LE MARIAGE DU DRoNE ET DE L’ARROSOIR : de l’art de filmer la fouille archéologique

Un article d’Aurore Juvenelle (promotion 2018-2019).

Indiana Jones a beaucoup fait pour populariser l’archéologie auprès du grand public. Mais dans la vie réelle, les travaux des archéologues sont moins spectaculaires. Comment faire alors pour transmettre le goût de la truelle et du pinceau ? Comment filmer l’infilmable ?

C’est à la forme documentaire que s’intéressait la journée d’étude La truelle et la caméra , filmer la fouille archéologique, organisée ce 1er février 2019, par le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée et le Master 2 Histoire Publique de l’Université Paris-Est Créteil.

De fait, selon l’INRAP – Institut National de Recherches Archéologiques Préventives -, la télévision est bien, à 56%,  la première source d’information du grand public sur le sujet, loin devant les expositions, les conférences et les réseaux sociaux.

Mais comment faire co-exister les exigences scientifiques d’un archéologue avec les préoccupations narratives et esthétiques d’un réalisateur et avec les exigences d’audience d’un diffuseur, pour un public de non spécialistes ? La réponse est loin d’être simple. Il existe une tension nette entre le discours du scientifique et les exigences du divertissement.

Existe- t- il un type de documentaire archéologique ?

C’est Adrien Berthou, organisateur du Festival du film d’archéologie Icronos à Bordeaux, qui débute en  questionnant d’emblée la diversité d’objectifs d’un documentaire : médiation scientifique ou enjeux de communication ? Enjeu mercantile ou idéologique ? Bref, quels sont les enjeux qui président à la réalisation d’un documentaire ? Répondre à cette question, c’est déjà entrevoir la forme et le contenu du documentaire.

Le genre obéit aussi à des modes. Il se cherche. Alors que jusqu’en 1945, il prend le plus souvent la forme de films amateurs, il évolue dans l’Après-guerre et  jusqu’aux années 1990 vers une plus grande pédagogie qui met davantage en valeur le travail des chercheurs. C’est la grande vogue des documentaires sur les grands édifices antiques.  Mais le public finit par se lasser et dans les années 1990 s’opère un vaste renouvellement, où la trame narrative traditionnelle, généralement très monotone et académique, se voit supplantée par d’autres genres, desquels ressort le docu-fiction qui connaît jusqu’à aujourd’hui un grand succès.

Le problème du trou de poteau

C’est qu’il n’est pas simple de donner vie à ce qui gît six pieds sous terre depuis parfois plusieurs millénaires, et que seule une observation aiguë des sols et des années de fouilles patientes ont pu mettre au jour ! Pas très télégénique en somme.  Et pourtant…

Guadalupe Villambrosa, conceptrice de projets numériques et multimedia, propose avec Les experts de l’archéologie un petit bijou pédagogique qui, en à peine 2mn30, nous éclaire sur le sens de la mission de l’archéologue, son univers et ses techniques de travail. On y résout même l’épineuse question connue de tous les documentaristes en archéologie : celle du trou de poteau.

Pour un archéologue la chose est entendue : des taches foncées sur un sol d’une couleur différente sont le signe certain qu’il y avait à cet endroit, il y a fort longtemps, des poteaux. Et qui dit poteaux, dit construction. Essentiel, donc. Mais comment rendre visible des taches plus ou moins sombres que seul l’œil de l’expert remarque,  sans ennuyer le spectateur ? Voilà un des sujets majeurs de négociation entre l’archéologue, le réalisateur et le diffuseur. Il a donc fallu trouver des moyens de contourner la difficulté.

Le mariage du drone et de l’arrosoir

La recette est désormais connue. Munissez-vous d’un arrosoir rempli d’eau et mouillez la surface que vous souhaitez filmer. L’eau assombrit le sol et rend les contrastes de couleurs plus flagrants. Envoyez votre drone dans les airs prendre des images et le tour est joué ! Vos trous de poteaux sont bien mis en valeur dans une vision d’ensemble !

Aujourd’hui le drone est devenu l’outil incontournable des documentaires en archéologie. Mais cette révolution technologique emploie une technique qui n’est pas si nouvelle. On utilisait dans le même but, il n’y a pas si longtemps, les cerfs volants et les nacelles.

De fait, les archéologues sont débrouillards et produisent bon nombre d’images par eux-mêmes. À Lavau par exemple, où a été découverte la tombe d’un prince celte du Vème siècle avant notre ère, les archéologues, pour filmer leurs coups de pinceaux méticuleux, mettent les caméras sur des gobelets. Comme le rapporte l’archéologue Filipe Ferreira, la vidéo peut aussi accompagner le travail en complément du carnet de fouilles. Ces images sont reprises dans le documentaire consacré à ces fouilles. L’arrivée du smartphone n’a d’ailleurs pas échappé à nos archéologues qui sont désormais capables de fournir des images de qualité avec leur propre téléphone portable.

La mise en récit documentaire : que montrer dans une fouille ?

Selon Edmée Millot, réalisatrice et productrice, une équipe de tournage ne suit généralement pas les fouilles du début à la fin. Elle n’est présente sur le terrain que quelques jours. Il faut donc mettre en scène, tricher un peu, créer une fausse continuité temporelle. Les archéologues deviennent donc complices, miment un travail qu’ils ont déjà effectué parfois des mois avant le tournage.

