Lénine est mort ! Vive Lénine !

Un article de Maxime Lagarde, promotion 2018-2019

En 2016, la sortie du jeu vidéo Lénine à la morgue suscite la polémique en Russie. L’application mobile propose au joueur d’incarner un thanatopracteur dont la mission est d’embaumer l’ex-dirigeant communiste. Vêtue d’un simple caleçon rouge orné d’une faucille et d’un marteau, la dépouille de Lénine reçoit chacun des soins destinés à déjouer la décomposition naturelle du corps. Le joueur maquille puis habille le révolutionnaire en imitant l’apparence du corps bien réel de Lénine, exposé depuis près de cent ans dans le mausolée de la place Rouge moscovite.

Docteur Maboul au pays des Tsars, le jeu a tous les airs d’une farce. Pourtant, la blague n’a pas fait rire tout le monde. Le député du Parti communiste russe Mikhaïl Abramyan a par exemple dénoncé « une abomination » et une insulte « aux sentiments de millions de personnes qui chérissent la mémoire du plus humain des hommes ». Réclamant le retrait de l’application, il a vilipendé son créateur, Sergey Zanin, pour « violation d’un symbole de l’ère soviétique et corruption de la jeune génération russe. »

Réduire Lénine à la morgue à un simple divertissement serait faire abstraction d’une analyse politique et historique plus complexe. Cette production renvoie aux enjeux symboliques et financiers du maintien de la momie.  En effet, la présentation du jeu rappelle que « le processus d’embaumement est très coûteux » et que l’entretien du corps de Lénine est estimé à  « quelques centaines de milliers de dollars chaque année ».

Présenté au public dès 1924, année de la mort de Lénine, le corps réclame effectivement des soins spécifiques dont la somme exacte, estimée entre 14 000 euros et 42 000 euros annuels selon les médias, continue de nourrir la polémique. La controverse, si elle semble s’attarder sur des considérations économiques, témoigne surtout d’une désaffection progressive des Russes pour les symboles incarnés par la momie de Lénine.

En 2012, un sondage émanant de l’Institut indépendant Levada (organisme indépendant de recherches en sociologie) révélait qu’un quart des Russes seulement restaient attachés à la conservation et à l’exposition du corps du dirigeant. Ce dernier ne serait plus aujourd’hui qu’un simple objet de curiosité touristique, une  attraction obligée pour les visiteurs étrangers. Moquée et détournée, la conservation du corps semble avoir perdu sa vocation première : fédérer le peuple autour de la mémoire de la révolution bolchévique de 1917 dont Lénine fut le porte étendard.

Les “deux corps ” de Lénine

Selon l’historien Jacques Julliard, Lénine est en 1924 l’objet d’une      « canonisation posthume immédiate » dont la visée politique s’appuie sur la ferveur populaire ainsi que sur la force des symboles et des cérémonies qui entourent sa mort. Dans cet ordre d’idées, l’anthropologue Philippe Charlier écrit que le corps de Lénine est « plus qu’une dépouille » et ajoute que « tant que son corps ne se décompose pas, ses idées ne meurent pas non plus ». Dans les années 1920, le corps de Lénine, qui souhaitait pourtant être enterré auprès de sa mère, est instrumentalisé par les dirigeants soviétiques. Ces derniers créent un culte léniniste aux accents éminemment religieux.

Sur ce point, les recherches de Jacques Julliard éclairent sur la dualité du corps des rois et des dirigeants. Dans son ouvrage La Mort du roi, il reprend le motif des « deux corps du roi » formulé par l’historien Ernst Kantorowicz, et résumé en ces termes par le médiéviste Patrick Boucheron : « Parce qu’il est naturellement un homme mortel, le roi souffre, doute, se trompe parfois […]. Mais dans ce corps mortel du roi vient se loger le corps immortel du royaume que le roi transmet à son successeur. »

Si la théorie des deux corps du roi ne s’applique pas de façon mécanique dans tous les scénarios ou à toutes les époques, le cas du corps conservé de Lénine en est une expression concrète. Un climat de religiosité, des rituels et des communions symboliques se mettent en place au moment du décès des gouvernants ou des leaders politiques, même dans des Etats sécularisés comme l’Union Soviétique. On parle alors de théologie sécularisée ou de religion politique.

Sous le régime communiste, la conservation du corps de Lénine et sa transformation en une relique avaient un sens politique puissant. Ils étaient le socle et l’expression d’un sentiment commun d’appartenance.

Un objet de mémoires et de polémiques

Le regard porté sur cet objet  de mémoire a beaucoup évolué. Aujourd’hui, le corps de Lénine et le mausolée où il est présenté cristallisent des tensions mémorielles sources d’un malaise politique: comment concilier le passé et la mémoire soviétiques avec la politique russe actuelle, née sur les ruines du bloc de l’Est ?

Dès le début des années 1990, la question du déplacement et de la mise en terre du corps de Lénine est posée. Le monde soviétique périclitant, la mémoire de Lénine devient encombrante pour la Russie nouvelle. Dès sa réélection au pouvoir en 1996, le président Boris Eltsine envisage la fermeture du mausolée. Rapidement, ses conseillers comprennent que déplacer le corps vivifierait les dissensions mémorielles et politiques toujours manifestes.

En décembre 2000, le nouveau président Vladimir Poutine rénove les regalia russes, adoptant une version remaniée de l’Hymne de l’Union soviétique, réintroduisant l’aigle bicéphale tsariste dans les emblèmes nationaux et conservant le drapeau rouge communiste pour les armées. Un compromis entre deux pans de l’histoire russe a priori inconciliables mais qui correspond au credo de la « Russie Unie » portée par le président russe.

C’est dans ce contexte que continue d’être posée la question du déplacement du corps de Lénine. D’après Boris Jakemendo, politologue et chargé de cours en histoire de la Russie à l’Université russe de l’Amitié des Peuples, la question de l’enterrement, qui « fait l’objet de manœuvres politiques », ne pourra être réglée que lorsque la génération voyant le corps de Lénine « comme un symbole » aura disparu.

(AP Photo/Sergei Karpukhin)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.