Tous les articles par promotion20162017

Benjamin Brillaud (Nota Bene) met un pied dans le domaine littéraire avec « Les pires batailles de l’Histoire »,

Après  avoir conquis Youtube, Benjamin Brillaud (alias Nota Bene) s’attaque au domaine littéraire avec son livre Les pires batailles de l’Histoire.

Et pas avec n’importe quelles armes puisqu’il publie son ouvrage aux éditions Robert Laffont. En réutilisant la formule qu’il a testée sur sa chaîne, à savoir celle de la carotte (utiliser un fait atypique pour piquer l’attention du lecteur), Nota Bene nous livre un exemple de vulgarisation historique. L’ouvrage est facile à lire, instructif et original. Celui-ci nous propose d’étudier quinze batailles particulièrement catastrophiques, en parcourant chronologiquement l’histoire, de la bataille de Marathon à celle de la Baie des cochons. Si ces batailles sont « les pires », c’est avant tout parce que leur vainqueur n’est pas celui qui était attendu. Celui-ci ayant été aidé par une ou plusieurs catastrophes arrivées au moment opportun et qui parfois s’enchaînent (comme par exemple une tempête qui détruit l’invincible armada espagnole et sauve le royaume d’Angleterre d’une invasion). L’auteur fait ici le choix d’un top 15 des batailles qui ne se sont absolument pas déroulées comme prévu. Un choix probablement justifié par le côté décalé qui joue ici le rôle de carotte. Ce n’est pas un hasard si une aussi grande maison d’édition le publie. Comme Benjamin Brillaud l’a lui-même dit lors de la table ronde « L’Histoire fait-elle vendre ? », organisée par le CRHEC à l’UPEC le 19 novembre 2016, il doit ce livre à sa popularité. Robert Laffont ne prend pas un gros risque à le publier, car la chaîne Youtube Nota Bene compte 400 000 abonnés. Cet ouvrage, comme la chaîne Youtube, présente l’Histoire d’une autre manière que ne le fait le milieu académique.

Pour aérer son discours, l’auteur a recours à deux astuces. Il y incruste des illustrations, inspirées du sujet, dont l’auteur est Arcady Picardi, ainsi que des parties de fiction. Ces dernières sont placées de manière chronologique dans le chapitre. Ces parties fictionnelles sont en italique, ce qui permet de bien les différencier du reste du discours. On trouve même des notes de bas de page qui indiquent au lecteur si les personnages ont réellement existé. Si c’est le cas, Benjamin Brillaud les présente ; sinon, il dévoile les raisons qui l’ont amené à choisir tel ou tel nom, toujours en rapport avec la bataille en elle-même. Ces techniques permettent d’offrir au lecteur un moment de détente qui l’aide à reprendre ensuite plus attentivement sa lecture. En d’autres termes, c’est une sorte de micro-sieste de l’attention. Au milieu de tous ces faits, de ces dates et de ces noms, l’ouvrage propose au lecteur une pause où il se laisse porter non plus par sa réflexion, mais par ses sentiments.

Benjamin Brillaud a décidé de traiter le thème de l’armée, en étudiant les pires batailles historiques. La situation géographique des batailles est également très diverse, tous les continents sont représentés. L’auteur explique ses choix dans son introduction. Dans ce livre, le lecteur trouvera du drame, de l’inattendu et du spectaculaire, présentés de manière originale. Chaque bataille est écrite dans un discours au ton relativement léger. C’est, pour lui, important, car « la forme est aussi importante que le fond pour transmettre efficacement un savoir et stimuler la curiosité » (p. 19). Mais les faits n’en sont pas pour autant moins bien présentés. Benjamin Brillaud ne se contente pas de simples explications tactiques. Avant de décortiquer la bataille en elle-même, Benjamin Brillaud prend le temps d’exposer comment la situation a empiré jusqu’à cette bataille. Il raconte les origines du conflit, présente les pays belligérants, les chefs militaires dirigeant les troupes et explique pourquoi ceux-ci sont à la tête des opérations. Puis il présente les conséquences des batailles pour les vainqueurs et pour les vaincus. Une manière assez traditionnelle de présenter un fait historique.

