Archives de catégorie : Bouger

Voyages, sorties, …

Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Et si vous candidatiez pour une école d’été autour de l’histoire publique organisée à Wroclaw dans quelques mois ?

Plus de précisions ci-dessous ou dans la pièce jointe !

Callforpapers.PublicHistorySummerSchool.UniversityofWroclaw

The Historical Institute of the University of Wroclaw (Poland), the International Federation for Public History and Zajezdnia History Centre invites students and PhD candidates to participate in Public History Summer School to be held in Wroclaw, 2-5 July 2018.

Continuer la lecture de Public History Summer School – Wroclaw, 2-5 juillet 2018

Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Trieste, Trst, Triest, est comme le jeu des poupées russes. Il suffit d’ouvrir la première pour comprendre qu’il faut aller jusqu’au bout. Le regard du voyageur est frappé par la contradiction entre sa vision d’une ville qui ne semble pas « italienne » dans son ensemble architectural et la presque obsédante évocation de son « italianité » dans sa toponymie aussi bien que dans ses monuments.

Continuer la lecture de Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Vendredi 26 octobre 2017, la promotion du Master Histoire publique est invitée à assister à l’émission radiophonique matinale  La Fabrique de l’Histoire produite et animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture. Le sujet de cette matinale : « Les filles rebelles au XXème siècle », en compagnie de Véronique Blanchard et David Niget, auteurs de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles paru en 2016 chez Textuel. Retour sur l’histoire d’une émission qui s’inscrit dans le domaine de l’histoire publique.

Continuer la lecture de Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

Continuer la lecture de Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Qui pourrait croire que des fragments intacts de l’idéologie fasciste persistent au sein même d’une ville italienne ? Trieste est pourtant de celles-ci. Au milieu de tous ses conflits mémoriels, l’un d’eux semble plus singulier que les autres. Le Risorgimento est bel et bien resté dans les mémoires : c’est la « renaissance », la réunification du Royaume d’Italie contre l’empire d’Autriche. En partant de cette idée, le symbole peut naître. Et cela va sans dire : le politique aime les symboles.

Continuer la lecture de Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Trieste, ville frontière(s)

« Bienvenue en Italie », premier texto, « Bienvenue en Slovénie », deuxième texto. Trieste se trouve à seulement 14 km de la frontière. La ville est prise entre l’Adriatique et les montagnes slovènes. Si à Trieste même, la langue parlée est l’italien, il suffit d’aller sur les hauteurs, de se rapprocher de la frontière, pour que les panneaux signalétiques soient bilingues et pour que dans les cafés et restaurants on entende parler autant l’italien que le slovène. C’est ce positionnement géographique qui a donné à Trieste une histoire si particulière, si compliquée mais si riche en même temps. Et qui a fait de Trieste une ville très convoitée. Elle n’a d’ailleurs pas toujours été italienne, pendant près de six siècles elle a été la frontière sud de l’empire d’Autriche. Après la Première Guerre mondiale, elle est devenue la frontière nord d’une Italie victorieuse, et l’un des bastions du fascisme.

Continuer la lecture de Trieste, ville frontière(s)

Un week-end à Blois

Vendredi 7 octobre, 7h37, le train part de la gare d’Austerlitz. Sur le quai n°1, les personnes affluent de toute part et se pressent dans les différentes voitures. Le groupe s’arrête à la 13e. Lesquels de ces passagers s’arrêteront à Blois ? Curieuse, la foule guette l’apparition d’historiens ou de journalistes renommés. Tout au long du trajet, l’excitation monte et les gobelets de café se vident frénétiquement. À l’intérieur, certains discutent des derniers préparatifs de la journée, tandis que d’autres préfèrent terminer leur nuit lovés au fond de leurs sièges et couverts par leur manteau. 9h01, arrivée en gare de Blois sous un soleil timide. Dans le hall central convergent machinalement les voyageurs qui, une fois quittée l’esplanade de la gare, se déversent par flots dans les rues, prêts à envahir la ville-hôte de la 19e édition des Rendez-Vous de l’Histoire.

Continuer la lecture de Un week-end à Blois

« Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois, c’est un peu notre festival de Cannes à nous ! »

… a déclaré le journaliste Emmanuel Laurentin en cette belle matinée du vendredi 7 octobre, attablé au café L’agriculture, en face de la Halle aux Grains. Et il n’a pas tort ! Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois, c’est l’occasion de rencontrer de nombreuses personnalités qui sont en vogue dans la profession, de les croiser aux conférences, dans la rue, dans les cafés. Ici, tous les historiens se connaissent, se félicitent, débattent, ne parlent que d’une chose : Histoire !

Cette année, les Rendez-vous de l’Histoire – qui se sont déroulés du 6 au 9 octobre 2016 – ont eu pour thème « Partir ». Entendu dans un sens large, ce verbe peut avoir plusieurs connotations, positives autant que négatives. C’est un sujet vaste, contrasté et d’actualité qui a largement été abordé dans les différentes conférences des historiens de toutes les périodes. Et nous étudiants du master Histoire Publique, directement concernés par cet événement, nous y sommes allés et vous proposons quelques comptes-rendus, critiques, billets d’humeur, sur cette 19e édition.

Iris Pupella-Noguès

L’historien doit-il raconter des histoires ?

Si les Rendez-Vous de l’Histoire m’ont appris quelque chose c’est que la transmission de l’Histoire au grand public n’est pas une mince affaire. A Blois, certains historiens réussissent à merveille à captiver l’attention d’une foule de curieux levée de bonne heure. Un brin d’éloquence et une locution élégante peuvent suffire à rendre intelligible la singularité d’un objet d’étude à ces oreilles profanes. Mais la médiation culturelle est un art délicat et, n’en déplaise à Aristote, je peine à établir une corrélation entre renommée académique et art oratoire. Fort de ce constat, on en vient parfois à éviter délibérément certains noms. « J’ai une black list des mauvais conférenciers », m’avoue Jeanne, professeure d’histoire-géo qui fait le déplacement chaque année.

Continuer la lecture de L’historien doit-il raconter des histoires ?