Et si la patrimonialité se faisait à travers la création artistique ?

 Marie-Cécile Farges

Traversées/Attraversamenti est un projet qui a été porté d’octobre 2018 à juin 2019 par l’association Projection(s), promotrice d’événements culturels, que mon équipe et moi-même avons créée pour l’occasion.

Un projet entre art et patrimoine

Le projet a concerné deux villes, Bologne et Paris, à l’histoire et au patrimoine très riches et s’est accompagné, dans un premier temps, de résidences artistiques pour les artistes choisis – musiciens et photographes – et, dans un deuxième temps, d’expositions de leurs œuvres.

En effet, lors d’une résidence artistique d’une semaine, les photographes ont proposé, de manière croisée, un regard sur la ville dont ils n’étaient pas originaires, le Bolonais sur Paris et le Parisien sur Bologne. La vision qu’ils ont alors élaborée permet de passer de l’espace imaginé à l’espace vécu. Durant leur résidence, les photographes ont travaillé avec des musiciens pour aboutir à des compositions musicales en lien avec leur projet artistique. La création sonore ainsi obtenue permettait de rendre compte de l’univers artistique des photographes, mais aussi de leur perception de la ville. Diffusée lors des deux expositions organisées à quelques semaines d’intervalle à Paris et à Bologne, cette bande sonore permettait une immersion complète dans les deux paysages urbains.

Ce projet concerne donc deux villes, deux résidences artistiques croisées, deux expositions et quatre artistes s’efforçant d’appréhender un territoire, un patrimoine. Nous avons décidé de ne pas imposer de circuits aux artistes pour laisser leur fibre artistique parler d’elle même et ne pas altérer leur perception de la ville et des lieux.

Revisiter le patrimoine à travers l’art

Michele Amaglio, le photographe italien, a orienté son circuit autour de la Petite Ceinture, ancienne ligne de chemin de fer permettant aux trains de faire le tour de Paris. Le type de parcours vers lequel il s’est dirigé est très révélateur. D’une part, il a voulu s’éloigner des stéréotypes liés à la ville. L’artiste en se rattachant à ce type de patrimoine refuse les représentations classiques que l’on se fait de la capitale telles que la Tour Eiffel, les Champ Elysées, l’Arc de Triomphe ou encore Le Louvre. Il se dirige vers un Paris plus urbain et plus populaire dont les caractéristiques  commencent tout juste à être redécouvertes et utilisées à des fins patrimoniales. L’exploration  de ces lieux  se fait en dehors des sentiers battus  et permet la découverte de lieux introuvables dans les guides touristiques. D’autre part, le regard que le photographe a porté sur la ville est en cohésion avec la politique patrimoniale actuelle, celle de valoriser des lieux laissés en friche pendant longtemps . Depuis les années 2000, le Ministère de la culture commence à prendre conscience de la valeur du patrimoine industriel dans les villes. On tend à le conserver et à le valoriser comme c’est le cas pour la Petite Ceinture, réhabilitée par la ville de Paris et la SNCF de diverses manières. A l’abri des regards indiscrets, avec des accès souvent grillagés ou murés, Michele Amaglio a su saisir l’atmosphère si particulière de cet espace parisien et de l’architecture environnante, entre cités-jardins, grands ensembles et lignes de chemin de fer.

La création sonore, réalisée par Raphaël Bruni, rentre en cohésion avec le travail photographique. C’est aussi le reflet d’un mode de vie parisien. Sirènes de pompier, moteurs de voiture, klaxons sont d’autant plus d’indices sur la ville moderne. Le brouhaha perpétuel reflète une vie qui ne s’arrête jamais. Des sons enregistrés  lors d’une exploration urbaine sur la Petite Ceinture et diffusés lors de l’exposition accordent la vue à l’ouïe. La ville, on la voit et on l’entend. L’expérience sensorielle de sa découverte  facilite notre appropriation des lieux et  en modèle leurs représentations.

Traversons la frontière italienne, pour retrouver un autre type de ville, une autre vision, une autre patrimonialité. Avec ses rues à arcades, ses nombreux dédales et ses murs aux nuances orangées, Bologne est une ville à l’architecture surprenante, où l’histoire et le patrimoine sont omniprésents. A travers la production du photographe français, Augustin Jacob, on perçoit la ville d’une autre manière. Par le biais de ses clichés nous plongeons dans l’intimité des habitants, de manière plus ou moins distancée, et tentons de comprendre leurs liens avec l’espace urbain. C’est cela aussi la patrimonialité, un ensemble de représentations du patrimoine lié à l’expérience que tout un chacun a avec sa ville et son territoire. Les pérégrinations du photographe, sans parcours défini, amènent à s’interroger sur le lien entre habitants et patrimoine, entre distance et objets. Flâneries et déambulations à travers les rues étroites de la ville, rassemblements autour des concerts de rue montrent comment le patrimoine est perçu et vécu. Ces photographies témoignent de rapports pluriels à l’espace urbain et différents d’un habitant à l’autre. Les pratiques urbaines et sociales sont propres à chacun. L’objectif du photographe traduit la pratique et  l’usage des lieux à travers la rêverie des citadins.

Cette fois-ci, la création sonore, élaborée par Russo Amorale, est moins abrupte que celle  qui émaille le parcours parisien. Plus douce, elle s’adapte à l’atmosphère bolonaise. Entre chuchotements, sons de guitare et témoignages, le son et l’image s’accordent pour dévoiler une ville, des habitants et des ambiances tantôt douces tantôt entraînantes.

Ces œuvres conduisent donc à un véritable travail de co-construction entre des artistes saisissant des moments de vie et des publics interceptant  ou interprétant images et discours. A partir de ce travail émerge une multitude de représentations de la ville. Le public est à même  de s’approprier les créations en fonction d’expériences personnelles ou d’usages de la ville. L’artiste et le public sont parties intégrantes de ces espaces urbains, de ces lieux mais aussi des œuvres qui en sont issues. Et c’est par le biais de la médiation que leurs usages et leurs représentations seront propagés.

Un tel projet, c’est simplement permettre aux gens et aux histoires de se rencontrer.

 

.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.