Expositions vues et commentées

Schiap’ à Paris !

La rétrospective du Musée des Arts Décoratifs propose un dialogue entre les réalisations de la couturière Elsa Schiaparelli et le foisonnement artistique de l’entre-deux-guerres.

 

 

Née à Rome à la fin du XIXe siècle, c’est à Paris qu’Elsa Shiaparelli dite Schiap’ pose définitivement ses valises dans les années 1920. Rapidement intégrée au milieu de l’avant-garde artistique, elle se lie d’amitié avec les surréalistes et dadaïstes dont elle partage les ambitions d’exubérance et de modernité. Dalí, Man Ray, Cocteau, Éluard, tous les grands noms gravitent autour de la créatrice, et n’hésitent pas à mettre leur art au profit de ses collections. De la célèbre robe homard de Dalí aux précieux boutons dessinés par Giacometti, en passant par les broderies des dessins de Jean Cocteau, les arts s’affichent sur les créations de la maison Schiaparelli. Les collections, à cheval entre monde des arts et de la mode, témoignent de la multiplicité des supports utilisés par les artistes et de l’importance de la couturière au sein du mouvement surréaliste.

En 1935, Schiap’ fait appel à Jean-Michel Frank et Alberto Giacometti pour concevoir sa boutique-atelier place Vendôme. Dans ce lieu où, des bijoux aux luminaires, tout est pensé dans un objectif d’art total, elle expose les œuvres de sa chère nébuleuse artistique. L’objet le plus surprenant de ces collaborations entre Schiap’ et l’avant-garde européenne est un large bracelet en laiton recouvert d’un morceau de fourrure réalisé par Meret Oppenheim, que la styliste incorpore à sa collection hiver 1956. Oppenheim décline par la suite l’idée du bracelet en recouvrant de fourrure une tasse, sa soucoupe et sa cuillère. L’ensemble est présenté la même année par Charles Ratton lors d’une exposition d’objets surréalistes.

Les années d’occupation forcent Elsa à quitter la France. Elle ne retrouve sa boutique qu’en 1945 mais ne parvient pas à atteindre à nouveau le succès d’antan. A peine dix ans plus tard, à l’hiver 1954, Schiaparelli fait défiler sa dernière collection. La maison renait dans les années 2010 et assure encore aujourd’hui l’héritage artistique de la plus parisienne des couturières italiennes.

Romane Suchet

A voir :
« Shocking ! Les mondes surréalistes d’Elsa Schiaparelli », du 6 juillet 2022 au 22 janvier 2023 au musée des Arts Décoratifs, Paris.

 

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.