire sur Twitch

Une promenade historique sur le Plateau de Villeneuve-Saint-Georges

Thomas Mandeville

En 2019, le Master 2 Histoire Publique de l’Université Paris-Est Créteil signait une convention avec la mairie de Villeneuve-Saint-Georges (94). L’objectif de cette collaboration était de répondre à une commande pour la création de projets de parcours culturels et touristiques. Ce partenariat fut dirigé par Gaëlle Brynhole, responsable de la Direction de la Culture, Virginie Mathé, maîtresse de conférences en Histoire Ancienne et responsable du Master 2 Histoire Publique, ainsi que Michel Kouklia muséographe-scénographe et responsable de l’agence Ubiscène. De septembre 2019 à janvier 2020, trois groupes composés de 3 ou 4 étudiants ont ainsi pu imaginer ces parcours en collaboration avec les agents de la Direction de la Culture.

Continuer la lecture de Une promenade historique sur le Plateau de Villeneuve-Saint-Georges

Le succès des indexations collaboratives

Maïlys Trubert 

Les pratiques collaboratives (crowdsourcing) sont en plein essor au sein du réseau d’archives, tant au niveau national, départemental que municipal [1]. Fortes de cet engouement, les Archives nationales ont lancé en 2017 Natnum, un projet d’indexation collaborative de l’ensemble des décrets de naturalisation publiés entre 1887 et 1930. Une mine d’informations sur la trajectoire de milliers d’individus devenus Français sous la IIIe République.

Continuer la lecture de Le succès des indexations collaboratives

les chemins tortueux de l’histoire juive polonaise

Comment raconter l’histoire juive de la Pologne? Comment embrasser 1000 ans d’une histoire aussi entremêlée et douloureuse? Comment mettre en scène une histoire encore si conflictuelle?

Nourri du voyage de terrain en Pologne à l’automne 2019 et de l’atelier d’écriture encadré par Cécile  Rey, le  dossier de trois étudiants du Master Histoire Publique, Adam Dinaully, Marie-Cécile Farges et Lise Simorre,  s’empare de ce sujet dans le document ci-dessous :

DOSSIER-POLOGNE-MASTER HISTOIRE PUBLIQUE

Paris Violence – Bouvines 1214: une histoire punk

Je remercie Flav de Paris Violence et Marie-Karine Schaub pour leur aide précieuse lors de la rédaction de cet article. 

Rémi Upravan

Genèse et originalité de Paris Violence

Paris Violence est un groupe de Punk/Oi !-Wave[i] originaire de Paris et créé en 1994. La particularité du groupe réside dans ses teintes New-Wave et son arrivée tardive dans un moment de creux relatif sur la scène Punk. En effet, alors que Paris Violence sort son premier album, à la fin des années 1990[ii], le Punk décline et des styles comme le grunge ou le métal ont émergé, s’imposant peu à peu depuis la fin des années 1980. Le groupe est toujours en activité aujourd’hui et le projet a toujours fluctué entre des périodes  de musique en solo, où Flav, la tête pensante, compose et enregistre la totalité des morceaux et des périodes où l’artiste évolue avec d’autres musiciens. Paris Violence est avant tout un projet de studio plus qu’une expérience live, laissant une large place à la recherche sonore ainsi qu’à l’écriture de textes élaborés et au développement d’univers littéraires, artistiques et historiques.

Continuer la lecture de Paris Violence – Bouvines 1214: une histoire punk

Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

 Marie-Cécile Farges

Traversées/Attraversamenti est un projet qui a été porté d’octobre 2018 à juin 2019 par l’association Projection(s), promotrice d’événements culturels, que mon équipe et moi-même avons créée pour l’occasion.

Un projet entre art et patrimoine

Le projet a concerné deux villes, Bologne et Paris, à l’histoire et au patrimoine très riches et s’est accompagné, dans un premier temps, de résidences artistiques pour les artistes choisis – musiciens et photographes – et, dans un deuxième temps, d’expositions de leurs œuvres.

Continuer la lecture de Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

L’école des loisirs, la maison d’édition jeunesse, se lance en 2017 dans un nouveau projet : les grandes images de l’histoire. La collection repose sur deux principes. Mettre l’histoire à la portée des enfants grâce au niveau du langage et aux illustrations, tout en apportant une connaissance exacte des évènements. Cela est rendu possible grâce à la collaboration d’historiens spécialisés dans les époques étudiées avec des dessinateurs jeunesse.

