Expositions vues et commentées

Une nature morte bien vivante

L’historienne de l’art Laurence Bertrand Dorléac propose une nouvelle vision de la nature morte au Louvre à travers une exposition ambitieuse de plus de 170 œuvres.

 Organisée par Charles Sterling, la dernière rétrospective sur la nature morte se déroulait à l’Orangerie en 1952. Près de 70 ans plus tard, ce genre artistique est encore souvent considéré comme secondaire voir mineur et l’exposition « Les choses, une histoire de la nature morte depuis la préhistoire » lui redonne ces lettres de noblesse.

Tout au long du parcours, on peut observer la volonté d’innover de la commissaire d’exposition à travers le décloisonnement chronologique et une réelle diversité des thèmes et des objets d’expositions. Des tableaux classiques aux œuvres cinématographies en passant par la photographie ou la sculpture, tous les médias sont représentés avec des artistes aux profils différents. On retrouve de grands tableaux de Dali ou Van Gogh mais aussi des œuvres moins célèbres comme la très marquante sculpture Untitled de Robert Gobert ou plus récentes comme 1st day in Quarantine de Nan Goldin. On observe aussi également une volonté de mixité dans les choix exposés : plusieurs artistes féminines et de diverses origines, des représentations de produits colonisés…même si cela reste limité.

Au travers des tableaux de banquets royaux presque indécents, des œuvres contemporaines qui critiquent la surconsommation, le parcours montre que la représentation des objets, a toujours servi pour exprimer une morale ou une critique de la société. Remettant en question le terme même de « nature morte », l’exposition révèle que les « choses » sont en effets bien vivantes.

Lina Louber

A voir :
« Les choses, une histoire de la Nature Morte », du 12 octobre 2022 au 13 janvier 2023 au Musée du Louvre, Paris.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.