De Trieste à Créteil: un semestre à l’UPEC

 

Francesca Massaro, étudiante du master d’Histoire publique de Trieste a passé un semestre à l’UPEC dans le cadre de notre double-diplôme. Dans la publication d’aujourd’hui, elle revient sur son expérience, ses rencontres et les réflexions que ces mois suscitent en elle maintenant qu’elle est rentrée chez elle. 

Dans les jours qui viennent le carnet publiera deux autres textes de Francesca.

C’est probablement quelque chose de très commun : quand on arrive à la fin d’un parcours, on regarde généralement en arrière pour rembobiner le fil de sa vie. Moi aussi, à la fin de mon expérience  à Paris, j’ai eu besoin de regarder en arrière, peut-être par nostalgie, peut-être parce que j’étais poussée par l’instinct de vouloir me souvenir à jamais des six mois que j’ai passés à l’UPEC.

Je me souviens qu’il y a plus ou moins un an, au cours d’une froide journée de février, j’ai reçu du secrétariat de mon université la nouvelle que mon séjour d’études de six mois à l’étranger était confirmé. De ce moment, je retiens la joie  et la frénésie éprouvées devant l’opportunité qui m’était donnée, mais aussi la peur et l’incertitude liées à la découverte d’un avenir qui m’était largement inconnu.

Dans les mois qui ont précédé mon départ, j’ai repris mes études de français, consciente de la nécessité de maîtriser la langue même de manière rudimentaire et j’ai trouvé le logement qui allait être le mien durant ce séjour. La Cité Internationale Universitaire a été beaucoup plus qu’une résidence dans laquelle j’ai dormi. La Maison, le nom affectif par lequel je désigne encore la Maison d’Allemagne dans laquelle j’ai vécu, m’accompagnera à jamais, car elle a été pour moi un refuge, un lieu où j’ai expérimenté le sens du dialogue et de la rencontre.

Je suis arrivée à Paris le 5 septembre 2022. La rentrée universitaire était prévue pour le 19 septembre. De mon premier jour à l’UPEC, je me souviens de ma difficulté à trouver la salle de cours. C’était comme si je vivais  une vie dix fois plus intense que celle dont j’avais l’habitude. J’ai rencontré les visages de mes nouveaux camarades et des professeurs qui m’ont accueillie. Dès les premières semaines de cours, j’ai été surprise par la profonde synergie qui animait le programme du master : tous les camarades de cours formaient, et forment encore, un groupe très uni, chacun avec ses propres aspirations et intérêts. Il était étonnant de voir comment chacun parvenait à donner quelque chose aux autres et comment ils formaient un groupe soudé par la solidarité  et une estime mutuelle.

Il est difficile de condenser en quelques lignes tout ce que je porterai toujours en moi après ces six mois. Je rentre à Trieste certainement changée, car enrichie de tant de méthodologies, de connaissances, de pratiques ou d’expériences que je n’aurais jamais imaginé pouvoir vivre en si peu de temps. Au cours de ces mois, j’ai appris à apprendre d’une nouvelle manière, c’est-à-dire que j’ai appris à combiner les connaissances théoriques avec des connaissances plus pratiques et dynamiques.

Deux expériences hors de l’enseignement et des ateliers universitaires, l’une à Blois à l’occasion des Rendez-vous de l’histoire  et l’autre dans le cadre du voyage de terrain à  Saint-Quentin, Péronne et Thiepval ou encore  Arras et sa Carrière Wellington, ont été pour moi l’occasion de réfléchir aux thèmes développés pendant les cours. Elles m’ont permis d’approfondir des questions essentielles comme les outils utilisés par les musées pour construire une histoire destinée à un large public ou le rôle de la mémoire et ses implications dans les espaces publics.

Ces mois ont développé en moi une plus grande conscience des innombrables potentialités offertes à l’ historien public pour construire un récit qui s’adresse à un public non strictement académique. Le Master sait combiner l’enseignement des connaissances indispensables au métier d’historien et le développement de multiples ateliers qui nous conduisent à appliquer la théorie dans des contextes variés. Par exemple, je me suis initiée à nouveau type d’écriture destiné à un large public. En apprenant différentes techniques de rédaction  et de synthèse dans le cadre de productions moins académiques , j’ai développé des compétences pour imaginer des textes courts et incisifs sur des sujets historiques . J’ai également appris, à travers d’autres ateliers, à savoir comment diffuser de courts messages à caractère historique via les réseaux sociaux ou à écrire un texte entrelacé de dialogues pour la réalisation d’un podcast.

Durant ces mois, à travers les diverses séances liées à la « Pratique du projet », j’ai fait partie d’un groupe lié à la valorisation des métiers et des expertises du Service Archéologie du Val de Marne. Le travail effectué pour ce projet a représenté un moment important de maturation car j’ai pu,  pour la première fois construire un projet d’histoire publique et suivre son évolution  au cours des différentes étapes de sa réalisation. J’ai ainsi eu l’occasion de me plonger dans le monde de l’archéologie préventive, qui m’était resté inconnu jusqu’alors, et surtout j’ai appris à travailler en groupe et grâce à un groupe.

J’ai appris à quel point le travail en groupe peut être fructueux et innovant. Grâce aux idées de chacun, chaque proposition a été améliorée et développée. Chaque pièce du projet, comme dans un puzzle,  a finalement pris sa place dans une construction rendue cohérente grâce à la capacité d’écoute  de chacun et de dialogue entre nous.

Le semestre passé à l’UPEC m’a fait découvrir l’extraordinaire potentiel de  la diffusion de l’Histoire à un haut niveau scientifique. Les différents ateliers, cours théoriques et rencontres  m’ont fait prendre encore plus conscience de la nécessité  d’écrire et de produire une bonne Histoire publique.

Ce que j’ai résumé en quelques lignes ici  n’est qu’un petit fragment de ce que j’ai appris et vécu au cours de ces six derniers mois. L’expérience du Master d’Histoire Publique a certainement laissé une marque profonde sur mon évolution académique et personnelle.

Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont accompagnée durant cette période. Merci à mes camarades  et à mes professeurs pour tout ce que vous avez pu me donner.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (7 mars 2023). De Trieste à Créteil: un semestre à l’UPEC. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod5


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.