Nathalie Laville, rédactrice en chef et réalisatrice à TSVP Productions à qui l’on doit la série diffusée sur France 5 Enquêtes archéologiques, avance une autre option : plutôt que se limiter à filmer les fouilles, elle trouve plus captivant pour le spectateur d’être plongé dans l’excitation d’une équipe d’archéologues au travail. Bien sûr, il est plutôt rare qu’une découverte importante se produise pendant un tournage, d’où la nécessité de mettre la focale sur les émotions.

Il existe aussi des « trucs ». François Gentili, archéologue, fait une surprenante découverte au début des années 2000 : au fond de la glacière du château de Baillet-en-France dans le Val-d’Oise, il exhume presque par hasard  les restes d’une statue et la quasi totalité des bas-reliefs qui ornaient le pavillon soviétique lors de l’exposition universelle de 1937. Mais quand la télévision russe s’intéresse à sa trouvaille, il est déjà trop tard : la glacière a été rebouchée. Qu’à cela ne tienne. Ils décident d’utiliser les images tournées par Jean-Paul Fargier dans son documentaire  Tombeau pour l’URSS , et pour faire le lien avec le présent, mettent en scène l’archéologue en train de rentrer dans le mur, comme le passe-muraille, un trucage très facile à faire en vidéo !

Ainsi, une négociation est possible, qui tente d’allier les préoccupations des divers protagonistes. Pourtant, tous s’accordent à dire que lorsqu’il y a litige, c’est toujours le diffuseur qui l’emporte…

Archeologia de Brzozowski

Après une pause-déjeuner, nous nous retrouvons pour la deuxième table ronde. Ania Szczepanska, historienne du cinéma et modératrice, nous annonce en guise d’introduction : « Le film Archeologia est le contre-exemple de ce que nous avons vu ce matin ». Et elle ajoute : « Brzozowski propose de penser le vide de savoir et le début d’un cheminement » Nous voilà prévenus.

Réalisé en Pologne en 1967, Archeologia est un film de 15 minutes tourné à l’emplacement de l’annexe du crématoire 3 du camp de Birkenau, où les Sonderkommandos jetaient les affaires que les juifs déportés, ignorant le sort qui leur était réservé, avaient cru bon d’emporter.

Sur la forme, le film est très expérimental. On ne devine que peu à peu ce qui se passe et où on se trouve. Les gros plans s’enchaînent : un homme erre, scrutant le sol. La caméra se concentre alors longuement sur l’herbe. Un deuxième homme en blouse blanche intervient, bientôt suivi pas deux autres. Ils piochent,  délimitent une zone, qu’ils divisent en 4 par des ficelles attachées à des pieux. L’image de barbelés n’intervient qu’au bout de 10 minutes, puis le bruit du train.

Les personnages principaux sont en réalité les outils, puis les objets découverts : des verres de lunettes, une cuiller, un domino, un casse-noisette, une poupée, des pièces de monnaie des quatre coins de l’Europe, une montre cassée … Cette décharge d’objets du quotidien dont on ignore l’histoire nous renvoie brusquement aux corps jetés en vrac. De cet amoncellement incohérent naît une émotion violente. Et l’on comprend d’un coup le sens du métier d’archéologue : comment faire sens quand il ne reste que des témoignages erratiques ?

Une performance ascétique

Ce film est, pour Boris Valentin, archéologue de la préhistoire et spécialiste de la culture matérielle, une « performance ascétique », une « expérience de recueillement et de piété, un modèle d’authenticité, qui part du point de vue de l’archéologue ». Il note le contact sensuel à la terre et le travail du son, très réaliste, au ras du sol.

Archeologia est considéré comme le film qui a créé la fouille archéologique contemporaine. Présenté comme antifasciste à sa sortie, il a été réalisé dans les studios du film éducatif soviétique. Il obtient alors plusieurs prix, devient un outil pédagogique sur l’Histoire de la Shoah au même titre que le fameux Nuit et Brouillard.

Et puis, nous explique Tal Bruttman, historien spécialiste de la Shoah, l’approche archéologique du site s’efface complètement avec le retour de l’antisémitisme d’État en URSS. Seuls les « orpailleurs » en quête de « l’or juif » viennent creuser la terre. Pourtant le site révèle des témoignages manuscrits cachés dans des bouteilles, ou que des jardiniers trouvent enfouis dans des pots. Seule la chute du communisme dans les années 1990 a permis qu’on puisse retourner étudier le terrain. Si quelques uns des manuscrits ont pu être sauvés, il ne reste aujourd’hui plus d’espoir d’en retrouver qui soient lisibles.

Le film quant à lui n’est revu qu’en 2016. Le directeur du Musée d’Auschwitz lui-même ignorait son existence avant qu’Annette Wieviorka ne lui en parle…

L’archéologue est un scientifique qui met ses connaissances et ses techniques au service du sens. Il œuvre contre l’oubli. Pour que le plus grand nombre ait accès à ces connaissances, il doit faire équipe avec des spécialistes de la médiation, les réalisateurs, et ceux qui permettent la diffusion, les diffuseurs.

C’est par une citation de Georges Perec  qu’Ania Szczepanska clôture cette journée, pour définir, au fond, ce qu’est le métier d’archéologue : « Il n’y a rien à dire sinon essayer de nommer les choses, les dénombrer ».


Une réflexion sur « LE MARIAGE DU DRoNE ET DE L’ARROSOIR : de l’art de filmer la fouille archéologique »

  1. Filmer la fouille d’un trou de poteau, c’est aussi possible sans drone ni arrosoir… Juste une histoire de “fantôme” de poteau comme dans le film Peau d’âme contant la fouille d’un décor de cinéma, celui d’un conte de fée mis en image par Jacques Demy. Une sorte d’archéologie du merveilleux ! Elle aussi pédagogique…

Répondre à weller Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.