À chaque fin de chapitre, on trouve une rubrique appelée « Pendant ce temps-là dans le monde ». Comme son nom l’indique, elle relate en une à deux pages ce qui se passe dans d’autres points du globe à la même époque. Le but est de satisfaire la curiosité du lecteur ou de la susciter, comme Benjamin Brillaud l’explique dans son introduction. Elle permet également de replacer la bataille que nous venons d’étudier dans un contexte plus général. Le lecteur est donc incité à prendre du recul pour mieux juger les événements qu’on vient de lui décrire, ce qui se rapproche de la démarche de l’historien académique.

On notera également, à la fin du livre, un chapitre intitulé « Pour aller plus loin ». Cette partie propose, pour chaque chapitre, une sélection d’ouvrages qui permettent d’approfondir ses connaissances sur le sujet. Une bonne initiative, car celle-ci incite le lecteur à repousser les limites de son savoir et le guide dans une bibliographie souvent foisonnante et mal connue de la plupart des non-initiés.

Une lecture facile et distrayante, qui a en plus le mérite d’être instructive.

Benjamin Brillaud, Nota Bene : Les pires batailles de l’Histoire, Paris, Robert Laffont, 2016.

Guillaume Parisis

Histoire et internet

Les vidéos de vulgarisation ont la cote sur Youtube, notamment en Histoire. C’est pour nous parler de ce nouveau moyen de médiation du savoir qu’a eu lieu dans la Halle aux Grains de Blois, lors des Rendez-vous de L’Histoire 2016, une discussion tenue par Catherine Brice, professeure d’Histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil, et Benjamin Brillaud, créateur de la chaine de vulgarisation historique Nota Bene.

Continuer la lecture de Histoire et internet

Penser le sensible : un paradoxe ?

Peut-on faire l’histoire des sensibilités ? C’est une question que tout historien se pose.  Quelles sont les sources ? Comment les traiter ? Les textes doivent-ils être traités comme sources ou comme documents ? Que révèlent-ils des modes du sensible à travers le temps ? Comment faire une histoire des sensibilités dans les périodes non contemporaines, où les sources sont rares, même parfois inexistantes ? Comment comprendre le contexte de production « sensible » d’une œuvre littéraire, sculpturale, architecturale ou picturale ?

Autant de questions que suscite la présentation de la nouvelle revue Sensibilités (éditions Anamosa) donnée aux Rendez-vous de l’histoire 2016 à l’Auditorium de Blois. Pas de discours d’introduction pour cette présentation, mais un  film sur les danseurs Wadaabe : habits et maquillages chatoyants, yeux roulants, sourires éclatants et visages sublimés dans la clarté déclinante d’un soleil rasant. Une entrée en matière saisissante. Nos sens sont en éveil. Continuer la lecture de Penser le sensible : un paradoxe ?

Un week-end à Blois

Vendredi 7 octobre, 7h37, le train part de la gare d’Austerlitz. Sur le quai n°1, les personnes affluent de toute part et se pressent dans les différentes voitures. Le groupe s’arrête à la 13e. Lesquels de ces passagers s’arrêteront à Blois ? Curieuse, la foule guette l’apparition d’historiens ou de journalistes renommés. Tout au long du trajet, l’excitation monte et les gobelets de café se vident frénétiquement. À l’intérieur, certains discutent des derniers préparatifs de la journée, tandis que d’autres préfèrent terminer leur nuit lovés au fond de leurs sièges et couverts par leur manteau. 9h01, arrivée en gare de Blois sous un soleil timide. Dans le hall central convergent machinalement les voyageurs qui, une fois quittée l’esplanade de la gare, se déversent par flots dans les rues, prêts à envahir la ville-hôte de la 19e édition des Rendez-Vous de l’Histoire.

