Journée dans les plis de la mémoire de la Première Guerre mondiale

À la suite du voyage de terrain organisé dans les Hauts de France sur les traces de la mémoire de la Première guerre mondiale, Francesca Luigia Massaro propose ici une réflexion sur les défis que pose à l’Histoire publique la présence croissante de divers usages de l’histoire et des mémoires liées à la Première Guerre mondiale.

C’est le troisième et dernier article de Francesca que le carnet publie aujourd’hui. Nous la remercions pour ces réflexions issues de son expérience d’historienne publique à l’UPEC.

Mémoire, Histoire et Histoire publique

Dans un article de La nouvelle histoire dirigée par Jacques Le Goff, Pierre Nora a défini la mémoire collective de la manière suivante : « Le souvenir ou l’ensemble de souvenirs, conscients ou non, d’une expérience vécue et/ou mythifiée par une collectivité vivante de l’identité dans laquelle le sentiment du passé fait partie intégrante » [1]. En effet, depuis environ un siècle,   les études sur le rôle de la mémoire et son rapport à l’histoire occupent le débat académique, comme en témoigne l’ouvrage de Maurice Halbwacs Les cadres sociaux de la mémoire [2]. De quoi peut-on parler ? De mémoires collectives ou de  mémoires individuelles ? Est-il légitime de trouver dans la mémoire un objet d’étude qui     puisse être intégré à l’histoire ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une histoire objective comme représentation objective du passé et d’une mémoire subjective, résultat d’une expérience individuelle en constante évolution, « multiple et démultipliée, collective, plurielle, individualisée »[3]? Comment la mémoire est-elle intimement liée à l’identité d’une communauté, dont la genèse est fondée sur la construction de mythes, de récits, d’une langue, d’une « esthétique du politique »[4], de liens étroits avec un passé plus ou moins lointain [5] ?

Et si l’on prend en compte le lien entre mémoire, identité et construction d’un héritage [6] quel rôle joue la mémoire qui, de la sphère intime et privée, se retrouve désormais protagoniste d’un espace public et, souvent, politique [7] ?

Les débuts et le développement de l’histoire publique [8] confrontent l’historien à de nouveaux enjeux et à de nouveaux problèmes, en particulier la possibilité de faire entrer dans la recherche historique et dans la divulgation de l’histoire à un large public l’apport d’une  mémoire considérée à tort uniquement comme une image fanée de souvenirs plus ou moins ordonnés.

On pourrait facilement objecter : mais alors l’histoire cesse-t-elle d’être l’étude et l’interprétation scientifique des sources primaires pour se transformer en une collection d’idées également valables, comme, pour citer Hegel dans sa préface à la Phénoménologie de l’esprit, une nuit où toutes les vaches sont noires ?

L’histoire est-elle donc vouée à devenir la victime d’un relativisme aplatissant dans lequel tout est valable et tout se vaut ? De telles affirmations ne sont pas sans danger, surtout si l’on pense qu’elles ressemblent à celles de ceux qui considèrent la construction de la vérité historique comme chimérique et le métier même d’historien comme la proie des passions et des sentiments individuels.

Le récit historique a souvent été accusé de ne pas pouvoir contenir une vérité, d’être une armée bien construite de discours formés par des événements interprétés par la subjectivité de l’historien [9]. La longue tradition qui remonte à Nietzsche sur la non-existence de faits mais seulement d’interprétations s’est répercutée au XXe siècle dans de nombreux courants de pensée, désireux de pouvoir énucléer une histoire ancrée et en faire une vérité changeante, non- objective, non-absolue, née pour être rhétorique [10].

C’est précisément sur ce dernier point qu’il faut s’attarder : il est vrai que l’historien interprète ses propres sources, et les interprète à partir du savoir historiographique de son époque ; cependant, ce travail de l’historien n’implique pas, comme par un mécanisme automatique de cause à effet, la partialité du récit historique.

