L’énigme Polonaise, DE Georges Mink et Virginie Linhart (2005)

« Un article de Clara Dezou, Melkisedec Damdieu, Maïlys Trubert et Rémi Upravan (promotion 2019-2020) »

 Le 20 septembre dernier, a été projeté le documentaire L’Énigme polonaise à la Bibliothèque polonaise de Paris, suivi d’un commentaire-débat en présence de Georges Mink, l’occasion de revenir sur les événements qu’il décrit et sur les enjeux de sa production.

La genèse du documentaire

Réalisé en 2005 par Georges Mink, historien spécialiste de la Pologne et Virginie Linhart, réalisatrice de documentaires,  ce film retrace les négociations qui se déroulèrent en Pologne autour de la  « Table ronde » de 1989 entre les membres du gouvernement communiste du général Jaruzelski et ses opposants libéraux, membres du syndicat Solidarność (Solidarité). Le film répond à une commande d’Arte concernant initialement deux reportages : l’un racontant la toile de fond historique des événements de la Pologne contemporaine, l’autre s’intéressant à ce que pensent les Polonais en 2005 à propos des années 1980-1995, et tout cela au moment de la réalisation des reportages. Le deuxième film, une fois achevé, est rejeté par Arte pour son manque de distance par rapport au sujet. Il est alors décidé que le film sur cette histoire doît être confié à un étranger. Georges Mink et Virginie Linhart sont alors chargés de réaliser ce projet. Leur film s’attache donc, à travers la présentation de la situation politique de la Pologne des années 1980-1995, à offrir une dualité des points de vue.  Cette histoire nest  alors toujours pas écrite et son écriture reste  difficile, complexe ou douloureuse.

En effet, les négociations de 1989 ont eu lieu entre les membres du gouvernement communiste au pouvoir durant cette période et leurs opposants réunis dans le syndicat Solidarność. Ce dernier avait été fondé en 1980 par Lech Walesa, ouvrier électricien des chantiers navals de Gdansk, en opposition au gouvernement communiste. Solidarność se transforme rapidement en mouvement social contestataire du pouvoir en place et  il est largement soutenu par la population et par l’Église. Les tensions sont grandes entre les deux camps et mènent à plusieurs affrontements. Dans ce contexte extrêmement tendu, la loi martiale est décrétée le 13 décembre 1981 introduisant des restrictions de libertés considérables pour le peuple polonais qui doit se soumettre à un couvre-feu et à la censure. Des milliers de cadres et d’opposants politiques sont internés dans des camps pour n’être libérés qu’en 1983.  Ces événements sont suivis, le 19 octobre 1984, pas l’enlèvement du prêtre Jerzy Popiełuszko qui est torturé à mort puis jeté dans la Vistule. C’est seulement avec la Perestroïka mise en place en Union soviétique à partir de 1985 par Mikhaïl Gorbatchev, que Solidarność aperçoit la possibilité de changer de système gouvernemental. Des négociations ont lieu à partir du mois d’août 1988 avant de s’achever en 1989 sur une victoire de Solidarność. Ce sont ces pourparlers, qui mettent fin au régime communiste en Pologne, que L’Énigme polonaise s’attache à raconter.

L’énigme polonaise comme outil de vulgarisation historique

Pour ce faire, Georges Mink et Virginie Linhart ont choisi de s’appuyer sur une multitude de témoignages des participants aux négociations, offrant ainsi plusieurs interprétations de l’histoire de la « Table ronde ». En effet, la parole est donnée aux membres de Solidarność mais aussi aux anciens membres du gouvernement communiste. La vision sur ces événements varie selon l’appartenance politique de l’interlocuteur et montre que la mémoire polonaise n’est pas homogène. Ce documentaire ne participe pas à la construction d’une mémoire polonaise unique, il montre, au contraire,  l’existence et la cohabitation de plusieurs mémoires, celle des partisans de Solidarność et celle des anciens communistes vaincus. Même si le film exclut les protagonistes internationaux et notamment ceux du bloc de l’Ouest, Georges Mink souligne que le documentaire n’a pas été pensé pour un public polonais qui connaît déjà l’histoire de Solidarność et de la Table ronde. En tant que  commande d’Arte, il a été conçu pour un public allemand et français avec une ambition pédagogique très forte. Il n’a pas pour but la création d’une mémoire polonaise mais plutôt la démonstration de l’existence d’une multitude de mémoires, d’une histoire qui reste ouverte et qui se construit encore aujourd’hui. Ce documentaire peut donc être considéré comme une œuvre de vulgarisation historique et un outil pour l’histoire publique. En effet, il a été créé pour un public étranger, non concerné par ces enjeux de mémoires et selon une structure pédagogique mettant en récit une histoire par le biais d’images.

 

 Le regard d’un présent vers le passé

Regarder ce documentaire aujourd’hui conduit à une réflexion concernant la question de la mémoire. Ania Szczepanska, spécialiste de l’histoire du cinéma, et Jérôme Heurtaux, spécialiste de la Pologne contemporaine, soulignent à juste titre et à l’occasion du débat qui suit la projection du documentaire, l’utilisation très datée des images d’archives. Par exemple, si le film intègre à son récit, à la fois des photographies, des images issues des fonds de la télévision polonaise mais aussi des interviews inédites des différents protagonistes présents lors des négociations, aucune provenance de ces archives n’est explicitée : le film ne précise pas d’où viennent les documents qu’il utilise. De plus, des pans de l’histoire de ces événements sont gommés. Aucune place n’est accordée au rôle des femmes dans les négociations et dans Solidarność de manière plus générale, ou à celui des étudiants qui sont évacués du récit. Georges Mink souligne que pour faire un documentaire, les réalisateurs ont l’obligation de choisir, de sélectionner des éléments et donc d’en mettre certains de côté. Il admet tout de même que la création du documentaire a largement répondu à une problématique liée au contexte politique polonais de 2005. En effet, la montée d’un certain populisme, d’un « oubli de la mémoire », rendu visible par la réélection des anciens communistes la même année, est représentative des enjeux mémoriels qui se jouent en Pologne.

Revoir en 2019 un documentaire de 2005 sur la période 1980-1995 et revenir sur sa genèse, son élaboration et sa signification invite le spectateur et l’historien à plusieurs  réflexions. Tout d’abord, nombre des thèmes et des enjeux de mémoires au cœur de la société polonaise dans la décennie 2000 sont toujours brûlants d’actualité. Ensuite, certains silences d’alors semblent actuellement inacceptables, par exemple, celui sur le rôle des femmes dans Solidarność. Malgré tout, le regard sur cette succession de périodes historiques et leur polysémie est un moyen de rendre compte de l’élaboration mémorielle.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.