Expositions vues et commentées

Capter le regard de Paul Valéry ou Colette

Parmi les trois-cents mètres linéaires de boîtes d’archives photographiques de la galerie Roger-Viollet se trouve les travaux de Laure Albin Guillot. Un talent à découvrir durant trois mois jusqu’au 14 janvier 2023.

La photographe Laure Guillot, alias LAG est une incontournable de son domaine dans l’entre-deux guerres. Pour subvenir à ses besoins et à ceux de son mari malade, elle se professionnalise à partir des années 1920 et étoffe son habileté dans la publicité, la mode, le nu ou la nature morte. Son travail est estimé, pas seulement en tant qu’artiste, mais également en tant que femme engagée pour la conservation et la considération de la photographie. Une volonté qu’elle met en pratique en tant qu’archiviste en chef du service photographique des beaux-arts de Paris. Il était aussi crucial, pour elle, d’émanciper la discipline de son simple rôle illustratif.

L’agence de photographie Roger-Viollet qui détient le fonds d’archives de son atelier expose sobrement une soixantaine des cinquante-mille clichés de LAG accompagnés d’informations sur sa vie. On y retrouve des œuvres illustrant les différents domaines dans lesquels elle a exercé, dont une majorité de portraits. Le visiteur peut donc croiser les regards de Louis Jouvet, Jacques Fath, Paul Valéry, Jean-Louis Barrault ou de Colette et constater que Jean Cocteau semble plus intéressé par sa cigarette que par l’objectif de la photographe. Également fascinant, le travail de mise en scène des corps nus par l’artiste aurait bénéficié de plus amples explications techniques.

On regrette l’absence des portraits d’André Gide, Gérard Philipe ou Hô Chi Minh, présentés dans une vidéo, mais qui auraient sans doute mérité d’être exposés, comme beaucoup d’autres clichés. Une sélection était nécessaire, qui fera des déçus mais aussi des heureux.

Brieuc Benec’h

A voir :
« Laure Albin Guillot, l’élégance du regard », du 6 octobre 2022 au 14 janvier 2023, Galerie Roger-Viollet, Paris (75006).

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.