L’histoire ne se forme et ne prend sens qu’à partir de l’évidence ; elle en naît, elle la vise. La vérité historique existe, elle doit toujours être recherchée, sous peine de l’insignifiance de faire l’histoire. Il n’y a pas de nuances dans la vérité, aucun relativisme dans le récit historique n’est acceptable : les méfaits d’un tel raisonnement sont assurément nombreux et annonciateurs, ici, d’interprétations déformées d’un passé qui, sous des formes et des contenus divers, ne veut pas passer.

La différence incontestable, évoquée plus haut, entre histoire et mémoire réside précisément dans le caractère fragmentaire des souvenirs, symptôme de parcours identitaires multiples, et, à l’opposé, dans la recherche scrupuleuse, par l’analyse des sources, d’une vérité historique, objective et extratextuelle. Les mémoires changent parce que le contexte social qui les produit change ; elles sont les porte-paroles de tous ces usages de l’histoire dont notre présent comme notre passé sont affectés. La narration historique peut cependant aborder les mémoires sans qu’elles soient l’objet exclusif d’étude.

L’exemple de l’histoire publique est, à cet égard, éclairant : l’historien qui traite de l’histoire publique travaille avec les mémoires pour tenter de reconstituer les usages de l’histoire, les différents récits historiques qui caractérisent un espace public ou un monument. L’objectif de l’historien public est toujours de s’approcher au plus près du passé à travers la recherche de la vérité, d’une vérité qui n’est pas produite à partir du présent mais qui prend en compte le présent [11].

Dans une époque marquée par un pressant présentisme, par un passé qui revient et revient au présent sous des formes différentes et contrastées, la tâche de l’historien fait écho au sens inhérent au mot grec aletheìa [vérité] : enlever le voile, dévoiler le non-visible. Mémoires individuelles, mémoires collectives, formes culturelles mémorielles, mémoires et oubli, espaces contestés et dissonants : le défi de l’historien est ici de pouvoir comprendre le passé sans occulter le présent, en restant fidèle à ce que Marc Bloch lui-même disait, en définissant l’histoire : une science des hommes dans le temps [12], c’est-à-dire à travers le temps et sur la mesure du temps.

Mémoire, mémorialisation et muséographie de la Première Guerre mondiale

Un cas unique peut en donner un aperçu : la mémoire en France de la Première Guerre mondiale à travers la visite du musée de Péronne et du musée et mémorial franco-britannique de Thiepval. Nicolas Offenstadt a parlé d’une « pratique sociale » pour les années 1914-1918 : un activisme mémoriel croissant, caractérisé par des mémoires certes non homogènes, souvent conflictuelles, mais vivantes et vivifiantes[13].

Un présent chargé de passé et une demande de « consommation du passé » [14] émergent  : la communauté rassemblée autour de la Grande Guerre représente précisément cela et révèle la présence croissante de divers usages de l’histoire et des mémoires liées à ce conflit.  La tâche de l’Histoire publique se révèle difficile dans cet humus : comment réconcilier, si possible, ces mémoires, et comment construire un récit historique qui les prenne en compte sans être englobé par elles ? Comment transmettre au grand public un récit savant de la Première Guerre mondiale, qui ne s’arrête pas à une référence nationale étroite mais s’étende  à des pratiques historiographiques plus larges et plus complexes ?

Les études muséologiques et muséographiques des dernières décennies ont mis en évidence le grand potentiel du site muséal dans la transmission et la mise en œuvre des connaissances. Loin de contenir de longues vitrines remplies d’objets étiquetés, le musée devient de plus en plus un espace dans lequel la recherche scientifique se rassemble et se développe à partir d’une interaction active avec le public, utilisateur et producteur de connaissances [15].

On assiste à une modification d’un espace consacré à l’exposition successive d’objets imperméables au dialogue au-delà de la vitrine, à la transformation du musée en une trame discursive dans laquelle l’objet et le contenu en général étaient mis au second plan : la longue évolution connue par le lieu muséal  a toujours représenté le miroir du temps, le reflet des besoins du public et du contexte auquel il s’adressait [16].

