Archives de catégorie : Bouger

Voyages, sorties, …

Le Master Histoire Publique passe une journée à Blois

La promotion 2020 du Master Histoire Publique se rend à Blois

La promotion 2020-2021 du Master Histoire Publique de l’UPEC était aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois, le vendredi 9 octobre. En présence ou à distance, malgré les restrictions et les quotas de place, les étudiantes et les étudiants étaient présents dans les salles de conférence, de l’Inspe à la Halle aux grains, au Salon du livre, au cinéma Les Lobis, dans l’espace des jeux vidéo, devant les grilles de la Préfecture, à la Fabrique ou à l’Hôtel de Ville. Ils et elles ont pu écouter des conférences et des tables-rondes sur des thèmes aussi variés que « Gouverner en guerre de Périclès à François Hollande », « Réinventer une histoire populaire de la France », « Gouverner la Nature », , « Faut-il déboulonner nos statues ? », « Le jeu de société comme support didactique et pédagogique : gouverner la cité. L’exemple de la cité de Metz au Moyen Âge », « Gouverner dans un monde d’hommes ».

Deux étudiantes assistent à la conférence : « Gouverner dans un monde d’hommes« 

Ils et elles ont assisté à des présentations d’ouvrages, par exemple celui de Jean-François Marmion, Psychologie de la connerie en politique ou celui de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, Une histoire du monde par les objets.

Le Salon du livre

Ils et elles ont vu des expositions consacrées aux affiches des Jeux olympiques, aux Voyages de Ibn Battûta ou encore aux Décolonisations. Ils et elles n’ont pas boudé le cinéma en visionnant le film: « Edouard, mon pote de droite » de Laurent Cibien.

Villeneuve-Saint-Georges : les projets

Comment parler de l’histoire et du patrimoine de Villeneuve-Saint-Georges pour et avec les habitants et les visiteurs de la ville ? Tel était le défi lancé par la Direction de la Culture au Master 2 Histoire publique en septembre 2019. Le 14 janvier 2020, après 4 mois de travail sur le terrain, dans les bibliothèques et les archives, avec le muséographe-scénographe Michel Kouklia et les enseignants-chercheurs du master, les dix étudiants de la promotion 2019-2020 ont rendu leurs projets devant la Direction de la Culture et le Service du Développement local et de l’Urbanisme, des représentants du Conseil Départemental du Val-de-Marne et du Comité Départemental du Tourisme et l’entreprise Immersive 3D.

En quelques mots, voici ce qu’ils ont conçu et qui pourrait, en fonction des possibilités, être mis en oeuvre très prochainement à Villeneuve-Saint-Georges.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : les projets

Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

Enrichir les parcours historiques imaginés par les étudiants du master histoire publique dans le cadre du partenariat avec la direction de la culture de Villeneuve-Saint-Georges : tel était l’objectif des deux déplacements organisés dernièrement. Et quand les étudiants commencent à exposer leurs idées, on constate que c’est sur de bons rails. Une chasse aux trésors historiques pour les enfants dans le centre-ville, une balade sonore sur le Plateau, un festival à Triage, il s’en trame, de beaux projets.

Continuer la lecture de Villeneuve-Saint-Georges : ça roule !

L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

« Un article de Clara Dezou, Melkisedec Damdieu, Maïlys Trubert et Rémi Upravan (promotion 2019-2020) »

 Le 20 septembre dernier, a été projeté le documentaire L’Énigme polonaise à la Bibliothèque polonaise de Paris, suivi d’un commentaire-débat en présence de Georges Mink, l’occasion de revenir sur les événements qu’il décrit et sur les enjeux de sa production.

Continuer la lecture de L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

           

Un article de Clara Dezou, Lise Simorre, Maylis Trubert et Robin Vlerick (promotion 2019-2020)

                                         

Le samedi 28 septembre a eu lieu, au café la Colonie, la deuxième édition du festival « Secousse » organisé par la Boîte à Histoire (association fondée en 2017 par des anciens étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC). Après « 1848 ! Des peuples en Révolution », c’est à la première croisade de 1099 d’être à l’honneur cette année. La prise de Jérusalem est un événement mal connu mais dont les représentations n’ont cessé de nourrir l’imaginaire collectif à travers les siècles. Le programme était très varié : conférences, jeux mais aussi ateliers animés par des historiens, des étudiants et des journalistes. Loin des formats académiques traditionnels, le festival invite le public à partager ses impressions dans une démarche active et participative. Ces animations relèvent le défi de lier savoir scientifique, transmission de connaissances et divertissement.

Un autre regard sur la croisade

Dès le début de la journée, les idées reçues sur l’événement sont remises en question à travers un atelier de fact checking animé par Anaïs Kien (journaliste à France Culture), Florian Besson (docteur en histoire médiévale, cofondateur du site Actuel Moyen Âge) et Camille Rouxpetel (spécialiste des dynamiques interculturelles entre Chrétiens d’Orient et d’Occident à l’Université de Nantes) lors d’un jeu de questions-réponses avec le public. Continuer la lecture de Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

Projet « Histoires de vies, de vignes et de vins » – 1er déplacement à Sancerre !

