Expositions vues et commentées

Silences et résistances : les Églises en guerre

80 ans après la rafle du Vel d’Hiv, une exposition au mémorial de la Shoah revient sur les raisons des silences de l’Église mais aussi sur les voix qui protestèrent.

Quelle fut l’attitude des Églises face à la Shoah ? En 2020, l’ouverture des archives du Vatican offre de nouvelles réponses.

De la collaboration à la résistance, l’exposition présente un état des lieux dans plusieurs pays. Ainsi, grâce aux liens étroits tissés entre le Saint-Siège et l’Italie dès 1929 et l’Allemagne dès 1933, l’Église cherche surtout à préserver ses intérêts.

En Allemagne, l’Église est « aryanisée » et une faction protestante nazie, « Les Chrétiens allemands », se développe. Si des mouvements chrétiens tentent d’abord de composer avec le régime hitlérien, leur condamnation de la violence fait d’eux des objecteurs de conscience, ce qui leur vaut de nombreuses persécutions.

En France, en 1940, l’Église est acquise au régime de Vichy. Mais, à partir des rafles de l’été 1942, quelques protestations s’élèvent, non contre l’antisémitisme mais contre le traitement inhumain qu’est la déportation.

Au prisme de nombreuses archives, l’exposition présente les parcours des membres des Églises qui résistèrent au nazisme : la religieuse orthodoxe Marie Skobtsova, le pasteur Henri Manen, le prêtre Lucien Bunel… et les multiples formes de protestations : tracts et rapports, entrée dans la résistance, protection des Juifs… Bien sûr comme ailleurs, certains adoptent l’idéologie nazie et les Églises comptent aussi des « ultras de la Collaboration » qui s’investissent de la mission de traque des Juifs.

Après-guerre, plusieurs cas opacifient le rôle des Églises, dont l’affaire des enfants Finaly, Juifs recueillis par une catholique qui refuse de les rendre à leur famille à la Libération. La reconnaissance des responsabilités se fait à plusieurs vitesses. L’Église protestante a très tôt reconnu ses actions, en revanche, la branche catholique ne fait acte de repentance qu’à la fin des années 1990.

Lucie Écorchard

A voir :
« A la Grâce de Dieu », les Églises et à la Shoah jusqu’au 26 février 2023 au Mémorial de la Shoah, 17, rue Geoffroy-l’Asnier, 75004 Paris.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.