Le musée d’intérêt historique se trouve actuellement à l’horizon de la rencontre des dialogues: le dialogue entre le musée lui-même et l’histoire, le dialogue entre le choix des courants historiographiques à suivre dans la construction d’un itinéraire et la mise en œuvre de celui- ci, le dialogue entretenu par l’objet individuel avec la signification du musée et le message qu’il veut transmettre, le dialogue entre l’objet lui-même et son histoire en tant que symbole et représentant, à petite échelle, d’un contexte historique plus large, et enfin le dialogue considéré comme le point de départ d’une découverte commune ainsi qu’un moteur pour le développement de la connaissance, entre l’objet et le public.

L’objectif d’un musée consacré à la représentation, dans ce cas, de la Grande Guerre, est de rendre visible au grand public le premier événement de portée et de conséquences mondiales que l’histoire ait connu. L’un des thèmes les plus étudiés et analysés dans le débat académique des dernières décennies, le conflit qui a ouvert le désormais célèbre « court XXe siècle » [17] a rempli des fleuves de pages d’analyses et d’interprétations sur le sens, le déroulement, la dynamique historique à long terme qu’il a généré dans les années qui ont suivi sa conclusion.

Il ne s’agit pas ici d’énumérer les pistes qui peuvent être suivies dans l’étude du conflit, elles sont trop nombreuses et trop complexes pour être résumées en quelques lignes ; il suffit de dire que, de l’histoire culturelle à l’histoire sociale, en passant par l’histoire transnationale et l’histoire du genre, les innombrables regards que l’on peut porter sur les fronts et l’arrière de la Première Guerre mondiale représentent, pour tous ceux qui souhaitent aborder l’étude du conflit, une source précieuse à exploiter [18].

La Bataille de la Somme au musée

Péronne

Le 21 octobre 2022, dans le cadre du voyage de terrain du Master 2 d’Histoire publique de l’UPEC, j’ai pu interroger les représentations liées à la mémoire de la Première Guerre mondiale et en particulier de la bataille de la Somme en juillet 1916[19]. Les outils et méthodologies de l’histoire publique acquis au cours de ces mois de formation ont été déterminants pour une analyse fine des dispositifs muséographiques et des récits historiographiques mis en œuvre dans les deux musées parmi les plus représentatifs de ce « tourisme de mémoire »[20] caractéristique en France des lieux devenus symboles de la Première Guerre mondiale [21]

L’Historial de la Grande Guerre, créé en 1992 au cœur de la Picardie historique, comprend le Musée de Péronne et le Musée et Mémorial de Thiepval. La première partie de la journée a été consacrée à la visite du musée de Péronne[22], auquel on accède en passant par le château de Péronne, construit par Philippe Auguste au XIIIe siècle.

Le musée adopte une approche comparative entre l’Allemagne,  la France et le Royaume-Uni. Le parcours traverse les années du conflit, du contexte international dans les mois précédant le déclenchement du conflit aux conséquences politico-économiques-sociales de l’immédiat après- guerre. À travers le prisme et les outils de l’histoire culturelle, le musée raconte, par le biais d’objets et de documents, la vie au front et à l’arrière de certains des pays qui ont joué un rôle de premier plan dans la Grande Guerre : la France et le Royaume-Uni dans le cadre de l’Entente, avec l’Italie, qui entre en guerre en mai 1915, l’Allemagne, à l’opposé, du côté de la Triple Alliance, avec l’Empire austro-hongrois, et initialement l’Italie, avant le passage de cette dernière, en 1915, à l’Entente.

Du soldat au prisonnier, en passant par les femmes engagées au front ou restées à la maison, le parcours met en évidence l’individu protagoniste du conflit, par année de guerre et dans une perspective comparatiste entre les trois pays. Le parcours muséographique traverse cinq salles d’exposition, qui suivent la succession chronologique des événements : la première salle est consacrée à l’avant-guerre, la deuxième aux années 1914-1916, la troisième aux années 1916-1918, une autre est dédiée à Otto Dix, le peintre allemand dans les œuvres duquel émerge le cri de douleur face aux horreurs de la guerre, et la dernière salle est consacrée aux événements de l’après-guerre.

La représentation de la guerre totale est réussie : des manteaux des soldats, des armes utilisées, des publicités de propagande incitant à la guerre aux vêtements des femmes pleurant la perte de leurs proches, en passant par les uniformes des infirmières appelées au front ou la description de la vie des enfants en 1914-1918, des cartes postales aux articles de journaux de l’époque, le musée vise à reconstituer le visage du premier conflit moderne et mondial de l’histoire.

