Expositions vues et commentées

Rodin antiquaire : passion pour l’Égypte

Sans être jamais allé dans le pays des pharaons, Rodin possède pourtant une impressionnante collection d’objets, tissus et statues d’art égyptien. Restaurée, elle est dévoilée pour la première fois au public.

Quel est le lien entre une immense tête sculptée de Balzac et un ex-voto de chat de l’Égypte ptolémaïque ? Auguste Rodin, sculpteur français de la fin du XIXe et début du XXe siècle ! L’exposition « Rêve d’Égypte » au Musée Rodin nous entraîne à la découverte de sa passion pour l’Égypte, présentant conjointement l’immense collection constituée par l’artiste et certaines de ses œuvres. Le visiteur y lit une inspiration tant thématique que formelle.

Auguste Rodin n’est pas le seul artiste de son époque à admirer l’Égypte et à s’en inspirer : le phénomène d’Égyptomanie est présenté dès la première salle. La suite du parcours, explique comment Rodin s’intègre dans ce mouvement vers l’Orient : l’économie des antiquaires, ses amitiés avec d’autres artistes, son voyage manqué en Égypte et les musées de sa maison à Meudon et de l’hôtel Biron.

On pourra regretter que ce que Bénédicte Garnier, commissaire de l’exposition, présente comme une « résonnance » entre les œuvres égyptiennes et celles de Rodin ne soit que rarement explicité, et l’interprétation de ce que le Rêve d’Égypte a concrètement apporté à Rodin soit laissée au visiteur.

Mais l’exposition n’existe pas seule et c’est une de ses grandes richesses. Organisée à la suite d’un titanesque travail de restauration, d’analyse et d’inventaire, elle ne peut présenter toute l’étendue de la collection. Le musée Rodin a donc également mis en ligne un site internet, qui propose une analyse et un corpus de ressources pour chacun des objets. Une médiation double, qui ancre dans la durée des recherches, toujours en cours. La suite sur Egypte-musée-Rodin.fr !

Anne Baptiste-Voisin

A voir :
« Rêve d’Egypte », du 18 octobre 2022 au 5 mars 2023 au musée Rodin, Paris.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.