Répondre collectivement à une commande d’une institution ou d’une entreprise : c’est l’objectif de l’UE 3 du M2 Histoire publique « Ouverture sur l’entreprise ». Cette année, c’est la Maison des Sancerre qui a proposé un sujet aux 11 étudiants de la nouvelle promotion. Leur mission d’ici janvier : imaginer, pour et avec les viticulteurs et les vignerons, des manières de parler et de faire parler de l’histoire viticole sancerroise, de l’AOC, des savoir-faire dans les vignes et les chais et de l’évolution des façons de produire et de vivre.

Continuer la lecture de Projet « Histoires de vies, de vignes et de vins » – 1er déplacement à Sancerre !

Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Et si vous candidatiez pour une école d’été autour de l’histoire publique organisée à Wroclaw dans quelques mois ?

Plus de précisions ci-dessous ou dans la pièce jointe !

Callforpapers.PublicHistorySummerSchool.UniversityofWroclaw

The Historical Institute of the University of Wroclaw (Poland), the International Federation for Public History and Zajezdnia History Centre invites students and PhD candidates to participate in Public History Summer School to be held in Wroclaw, 2-5 July 2018.

Continuer la lecture de Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Trieste, Trst, Triest, est comme le jeu des poupées russes. Il suffit d’ouvrir la première pour comprendre qu’il faut aller jusqu’au bout. Le regard du voyageur est frappé par la contradiction entre sa vision d’une ville qui ne semble pas « italienne » dans son ensemble architectural et la presque obsédante évocation de son « italianité » dans sa toponymie aussi bien que dans ses monuments.

Continuer la lecture de Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Vendredi 26 octobre 2017, la promotion du Master Histoire publique est invitée à assister à l’émission radiophonique matinale  La Fabrique de l’Histoire produite et animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture. Le sujet de cette matinale : « Les filles rebelles au XXème siècle », en compagnie de Véronique Blanchard et David Niget, auteurs de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles paru en 2016 chez Textuel. Retour sur l’histoire d’une émission qui s’inscrit dans le domaine de l’histoire publique.

Continuer la lecture de Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

Continuer la lecture de Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Qui pourrait croire que des fragments intacts de l’idéologie fasciste persistent au sein même d’une ville italienne ? Trieste est pourtant de celles-ci. Au milieu de tous ses conflits mémoriels, l’un d’eux semble plus singulier que les autres. Le Risorgimento est bel et bien resté dans les mémoires : c’est la « renaissance », la réunification du Royaume d’Italie contre l’empire d’Autriche. En partant de cette idée, le symbole peut naître. Et cela va sans dire : le politique aime les symboles.

Continuer la lecture de Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Trieste, ville frontière(s)

« Bienvenue en Italie », premier texto, « Bienvenue en Slovénie », deuxième texto. Trieste se trouve à seulement 14 km de la frontière. La ville est prise entre l’Adriatique et les montagnes slovènes. Si à Trieste même, la langue parlée est l’italien, il suffit d’aller sur les hauteurs, de se rapprocher de la frontière, pour que les panneaux signalétiques soient bilingues et pour que dans les cafés et restaurants on entende parler autant l’italien que le slovène. C’est ce positionnement géographique qui a donné à Trieste une histoire si particulière, si compliquée mais si riche en même temps. Et qui a fait de Trieste une ville très convoitée. Elle n’a d’ailleurs pas toujours été italienne, pendant près de six siècles elle a été la frontière sud de l’empire d’Autriche. Après la Première Guerre mondiale, elle est devenue la frontière nord d’une Italie victorieuse, et l’un des bastions du fascisme.

Continuer la lecture de Trieste, ville frontière(s)

Un week-end à Blois

Vendredi 7 octobre, 7h37, le train part de la gare d’Austerlitz. Sur le quai n°1, les personnes affluent de toute part et se pressent dans les différentes voitures. Le groupe s’arrête à la 13e. Lesquels de ces passagers s’arrêteront à Blois ? Curieuse, la foule guette l’apparition d’historiens ou de journalistes renommés. Tout au long du trajet, l’excitation monte et les gobelets de café se vident frénétiquement. À l’intérieur, certains discutent des derniers préparatifs de la journée, tandis que d’autres préfèrent terminer leur nuit lovés au fond de leurs sièges et couverts par leur manteau. 9h01, arrivée en gare de Blois sous un soleil timide. Dans le hall central convergent machinalement les voyageurs qui, une fois quittée l’esplanade de la gare, se déversent par flots dans les rues, prêts à envahir la ville-hôte de la 19e édition des Rendez-Vous de l’Histoire.

Continuer la lecture de Un week-end à Blois