Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme

Pour la seconde année consécutive, l’université d’Angers organise au mois de mars le « mois du genre ». Lancé par des enseignants-chercheurs de l’université d’Angers et porté par le programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes) ainsi que par la mission égalité de l’université, c’est un mois entier qui est consacré à la thématique du genre à travers différents supports et au prisme de plusieurs disciplines. Théâtre, danse, conférences, colloques ou encore expositions viennent rythmer le mois de mars. Après s’être intéressée à l’antiféminisme et au masculinisme l’année passée, la thématique fédératrice de l’édition 2018 est le féminisme.

Tous les événements, gratuits et ouverts à toutes et tous, ont lieu dans et hors de l’université dans l’intention de toucher un public large, un public divers et de tous horizons. C’est ainsi que néophytes, avertis, passionnés et spécialistes se retrouvent, se rencontrent, échangent, débattent et apprennent ensemble. Cette initiative s’inscrit expressément dans un des objectifs de l’Histoire publique : produire des travaux historiques à l’attention d’un large auditoire. De surcroît, les événements du mois du genre mettent au jour et à disposition du plus grand nombre les recherches en cours dans les universités.

Ainsi, l’exposition Mon archive du féminisme s’inscrit dans la dynamique des recherches sur les émotions, objet tant d’histoire que d’archivistique. Pensée en corrélation avec le colloque international Les féministes et leurs archives 1968-2018, militantisme, mémoire, recherche, qui aura lieu du 26 au 28 mars 2018 à l’université d’Angers, cette exposition donne à voir les rapports émotionnels, affectifs et personnels que les militantes féministes peuvent entretenir avec leurs archives.

C’est au prisme d’un regard et d’une analyse entièrement subjectifs que quinze militantes féministes ont fait le choix d’une archive qui les a profondément marquées au cours de leur parcours de militante. Dans cette exposition, les féministes font parler les archives, la mémoire et les émotions. Par ces trois strates, l’exposition donne à voir un autre regard, une autre analyse et une autre perception de l’histoire des féminismes.

Bien qu’aucune directive ne leur ait été donnée, quant à la thématique ou à la nature de la pièce d’archive, des grands thèmes se dégagent là où se recoupent leurs combats. Ainsi, on navigue des grands combats du MLF des années 1970 (lutte pour criminaliser le viol, combat pour l’autorisation et le remboursement de l’IVG) au féminisme à travers les arts et la littérature (la première librairie féministe Carabosse, la revue d’arts et de littérature Sorcières) pour terminer sur les luttes contre toutes formes de discriminations et de sexisme (la campagne pour l’égalité professionnelle, les femmes et le sport).

La thématique et l’approche de cette exposition puisent leurs sources dans l’histoire publique qui s’inscrit dans un courant historiographique des années 1960 qui à la suite de luttes, d’engagements sociaux et d’activisme politique permet la reconnaissance de l’existence de communautés et minorités ethniques et sexuelles qui deviennent sujets et objets d’histoire. En effet, ces groupes sociaux s’emploient à écrire leur propre histoire, une histoire plurielle construite en opposition et en réaction à l’histoire institutionnelle, à l’histoire « par le haut ». Cette histoire privilégie d’autres types de sources comme les images ou les sources orales. Dans cette exposition, les archives choisies par les militantes sont de nature très variée, mais entrent toutes dans le répertoire d’actions militantes. Au fil des commentaires transparaissent des sentiments tels que la joie, la colère, la révolte ou encore la solidarité. Mais ce que l’on peut en retenir, c’est bien que ce qui prime avant tout pour les militantes féministes est l’aspect collectif qui est extrêmement présent et prégnant et qui témoigne de ce que représente pour elles l’engagement féministe : un engagement collectif.

 

Claire JUDAIS, master 2 Histoire publique (UPEC), stage à l’université d’Angers au sein du programme de recherche GEDI (Genre et Discrimination sexistes et homophobes).

Mon archive du féminisme du 19 au 30 mars 2018 à l’université d’Angers, Maison de la recherche Germaine Tillion (campus Belle-Beille). Exposition conçue et préparée par Claire Judais, sous la direction de Christine Bard, professeure d’histoire contemporaine et Bénédicte Grailles, maîtresse de conférences en archivistique, Université d’Angers (laboratoire TEMOS).

 

.

 

 

 


Une réflexion sur « Une réalisation d’histoire publique : l’exposition Mon archive du féminisme »

  1. Je fais partie des féministes qui ont donné leurs archives et qui ont sélectionné parmi ces archives l’une de celles qui les a le plus marquées. En prenant connaissance de l’ensemble du projet tel que présenté par Claire Judais, je suis vraiment éclairée sur les objectifs poursuivis et sur l’intérêt de cette démarche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.