 

Une incursion plus approfondie dans le rôle des femmes pendant  la Grande Guerre serait souhaitable dans le parcours. Dans la présentation générale du conflit, un regard plus approfondi sur le rôle joué par les pays non-européens, par exemple l’Inde, la Chine, le Brésil ou le Japon, pourrait trouver sa place.

Le musée se distingue par la grande qualité de ses expositions. Il reste un point de référence important à la fois pour l’étude scientifique de la Première Guerre mondiale, par le biais de son centre de recherche, et pour la vulgarisation de la Première Guerre mondiale auprès du grand public grâce à un large éventail d’ateliers et d’événements culturels.

Thiepval

L’après-midi du 21 octobre, le voyage s’est poursuivi par la visite de Thiepval[23]. Le parcours a commencé par une visite du musée. La pièce maîtresse de l’exposition du musée est une œuvre de très grande taille représentant la succession des différentes batailles de la Somme entre 1914 et 1918, avec une attention particulière pour la bataille de 1916. Elle est composée de tableaux du dessinateur Joe Sacco, d’une longueur totale de 60 mètres, qui plongent le visiteur dans les heures sanglantes du conflit. Tout au long de la salle, au milieu, se trouve une fosse d’exposition dans laquelle, outre des vidéos retraçant la bataille, sont exposés des vestiges archéologiques du conflit.

 

J’ai traversé toute la salle plusieurs fois en essayant de saisir les milliers de nuances et de détails inhérents aux grands panneaux de Sacco. L’espace semble absorber et capturer le visiteur, qui se retrouve immergé dans les moments cruciaux de la bataille.

 

La visite du musée se prolonge par une section consacrée à la vie quotidienne et aux souvenirs ultérieurs des soldats allemands engagés sur la Somme, et une autre consacrée à la représentation, par une carte interactive, des civils français pendant les années du conflit. Il y a ensuite une salle dans laquelle sont projetés les portraits des disparus de la bataille et, à côté, une salle dans laquelle est célébrée l’aviation française et son rôle pendant la Grande Guerre.

Dans l’ensemble, je pense que la salle la mieux construite est la première, tandis que celle qui est la moins pertinente et la moins cohérente avec le sens voulu par le musée, qui est de raconter et d’illustrer les souvenirs liés aux batailles de la Somme, est la dernière, celle qui est consacrée à l’histoire de l’aviation française dans le conflit.

Nous sommes confrontés à deux manières différentes de penser le musée : le musée de Péronne, grâce à son espace plus important, propose un parcours classique, chronologiquement structuré, bien documenté, avec une succession de vitrines destinées à illustrer les comparaisons entre les trois pays impliqués dans le conflit, la France, la Grande- Bretagne et l’Allemagne. Le musée de Thiepval est de taille plus réduite et certainement moins conforme à l’image d’un musée ‘traditionnel’ : il y a certes des vitrines d’objets, mais elles sont peu nombreuses et ne représentent pas le cœur du musée, qui préfère se déployer à travers des choix thématiques plutôt que chronologiques.

Le point central reste la bataille de la Somme en juillet 1916, avec une incursion dans la mémoire de ceux qui ont vécu ces journées, vues de côtés opposés : les Allemands et les Français. Le musée respire l’innovation d’un point de vue muséographique ; les nombreux outils interactifs qui ponctuent le parcours parviennent à capter un large public, de différentes tranches d’âge et aux intérêts variés.

Comme mentionné ci-dessus, mon seul doute porte sur la salle consacrée à l’aviation française, qui s’inscrit certainement dans le choix de raconter la Grande Guerre également d’un point de vue militaire, et moins d’un point de vue culturel et comparatif comme dans le cas du musée de Péronne ; cependant, elle semble se détacher du parcours tissé par les autres salles. En trouvant des éléments permettant de mieux fusionner le parcours, il pourrait trouver, de mon point de vue, plus de sens en fonction de la trame globale du musée.

