Expositions vues et commentées

 

Les nouvelles faces des dinars

Ronds ou carrés, d’Espagne ou d’Inde, 428 dinars s’exposent à l’Institut du Monde arabe jusqu’au 26 mars 2023.

 

L’histoire des dinars est intimement liée à la conquête musulmane, débutée avec les Omeyyades au VIIe siècle. Inspirée par les monnaies byzantines, le dinar est rapidement standardisé avec la réforme monétaire d’Abd al-Malik, en 697, qui fixe la valeur de la pièce d’or pour plusieurs siècles. Pour autant, de l’Europe à l’Asie, en passant par l’Afrique, le dinar continue d’évoluer en fonction des lieux de frappes, des commanditaires ou de la période. Utilisés pour des transactions importantes, les dinars sont un élément majeur de sociétés musulmanes durant plus de 1000 ans, de la fin du VIIe au XIXe siècle.

L’exposition propose ainsi une sélection de dinars, issus d’une collection privée de plus de 1000 pièces. L’accent est fait sur la diversité des styles et de compositions des monnaies. Les choix calligraphiques, de la présence ou non de portraits, de noms de califes ou de signes religieux sont des éléments de compréhension des sociétés anciennes musulmanes. L’IMA nous montre que les dinars n’ont pas qu’une utilité monétaire, mais également une fonction politique et symbolique. L’exposition propose ainsi des pièces servant de parure ou de médaille.

Souvent perçus comme identiques, les dinars renferment en réalité de nombreuses informations historiques dans leur multiplicité, rendues accessible dans l’exposition par de courts mais clairs cartels. Cette diversité met en lumière les interactions culturelles des territoires, et l’on peut même admirer des dinars écrits en latin et frappés par des rois chrétiens. Cela remet en question nos perceptions du monde musulman.

Guilhem Carbonne

A voir :

« Un trésor en or : le dinar dans tous ses états » jusqu’au 26 mars 2023 à l’Institut du monde arabe, Paris.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.