Festival Secousse#2 : La croisade dans tous ses états

           

Un article de Clara Dezou, Lise Simorre, Maylis Trubert et Robin Vlerick (promotion 2019-2020)

                                         

Le samedi 28 septembre a eu lieu, au café la Colonie, la deuxième édition du festival « Secousse » organisé par la Boîte à Histoire (association fondée en 2017 par des anciens étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC). Après « 1848 ! Des peuples en Révolution », c’est à la première croisade de 1099 d’être à l’honneur cette année. La prise de Jérusalem est un événement mal connu mais dont les représentations n’ont cessé de nourrir l’imaginaire collectif à travers les siècles. Le programme était très varié : conférences, jeux mais aussi ateliers animés par des historiens, des étudiants et des journalistes. Loin des formats académiques traditionnels, le festival invite le public à partager ses impressions dans une démarche active et participative. Ces animations relèvent le défi de lier savoir scientifique, transmission de connaissances et divertissement.

Un autre regard sur la croisade

Dès le début de la journée, les idées reçues sur l’événement sont remises en question à travers un atelier de fact checking animé par Anaïs Kien (journaliste à France Culture), Florian Besson (docteur en histoire médiévale, cofondateur du site Actuel Moyen Âge) et Camille Rouxpetel (spécialiste des dynamiques interculturelles entre Chrétiens d’Orient et d’Occident à l’Université de Nantes) lors d’un jeu de questions-réponses avec le public. Loin des clichés qui tendent à réduire les croisades à une confrontation brutale entre Orient et Occident, l’atelier a permis de mettre en avant les échanges complexes qui ont relié les Églises chrétiennes et les différentes branches de l’Islam. Le public est invité toute la journée à comprendre comment les imaginaires se sont construits au fil des instrumentalisations politiques et culturelles. Or, c’est souvent la lecture d’un affrontement Bien/Mal qui a été retenue, comme le montre l’expression de « croisade contre le communisme » prônée par le sénateur américain McCarthy. À travers un “burger quiz”, où deux équipes s’affrontent pour démêler ce qui relève de la croisade et de la colonisation, et un atelier cinéma, qui illustre combien un certain médiévalisme continue d’imprégner la production actuelle, le public est amené à comprendre les mécanismes d’instrumentalisation mémorielle et de fictionnalisation du récit historique. Il est ainsi confronté aux problématiques du métier d’historien. Dans cette perspective, Yves Gleize (archéo-anthropologue) propose de plonger au cœur de la pratique archéologique. Grâce aux photographies de fouilles du cimetière franc d’Atlit où se mêlent populations locales et croisés, il retrace les étapes de sa démarche archéologique, de la définition d’un espace de fouille à l’interprétation des quelques résultats obtenus : la position des corps, allongés sur le côté droit et inclinés vers La Mecque,  révèle qu’il s’agit de Musulmans. Les analyses fondées sur l’archéologie permettent donc de croiser les sources dont se sert l’historien pour construire le savoir.

Secousse #2 initie ainsi le public à différentes méthodologies historiques, dans un souci de co-construction du savoir historique en mettant en avant les sujets les plus nouveaux : enregistrée pour le podcast « Passions Médiévistes », Elsa Margueritat (étudiante en Master à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) a partagé les recherches qu’elle a menées sur la représentation des femmes du Levant durant les croisades, en s’appuyant sur des chroniques, comme celle de la princesse byzantine Anne Comnène.

Une expérience interactive de l’histoire

Le festival est également l’occasion de rendre l’histoire vivante à travers une immersion intellectuelle autant que sensorielle, ludique et divertissante. Pour réveiller aussi bien les papilles que les esprits, une dégustation de desserts éclaire sur les échanges culturels des croisés lorsqu’au milieu des mets sucrés, Jeanne Costantini (étudiante en Licence d’Histoire à Paris 10) nous raconte l’épopée de la pâte feuilletée. L’invitation sensorielle passe également par la mise à disposition de « bulles sonores », qui permettent au public de plonger au cœur des récits contemporains de la croisade, tels ceux du siège de Jérusalem, mis en voix et enregistrés dans le studio de Radio Campus. Un escape game et un jeu de plateau  finissent de poser le décor et mettent en action le spectateur habitué des conférences. La Boîte à Histoire montre ainsi son souci de s’adresser à un public pluriel en profitant des potentialités offertes par les différents médiums d’explication et de valorisation du récit historique.

En somme, si le festival Secousse #2 « 1099, la Première croisade en question » est une vraie réussite, on ne peut que lui souhaiter, pour la prochaine édition, de parvenir à rassembler un public encore plus large et de continuer d’attirer de nombreux curieux et amateurs d’histoire.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.