Mémoriaux : une mémoire gravée dans la pierre

À l’extérieur du musée se trouve le Mémorial franco-britannique, créé dans le but de commémorer les quelques 72 000 hommes morts et disparus au sein des armées britannique et sud-africaine lors des batailles de la Somme. Immergés dans un passé qui se rejoue au présent, les espaces et les lieux de notre époque sont les témoins de la création de mémoires et de représentations en constante évolution. Les mémoriaux[24], tels que ceux liés à la Première Guerre mondiale qui parsèment le territoire français, sont le symbole de la mémoire gravée dans la pierre, car elle est destinée à dépasser la limite étroite de la finitude de l’homme et de la communauté qui l’a produite.

Les mémoriaux reflètent ce besoin d’imaginer et de réaliser l’invention d’une communauté unie par les mêmes valeurs, traditions, expériences et souffrances communes. Ces mémoriaux sont l’expression d’une mémoire publique et d’une volonté de perpétuer, par diverses formes de commémoration, la solidité intrinsèquement fragile de cette mémoire.

La tâche de l’historien et de l’histoire publique réside dans la tentative de dialogue entre le besoin de la société de faire mémoire et la nécessité de ne pas mettre en cage, par la simplification ou l’oubli, la complexité de la vérité historique. Dans la mesure où il est inhérent aux discours souvent politiques du présent, le passé est plus que jamais l’objet d’interprétations dichotomiques et le sujet de suppressions ou, au contraire, de commémorations.

L’historien public a pour mission de communiquer avec les communautés porteuses de mémoire, de partager son autorité en vue de créer une histoire construite avec le public mais néanmoins ancrée dans les outils fondamentaux de l’histoire en tant que discipline académique, notamment les sources, leur analyse et leur interprétation en vue d’atteindre une vérité aussi proche que possible de l’objectivité.

Le mémorial de Thiepval a été érigé entre 1928 et 1932, date à laquelle il a été inauguré par le prince de Galles, futur roi Édouard VIII, et le président de la République française, Albert Lebrun. Au pied du mémorial, un cimetière franco-britannique a été construit avec les tombes de 600 soldats, réparties à parts égales entre celles de l’armée française et celles du Commonwealth.

Haut de 45 mètres, le mémorial se présente sous la forme d’une grande arche soutenue de part et d’autre par deux socles composés à leur tour de plusieurs arches, à l’intérieur desquelles sont gravés les 72 000 noms de soldats britanniques et du Commonwealth disparus sur les champs de bataille de la Somme entre 1915 et 1918. Sur le fronton figure l’inscription : « Aux armées française et britannique, l’Empire britannique reconnaissant ». En traversant la longueur du mémorial, on arrive devant le cimetière franco-britannique, qui est divisé en deux parties : à gauche se trouvent les tombes des 300 soldats français et à droite celles des soldats du Commonwealth, ces derniers étant indiqués uniquement par leur nom, sans aucune indication de rang social ou de grade militaire. Le mémorial accueille plus de 160 000 visiteurs chaque année et est l’un des lieux les plus visités en France en relation au tourisme de mémoire de la Grande Guerre.

Conclusion

En cet après-midi venteux du 21 octobre, l’immense champ autour du mémorial et le mémorial lui-même étaient envahis par des visiteurs de différentes origines et de différents groupes d’âge. Au milieu des voix de collégiens parlant différentes langues, au milieu des regards de groupes de personnes âgées marchant le long des stèles du cimetière et faisant défiler du regard les noms des morts, je me suis demandé ce qu’était réellement ce mémorial aujourd’hui et ce que j’emporterais chez moi de ce souvenir gravé dans la pierre.

J’ai longuement réfléchi pendant ces mois pour essayer de trouver une réponse, mais avec le temps, je me suis rendue compte que c’était beaucoup plus complexe que je ne l’aurais imaginé. Était-ce peut-être à ce moment-là un lieu de commémoration ? Ou de célébration ? Ou un lieu de consommation touristique ? Ou est-ce tout cela à la fois ? Quelle était la pensée de cet enfant dont le doigt suivait les lettres des noms sur l’arche de pierre ? Et celle de ce vieux monsieur qui marchait avec sa femme à un rythme lent sur les tombes des soldats britanniques ?

