Expositions vues et commentées

Dilmun et Tylos, les civilisations oubliées de Bahreïn

Le musée du Louvre présente 70 objets provenant des civilisations florissantes établies dans l’archipel du Golfe persique.

 

Bahreïn est un archipel situé en plein cœur du Golfe persique. Une situation privilégiée qui a permis l’épanouissement des cultures successives qui s’y sont installées. Aujourd’hui, à l’issue d’une collaboration entre le musée du Louvre et le musée national de Bahreïn, les 70 œuvres exposées, évoquent ces éclatantes périodes.

Entre 2300 et 500 av. J.-C, le territoire se nommait le Dilmun. Il prospèrait grâce à ses innombrables échanges avec l’Arabie, l’Iran, le sous-continent indien et la Mésopotamie. Les navigateurs de Dilmun étaient les principaux acteurs d’un commerce maritime florissant.

Puis de 300 av. J.-C, et 300 ap. J.-C, le nom de Dilmun disparaît progressivement, laissant place à celui de Tylos qui noua des relations du Moyen-Orient jusqu’en Méditerranée. Des perles fines, des pierres précieuses voire de l’encens, étaient échangées, et ont notamment été retrouvées dans les tombes.

Le peuple du Bahreïn avait leurs propres croyances, et rites. Ainsi, au travers de l’exposition, sont présentés différents objets traditionnels : des perles en cornaline aux pouvoirs protectrices, des jarres ayant contenu des breuvages utilisés lors des cérémonies, ou encore, un bol à serpent consacré à des rituels protecteurs. Il y a également de nombreuses stèles funéraires à la silhouette humaine, représentant l’âme du défunt.

Une civilisation singulière pour ses pratiques, importante pour son commerce, et pourtant peu connue aujourd’hui que le musée du Louvre réussit se propose de revaloriser auprès du grand public.

Justine Valiergue

A voir :
« 
 De Dilmun à Tylos. Voyage archéologique au Royaume de Bahreïn », à partir du 6 octobre 2022 au département des antiquités orientales du musée du Louvre, Paris.

 

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.