Entre enquêtes et archives orales : histoire des grèves et du travail

Le carnet publie aujourd’hui un article de Chloé  Schaeffer, ancienne étudiante du Master Histoire Publique (promotion 2021-2022) qui revient sur l’enquête orale  après un entretien avec une historienne lors des Rendez-vous de Blois consacrés à l’histoire du travail en 2021.

Les archives orales sont un outil de recherche très fructueux, comme le montre Ariane Mak, qui a orienté ses recherches sur les mineurs britanniques du XXe siècle dans sa thèse intitulée En grève et en guerre, les mineurs britanniques au prisme des enquêtes du Mass Observation (1939-1945). La documentation du Mass Observation et les entretiens qu’elle a menés avec des témoins en sont les principaux matériaux, mais comment interpréter ces types de sources ? 

« Il y a un lien fort entre le travail, les classes dominées et l’histoire orale, » déclare Ariane Mak, maîtresse de conférence à l’Université de Paris Cité[1], lors de notre entretien après les Rendez-vous de l’Histoire[2]. Mass Observation, né en 1937 est un projet qui regroupe des anthropologues britanniques[3] dont le principal objectif est de permettre aux témoins et aux acteurs de présenter leurs points de vue sur ces grèves, moments emblématiques de l’histoire populaire britannique. La démarche était nouvelle et surtout autodidacte, la collecte de matériaux et de contenus sociaux foisonnante. L’observation de la population en était la clé, et la discrétion un composant primordial pour les enquêteurs. De plus, le Mass Observation souhaitait enquêter au plus près des ouvriers et de mineurs.

Au fil de son enquête Ariane Mak découvre des zones d’ombres dans l’histoire des mineurs en particulier ceux qui travaillent dans les mines de charbon. Les documents conservés reflètent uniquement la gestion et la répression des grèves par les autorités. Il manque la voix de ces ouvriers qui ont fait bloc pour faire entendre leurs revendications et qu’Ariane Mak veut reconstituer. Dans cet objectif, elle s’est d’abord appuyée sur le travail du Mass Observation et sur les matériaux des enquêtes de terrain réalisées par des enquêteurs. Ces dossiers foisonnent d’informations : notes manuscrites sur les conversations personnelles entendues dans les pubs, comptages de consommations d’alcool et dessins des clients effectués à la va-vite. Cette démarche lui a donné les outils pour en apprendre plus sur ces mineurs qui utilisaient les pubs, véritables socles de leur vie sociale, comme des lieux d’échanges et de partage.

La question du genre est un enjeu essentiel, par exemple quand on étudie la place du virilisme dans les consommations.

Pub Interior, copyright Bolton Council

 

 

At the bar, copyright Bolton Council

 

Les contenus du Mass Observations sont des notes prises lors des entretiens menés par les anthropologues, leurs observations ou des rapports rédigés plus tard. Ce ne sont pas des enregistrements. Pour prolonger l’enquête en mobilisant l’histoire orale, Ariane Mak a complété ces documents écrits par des entretiens enregistrés dans les mêmes pubs entre 2012 et 2017. L’histoire orale est un domaine de recherche qui souhaite donner la parole aux témoins des événements historiques, constituer des archives historiques ou sociologiques et conserver ainsi la mémoire des événements. Avant d’enregistrer le ou les témoignages, il y a une première prise de contact. Cette rencontre est fondatrice d’une relation entre le témoin et l’enquêteur et permet de rendre confiant l’individu questionné. En effet, Florence Descamps, spécialiste de la question en France, décrit l’importance de ce domaine[4]. Ariane Mak, quant à elle, a mené environ quarante entretiens de mineurs, de femmes et enfants de mineurs. Ces entretiens lui ont permis d’approfondir certains aspects de l’histoire sociale des mineurs en en apprenant plus sur l’influence des relations en dehors du travail auprès des témoins, des décennies plus tard. Un aspect central de son travail souligne aussi le rôle des syndicats miniers qui, parfois, réussissent à changer la donne lors de grèves.

Comme toute archive, l’histoire orale n’est pas neutre et reflète les souvenirs, les incertitudes et erreurs qu’un témoin ou un acteur peut dévoiler au dictaphone. Aussi, pour Ariane Mak, c’est la dimension cachée de la mémoire ambiguë des conflits qui nourrit sa curiosité, ainsi que la recherche d’une histoire sociale et vivante. Ces entretiens et les nombreuses questions qui les accompagnent participent pleinement à la reconstitution d’une histoire singulière, pouvant illustrer une thématique gardée loin des récits historiques déjà établis. L’histoire orale permet donc de constituer une mémoire vivante et de conserver ces histoires incarnées.

[1]Elle est spécialiste de l’histoire des classes populaires du XXe siècle et du travail en particulier en Grande-Bretagne, ainsi que de l’histoire sociale des savoirs.

[2] Rendez-vous de l’Histoire édition 2021.

[3] Pour aller plus loin, voir le site internet du Mass Observation. http://www.massobs.org.uk/

[4] F. Descamps, L’Historien, l’Archiviste et le Magnétophone: De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire politique et financière de la France, 2001.

 

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Entre enquêtes et archives orales : histoire des grèves et du travail. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod2


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.