Expositions vues et commentées

Un portrait des collections bolonaises

Au début du XVIe siècle, la ville de Bologne connaît un élan artistique d’exception. 44 dessins sont ainsi exposés au Louvre.

 

 

 

 

« Aspertini était ambidextre, il peignait des deux mains à la fois, tenant dans l’une les pinceaux des tons clairs, dans l’autre ceux des sombres. » Cette citation de Giorgio Vasari, reprise lors de l’inauguration de l’exposition, met en avant un détail des dessins de l’artiste bolonais : le changement d’une main à l’autre dans ses tracés.

Le XVIe siècle italien voit naitre le premier classicisme bolonais. Favorisé par la pensée humaniste, une réflexion sur le monde antique amène les grands mécènes à passer de nombreuses commandes à des artistes comme Francesco Francia. Soucieux du détail, des volumes, des effets d’ombre et de lumière, ils incarnent une nouvelle manière de dessiner.

Dans la seconde moitié du siècle, le style s’exporte. D’abord dans l’Émilie, puis à la demande du Pape Grégoire XIII, jusqu’à Rome. De ce lien avec la ville éternelle, naissent les maniéristes bolonais, retrouvant une élégance linéaire des tracés.

L’exposition s’accompagne de la parution du tome XII de l’inventaire général des dessins italiens, portant sur les œuvres de Bologne au XVIe siècle dans les collections du Louvre. Le musée – comptant près de 500 dessins de l’École bolonaise – présente une sélection de quarante-quatre feuilles à travers un parcours chronologique présentant également les grands mouvements artistiques. Du trait saturé de Girolamo da Treviso, à l’aspect extrêmement soigné de Tibaldi, les œuvres de l’exposition invitent à découvrir les techniques des artistes de ce siècle.

Julien Derni

A voir :

« Dessins bolonais du 16e siècle dans les collections du Louvre. » jusqu’au 16 janvier 2023 au musée du Louvre, Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.