Je suis trop jeune pour savoir ce que signifie vraiment faire, étudier, raconter l’histoire ; au cours de ces (quelques) années, j’ai compris qu’un élément ne doit jamais manquer dans la vie quotidienne d’un historien : le besoin constant de poser des questions et le courage de chercher à se donner des réponses, certainement jamais définitives. J’essaie de mettre en œuvre la première étape chaque jour ; la seconde nécessite plusieurs années d’études et de recherches. Une histoire complexe à écrire, un labyrinthe de souvenirs : voilà ce que la visite de ce mémorial a représenté pour moi. Dans l’impossibilité de réduire à un unicum réside le défi de comprendre la mémoire et les mémoires ; dans la certitude de la rigueur d’une pensée scientifique réside cette reconstruction du passé, libre de facéties et de mythologie, par laquelle il est légitime de raconter et d’écrire l’histoire.

Toutes les photographies ici présentées sont de l’auteure de l’article.

[1] Pierre Nora, « Mémoire collective », in Jacques Le Goff (sous la direction de) La nouvelle histoire, Paris, Retz, 1978, p. 398. Cf. Jacques Le Goff, Pierre Nora (sous la direction de), Faire l’histoire, Paris, Gallimard, 1974 ; Jacques Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Folio / Histoire, 1988.

[2] Maurice Halbwacs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Alcan, 1925.

[3] On reprend ici la définition bien connue de Pierre Nora de la mémoire par opposition à l’histoire. Cf. Pierre Nora, Les lieux de la mémoire, Paris, Gallimard, 1984. Cf en outre : Luisa Passerini, Memory and Utopia : the primacy of intersubjetivity, London, Routledge, 2007 ; Raphael Samuel, Theatres of Memory : Past and Presents in Contemporary Culture, London, Verso, 1994 ; Philippe Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliances, Paris, La Decouverte, 2015.

[4] George Mosse, The Nationalization of the Masses: Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich, New York, Howard Fertig, 1975.

[5] On pense au processus constitutif de la nation au XIXe siècle et, en passant au XXe siècle, au processus de cimentation de la légitimation totalitaire fasciste fondé sur le rappel du passé (voir l’invention bien connue d’une romanité fasciste) en vue de la construction de la future modernité totalitaire. Cf. George L. Mosse, La nazionalizzazione delle masse. Simbolismo politico e movimenti di massa in Germania (1812-1933), Bologna, Il Mulino, 1975; Alberto M. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità, onore alle origini dell’Italia unita, Torino, Einaudi, 1975; Catherine Brice (sous la direction de) Frères de sang, frères d’armes, frères ennemis: La fraternité en Italie (1820- 1924), Rome, Publications de l’École française de Rome, 2017; Andrea Giardina, André Vauchez, Il mito di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Roma- Bari, Laterza, 2000; Eric J. Hobsbawm, Terence Ranger, L’invention de la tradition, Paris, Édition Amsterdam, 2006 [1983]; Benedict Anderson, Benedict Anderson, L’imaginaire national: réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996 [1983].

[6] Tuuli Lähdesmäki, Luisa Passerini, Sigrid Kaasik- Krogerus, Iris Van Huis, Dissonant Heritages and Memories in Contemporary Europe, London, Palgrave MacMillan, 2019; Sharon Macdonald, Memorylands: Heritage and Identity in Europe Today, London, Routledge, 2013; Ead, “Undesirable Heritage: Fascist Material Culture and Historical Consciousness in Nuremberg”, International Journal of Heritage Studies, 12/1, (2006), 9-28.

[7] Ludmilla Jordanova, History in Practice, London and New York, Oxford University Press, 2000; David Glassberg, Sense of History: The Place of The Past in American Life, Amherst, University of Massachusetts Press, 2001; Henry Rousso, Le syndrome de Vichy: del 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

[8] Thomas Cauvin, Public History. A Textbook of Practice, New York and London, Routledge, 2016; Serge Noiret, Thomas Cauvin, “Internationalization of Public History, The Oxford Handbook of Public History, sous la direction de James B. Gardner, Oxford, Oxford University press, 2016; Robert Kelley, “Public History: iIs Origins, Nature, and Prospects”, The Public Historian, 1 (1978), 16-28; David Lowenthal, The pasti is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

[9] Carlo Ginzburg, Rapports de force: histoire, rhétorique, preuve, Paris, Seuil, 2003 [1999]; Arnaldo Momigliano, The Rhetoric of history and the history of rhetoric: on Hayden White’s Tropes (1981), in Arnaldo Momigliano, Settimo contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1983, pp. 49-59.