Continuer la lecture de Le Moyen Âge sans princesses et châteaux forts peut aussi intéresser les enfants (et les plus grands)

Benjamin Brillaud (Nota Bene) met un pied dans le domaine littéraire avec « Les pires batailles de l’Histoire »,

Après  avoir conquis Youtube, Benjamin Brillaud (alias Nota Bene) s’attaque au domaine littéraire avec son livre Les pires batailles de l’Histoire.

Et pas avec n’importe quelles armes puisqu’il publie son ouvrage aux éditions Robert Laffont. En réutilisant la formule qu’il a testée sur sa chaîne, à savoir celle de la carotte (utiliser un fait atypique pour piquer l’attention du lecteur), Nota Bene nous livre un exemple de vulgarisation historique. L’ouvrage est facile à lire, instructif et original. Celui-ci nous propose d’étudier quinze batailles particulièrement catastrophiques, en parcourant chronologiquement l’histoire, de la bataille de Marathon à celle de la Baie des cochons. Si ces batailles sont « les pires », c’est avant tout parce que leur vainqueur n’est pas celui qui était attendu. Celui-ci ayant été aidé par une ou plusieurs catastrophes arrivées au moment opportun et qui parfois s’enchaînent (comme par exemple une tempête qui détruit l’invincible armada espagnole et sauve le royaume d’Angleterre d’une invasion). L’auteur fait ici le choix d’un top 15 des batailles qui ne se sont absolument pas déroulées comme prévu. Un choix probablement justifié par le côté décalé qui joue ici le rôle de carotte. Ce n’est pas un hasard si une aussi grande maison d’édition le publie. Comme Benjamin Brillaud l’a lui-même dit lors de la table ronde « L’Histoire fait-elle vendre ? », organisée par le CRHEC à l’UPEC le 19 novembre 2016, il doit ce livre à sa popularité. Robert Laffont ne prend pas un gros risque à le publier, car la chaîne Youtube Nota Bene compte 400 000 abonnés. Cet ouvrage, comme la chaîne Youtube, présente l’Histoire d’une autre manière que ne le fait le milieu académique.

Pour aérer son discours, l’auteur a recours à deux astuces. Il y incruste des illustrations, inspirées du sujet, dont l’auteur est Arcady Picardi, ainsi que des parties de fiction. Ces dernières sont placées de manière chronologique dans le chapitre. Ces parties fictionnelles sont en italique, ce qui permet de bien les différencier du reste du discours. On trouve même des notes de bas de page qui indiquent au lecteur si les personnages ont réellement existé. Si c’est le cas, Benjamin Brillaud les présente ; sinon, il dévoile les raisons qui l’ont amené à choisir tel ou tel nom, toujours en rapport avec la bataille en elle-même. Ces techniques permettent d’offrir au lecteur un moment de détente qui l’aide à reprendre ensuite plus attentivement sa lecture. En d’autres termes, c’est une sorte de micro-sieste de l’attention. Au milieu de tous ces faits, de ces dates et de ces noms, l’ouvrage propose au lecteur une pause où il se laisse porter non plus par sa réflexion, mais par ses sentiments.

Benjamin Brillaud a décidé de traiter le thème de l’armée, en étudiant les pires batailles historiques. La situation géographique des batailles est également très diverse, tous les continents sont représentés. L’auteur explique ses choix dans son introduction. Dans ce livre, le lecteur trouvera du drame, de l’inattendu et du spectaculaire, présentés de manière originale. Chaque bataille est écrite dans un discours au ton relativement léger. C’est, pour lui, important, car « la forme est aussi importante que le fond pour transmettre efficacement un savoir et stimuler la curiosité » (p. 19). Mais les faits n’en sont pas pour autant moins bien présentés. Benjamin Brillaud ne se contente pas de simples explications tactiques. Avant de décortiquer la bataille en elle-même, Benjamin Brillaud prend le temps d’exposer comment la situation a empiré jusqu’à cette bataille. Il raconte les origines du conflit, présente les pays belligérants, les chefs militaires dirigeant les troupes et explique pourquoi ceux-ci sont à la tête des opérations. Puis il présente les conséquences des batailles pour les vainqueurs et pour les vaincus. Une manière assez traditionnelle de présenter un fait historique.

