La mer en ses mots: atelier d’écriture

Texte de Julie Cousin

Déjà tranchumer l’pays d’la sorte en locomotive, je n’l’aurais point imaginé mon Léon. Mais alors la mer, en voilà une toute autre affaire ! Maman ne m’croira jamais, ça non !

La mer d’la Bretagne comme je l’ai vue étoit blanche et ça moussait comme au lavoir. Une énorme écrémeuse qui fait tourbillonner le beurre comme au pays ! T’aurais beaucoup ri, car j’suis toute rouge et toute gonflée devant tout c’la. Je buffle comme par le mois passé, quand tu voulais m’embarrasser en disant toutes ces choses pas convenables.

La mer étoit comme un gros bonhomme gris qui dort, mais respire fort. Marie m’avait causé qu’on auroit dit un peu l’champ de blé du père Blaise : je n’trouve point. C’est un bleu nouveau tout à fait, que j’connais pas. Olà Seigneur ! Seigneur, que de grosses falaises aussi ! On n’pense qu’au péril de glisser, rouler, tomber, valdinguer, se foutre en l’air, de s’écraser comme un tonneau, la tête la première dans ces vraies crêpes de galets … oh oui d’ailleurs ! De vraies galettes cette caillasse ! J’comprend mieux pourquoi ils causent que d’ça, d’ces galettes bretonnes.

C’est qu’ça s’ra bon pour les poumons de Madame, oui, et bon pour les os de Monsieur, le docteur a causé. Moi, j’suis point certaine que ça soit bon pour moi. J’aurois voulu rester avec toi.

L’aiga je la bois, je n’m’y trempe pas M’dame, que j’lui ai dit. J’ai trop la pétoche. Je finis par retirer mes grolles pour accompagner le p’tit. Saint-Paul me sauve qu’c’est froid, et ce vent ! Me vient l’impression d’avoir les pieds dans un foyer glacé qui coupe comme des rasoirs. Une mer de fonte, voilà c’que c’est. Comme ces marmites qu’on oublie dans le cellier tout l’hiver et qu’on r’trouve collées aux pavés par le gel. Qui veut se baigner dans une marmite gelée battue par les vents ? Ils sont givrés d’aimer y trempotter ces ânes.

Vot’ mer, merces mais j’nen veux point ! Rentrer à l’ostal où je puis voir mon Léon est c’que j’veux.

 

 

Lexique :

Tranchumer : traverser

Aigua : Eau

Grolles : chaussures

Ostal : maison


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (26 février 2023). La mer en ses mots: atelier d’écriture. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod4


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.