[10] Hayden White, Metahistory, The historical imagination in nineteenth- century Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1973; Peter Burke, “Metahistory: before and after”, Rethinking history, 17(4), 2013, 437-447; Roland Barthes, Michelet par lui même, Paris, Seuil 1954; Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 2002.

[11] Thomas Cauvin, “A Public History of Monuments”, Studies on National Movements, 10(1), (2022), 7-43; Stanford Levinson, Written in Stone: Public Monuments in Changing Societies, Durham, NC, Duke University Press, 1998.

[12] Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Colin, 1949. Cf. Marc Bloch, L’étrange défaite: témoignage écrit en 1940, Paris, Société des Éditions «Franc-Tireur», 1946.

[13] Nicolas Offenstadt, « Pratiques contemporaines de la Grande Guerre en France. Des années 1990 au centenaire», Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 113-114, no. 1-2, 2014, pp. 91-99. Cf. Nicolas Offenstadt, 14-18 aujourd’hui. La Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010; Id., Les Fusillés de la Grande Guerre et la mémoire collective, 1914-2009, Paris, Odile Jacob, 2009; Anne Hertzog, «Cultural Policy and the Promotion of World War I Heritage Sites in France: Emerging Professions and Hybrid Practices», in J. Paquette, Cultural Policy, Work and Identity. The creation and renewal of professional identities, Londres, Ashgate, 2012, pp. 25-42.

[14] Cf. François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Seuil, Paris, 2003; Jerome De Groot, Consuming History: Historians and Heritage in Contemporary Popular Culture, London, Routledge, 2009

[15]Voir l’ultima definizione di museo approvata dall’ICOM nell’agosto 2022, https://icom.museum/fr/ressources/normes-et-lignes-directrices/definition-du-musee/.  Cf.  Tony  Bennett, The Birth of the Museum: History, Theory, Politics, London, Routledge, 1995; Gail Anderson ( sous la direction de), Reinventing The Museum: The Evolving Conversation on The Paradigm Shift, Walnut Creek, AltaMira Press, 201; David Dean, Museums Exhibition: Theory and Practice, London and New York, Routledge, 1996; George E. Heine, Larning in the Museum, London, Routledge, 1998; Eilean Hooper Greenhill ( sous la direction de), The Education Role of the Museum, London, Routledge, 1999; Barbara Kirshenblatt- Gimblett, “Exhibitionary Complexes”, en Museum Frictions: Public Cultures /Global Transformations, sous la direction de Ivan Karp, Corinne A. Kratz, Lynn Szwaja, Tomas Ybarra- Frausto, Durham, NC, Duke University Press, 2006, 36-45; Thomas J. Schlereth ( sous la direction de), Material Culture Studies in America, Walnut Creek, Rowman AltaMira Press, 1982; Loic Tallon, Kevin Walker (sous la direction de), Digital Technologies and The museum Experience, Lanham, AltaMira Press, 2008.

[16] Thierry Bonnot, Bérénice Gaillemin et Elise Lehoux, La biographie d’objet : une écriture et une méthode critique , Images Re-vues [En ligne], 15, 2018; Igor Kopytoff, The Cultural Biography of Things: Commoditization as Process, in Arjun Appadurai (ed.), The Social Life of Things, Cambridge, Cambridge University Press, 1986, p. 64-91; Daniel Roche, Histoire des choses banales: naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (XVIIe-XIXe siècles), Paris, Fayard, 1997; Tony Bennett, “Pedagogic Objects, Clean Eyes and Popular Instruction: On Sensory Regimes and Museums Didactics”, Configurations, 6/3 ( 1998), 345-371; Susan M. Pearce, Interpreting Objects and Collections, New York, Routledge, 1994; Ruth Phillips, “Re-Placing Objects: Historical Practices for the Second Museum Age”, Canadian Historical Review, 86/1 ( 2005), 83-110; Nina Simon, The Participatory Museum, Santa Cruz, Museum 2.0, 2010.