À chaque fin de chapitre, on trouve une rubrique appelée « Pendant ce temps-là dans le monde ». Comme son nom l’indique, elle relate en une à deux pages ce qui se passe dans d’autres points du globe à la même époque. Le but est de satisfaire la curiosité du lecteur ou de la susciter, comme Benjamin Brillaud l’explique dans son introduction. Elle permet également de replacer la bataille que nous venons d’étudier dans un contexte plus général. Le lecteur est donc incité à prendre du recul pour mieux juger les événements qu’on vient de lui décrire, ce qui se rapproche de la démarche de l’historien académique.

On notera également, à la fin du livre, un chapitre intitulé « Pour aller plus loin ». Cette partie propose, pour chaque chapitre, une sélection d’ouvrages qui permettent d’approfondir ses connaissances sur le sujet. Une bonne initiative, car celle-ci incite le lecteur à repousser les limites de son savoir et le guide dans une bibliographie souvent foisonnante et mal connue de la plupart des non-initiés.

Une lecture facile et distrayante, qui a en plus le mérite d’être instructive.

Benjamin Brillaud, Nota Bene : Les pires batailles de l’Histoire, Paris, Robert Laffont, 2016.

Guillaume Parisis

Penser le sensible : un paradoxe ?

Peut-on faire l’histoire des sensibilités ? C’est une question que tout historien se pose.  Quelles sont les sources ? Comment les traiter ? Les textes doivent-ils être traités comme sources ou comme documents ? Que révèlent-ils des modes du sensible à travers le temps ? Comment faire une histoire des sensibilités dans les périodes non contemporaines, où les sources sont rares, même parfois inexistantes ? Comment comprendre le contexte de production « sensible » d’une œuvre littéraire, sculpturale, architecturale ou picturale ?

Autant de questions que suscite la présentation de la nouvelle revue Sensibilités (éditions Anamosa) donnée aux Rendez-vous de l’histoire 2016 à l’Auditorium de Blois. Pas de discours d’introduction pour cette présentation, mais un  film sur les danseurs Wadaabe : habits et maquillages chatoyants, yeux roulants, sourires éclatants et visages sublimés dans la clarté déclinante d’un soleil rasant. Une entrée en matière saisissante. Nos sens sont en éveil. Continuer la lecture de Penser le sensible : un paradoxe ?

Partir pour revenir : le cas des retornados portugais.

En 2012, Pedro Passos Coelho, alors Premier ministre du Portugal, a déclaré que les Portugais devaient « faire plus d’effort, abandonner leur zone de confort » en cherchant du travail ailleurs. Un appel à une nouvelle émigration, notamment vers l’Angola, un pays qui se développe via son pétrole, ou bien encore vers le Brésil. C’est donc un appel à partir vers les anciennes colonies, un appel pour aller conquérir, d’une nouvelle façon, des espaces perdus. Cette nouvelle situation conduit à s’interroger sur l’expérience coloniale portugaise (qui persiste jusqu’en 1974 en Angola et au Mozambique) et plus particulièrement au groupe des retornados, « ceux qui sont revenus » des colonies vers la métropole portugaise. La photographie ci-dessus du port de Lisbonne en 1975 montre les biens des retornados  envahissant les quais (et constitue la couverture du livre O Adeus ao Império de Fernando Rosas)

Continuer la lecture de Partir pour revenir : le cas des retornados portugais.

La garçonne et l’assassin

Si vous croyez que le titre de l’ouvrage de Danièle Voldman et Fabrice Virgili est limpide, vous vous trompez sûrement.

C’est une histoire qui n’a rien à envier à de brillants scenarii et qui n’a pourtant pas été inventée. C’est l’intrigue d’un couple hors-norme, au sens de hors-les-normes, transgressif. C’est un récit de faits divers, celui d’un couple qui vit la Grande Guerre, de cet homme, déserteur, qui devient femme pour échapper à la police. Paul, désormais Suzanne, choisit de se prostituer et entraîne son épouse avec lui. Elle le suit et subit cette situation en même temps qu’elle y participe. D’un enfant aussi, pris dans une relation qui vire au drame, un jour de meurtre. Continuer la lecture de La garçonne et l’assassin