Continuer la lecture de Un week-end à Blois

Partir pour revenir : le cas des retornados portugais.

En 2012, Pedro Passos Coelho, alors Premier ministre du Portugal, a déclaré que les Portugais devaient « faire plus d’effort, abandonner leur zone de confort » en cherchant du travail ailleurs. Un appel à une nouvelle émigration, notamment vers l’Angola, un pays qui se développe via son pétrole, ou bien encore vers le Brésil. C’est donc un appel à partir vers les anciennes colonies, un appel pour aller conquérir, d’une nouvelle façon, des espaces perdus. Cette nouvelle situation conduit à s’interroger sur l’expérience coloniale portugaise (qui persiste jusqu’en 1974 en Angola et au Mozambique) et plus particulièrement au groupe des retornados, « ceux qui sont revenus » des colonies vers la métropole portugaise. La photographie ci-dessus du port de Lisbonne en 1975 montre les biens des retornados  envahissant les quais (et constitue la couverture du livre O Adeus ao Império de Fernando Rosas)

Continuer la lecture de Partir pour revenir : le cas des retornados portugais.

« Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois, c’est un peu notre festival de Cannes à nous ! »

… a déclaré le journaliste Emmanuel Laurentin en cette belle matinée du vendredi 7 octobre, attablé au café L’agriculture, en face de la Halle aux Grains. Et il n’a pas tort ! Les Rendez-vous de l’Histoire de Blois, c’est l’occasion de rencontrer de nombreuses personnalités qui sont en vogue dans la profession, de les croiser aux conférences, dans la rue, dans les cafés. Ici, tous les historiens se connaissent, se félicitent, débattent, ne parlent que d’une chose : Histoire !

Cette année, les Rendez-vous de l’Histoire – qui se sont déroulés du 6 au 9 octobre 2016 – ont eu pour thème « Partir ». Entendu dans un sens large, ce verbe peut avoir plusieurs connotations, positives autant que négatives. C’est un sujet vaste, contrasté et d’actualité qui a largement été abordé dans les différentes conférences des historiens de toutes les périodes. Et nous étudiants du master Histoire Publique, directement concernés par cet événement, nous y sommes allés et vous proposons quelques comptes-rendus, critiques, billets d’humeur, sur cette 19e édition.

Iris Pupella-Noguès

L’historien doit-il raconter des histoires ?

Si les Rendez-Vous de l’Histoire m’ont appris quelque chose c’est que la transmission de l’Histoire au grand public n’est pas une mince affaire. A Blois, certains historiens réussissent à merveille à captiver l’attention d’une foule de curieux levée de bonne heure. Un brin d’éloquence et une locution élégante peuvent suffire à rendre intelligible la singularité d’un objet d’étude à ces oreilles profanes. Mais la médiation culturelle est un art délicat et, n’en déplaise à Aristote, je peine à établir une corrélation entre renommée académique et art oratoire. Fort de ce constat, on en vient parfois à éviter délibérément certains noms. « J’ai une black list des mauvais conférenciers », m’avoue Jeanne, professeure d’histoire-géo qui fait le déplacement chaque année.

Continuer la lecture de L’historien doit-il raconter des histoires ?

La garçonne et l’assassin

Si vous croyez que le titre de l’ouvrage de Danièle Voldman et Fabrice Virgili est limpide, vous vous trompez sûrement.

C’est une histoire qui n’a rien à envier à de brillants scenarii et qui n’a pourtant pas été inventée. C’est l’intrigue d’un couple hors-norme, au sens de hors-les-normes, transgressif. C’est un récit de faits divers, celui d’un couple qui vit la Grande Guerre, de cet homme, déserteur, qui devient femme pour échapper à la police. Paul, désormais Suzanne, choisit de se prostituer et entraîne son épouse avec lui. Elle le suit et subit cette situation en même temps qu’elle y participe. D’un enfant aussi, pris dans une relation qui vire au drame, un jour de meurtre. Continuer la lecture de La garçonne et l’assassin