[17] Eric J. Hobsbawm, L’Âge des extrêmes: le court XXe siècle 1914-1991, Paris, Éditions Complexe, 1999 [1994].

[18] Stéphane Audoin-Rouzeau, Jean Jacques Becker, Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004 ; Mario Isnenghi, Giorgio Rochat, La Grande Guerra, Bologna, Il Mulino, 2014; Stéphane Audoin- Rouzeau, La Guerre des enfants 1914-1918. Essai d’histoire culturelle, Paris, Armand Colin, 1993; Susan Grayzel, Women and the first world war, Harlow, Longman, 2022; Jacques Becker, Gerd Krumeich, La Grande Guerre. Une histoire franco-allemande, Paris, Tallandier, 2012 ; Jay Winter, Entre deuil et mémoire: la Grande guerre dans l’histoire culturelle de l’Europe (trad. Christophe Jaquet, préf. Antoine Prost), Paris, Armand Colin, 2008.

[19] Pour les ouvrages consacrés à la bataille de la Somme, en plus des travaux généraux sur la Première Guerre mondiale mentionnés dans les notes précédentes, cf. Marjolaine Boutet, Philippe Nivet, La Bataille de la Somme, l’hécatombe oubliée 1er juillet-18 novembre 1916, Paris, Éditions Tallandier, 2016 ; Alain Denizot, La Bataille de la Somme : Juillet-novembre 1916, Paris, Perrin, 2002.

[20] Le tourisme de la mémoire est défini comme « une démarche incitant le public à explorer des éléments du patrimoine mis en valeur pour y puiser l’enrichissement civique et culturel que procure la référence au passé». Cf. “Les chemins de mémoire, une initiative de l’Etat” de François Cavaignac et Hervé Deperne – Cahiers Espace, no. 80, décembre 2003, en Le tourisme de mémoire en France : mesure et analyse du poids et des retombées économiques de la filière – DGCIS – DMPA, Atout France, 2012, p. 10. Cf. Thierry Bidon, Anna Huber, “Les lieux de la mémoire en France comme hauts lieux d’un tourisme de mémoire”, Synergies pays Germanophones, vol.12, no.12, 2019, pp. 63-73 ; Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011 ; Serge Barcellini, « Les commémorations », in H. Joly, T. Compère-Morel (sous la direction de), Des musées d’histoire pour l’avenir [Actes du colloque tenu à l’Historial de la Grande Guerre, Péronne, 19-21 novembre 1996], Paris/Péronne, Noêsis/Historial de la Grande Guerre, 1998, p. 43-55 ; Jean François Jagielski, Mémoire collective / mémoire individuelle : Les monuments commé- moratifs du Chemin des Dames après la guerre, en N. Offenstadt, Le Chemin des Dames. De l’événement à la mémoire. Paris, Stock, 2004, pp. 270-285.

[21] Ministère de la Défense et Ministère du Tourisme, Le tourisme de mémoire en France, Paris, Atout France, 2012 ; Bernard Giovanangeli, Hauts lieux de la Grande Guerre, Paris, Ministère de la Défense, 2005.

[22] https://www.historial.fr/musee-de-collection-peronne/presentation/contexte-et-environnement/

[23] https://www.historial.fr/musee-de-site-thiepval/presentation/

[24] David Dean, “Fallen Monuments: An Introduction”, International Public History 1/2 (2018); David B. Allison, Controversial Monuments and Memorials: A Guide for Community Leaders, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers, 2018; Erika Doss, Memorial Mania: Public Feeling in America, Chicago, University Chicago Press, 2010; Seth Bruggeman, “Memorials and Monuments”, The Inclusive Historian’s Handbook (2019), https://inclusivehistorian.com/memorials-and- monuments/.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (26 mars 2023). Journée dans les plis de la mémoire de la Première Guerre mondiale. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/poda


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.