Expositions vues et commentées

Georges Clémenceau intime : une vie en image

 

Depuis le 27 septembre 2022, Lise Lentignac, commissaire de l’exposition « Clemenceau et les photographes de l’intime », invite les visiteurs à se plonger dans les coulisses de la vie de Georges Clemenceau, à l’abri des regards et des objectifs de la presse.

Situé au numéro 8 de la rue Benjamin Franklin, dans le XVIe arrondissement de Paris, le musée Clemenceau installé dans l’ancien appartement de ce dernier, raconte, depuis 1929 l’histoire d’un homme aux multiples casquettes : journaliste, politicien, médecin…

Une exposition dédiée à Clemenceau et la photographie, en propose aujourd’hui une approche plus « intime » et personnelle.

Une histoire riche que celle du rapport de Georges Clemenceau à la photographie : né en 1840 alors que la technique n’en est qu’à ses balbutiements, il pose devant l’objectif de son père dès l’âge de trois ans. Les premiers clichés d’une longue série, qui s’étend sur l’ensemble de sa vie. De fait, si il existe de nombreuses images de sa carrière publique, notamment politique, seulement quelques photographes sont parvenus à le capturer dans son intimité.

Le sentiment d’intimité proposé par cette exposition temporaire, se reflète dans la nature et le contexte des photographies : on voit par exemple Georges Clemenceau dans son lieu de vie (bureau, jardin), seul ou accompagné de sa famille ou de ses amis (tel que le peintre Claude Monet). Mais l’exposition met également en avant la relation de Clemenceau avec deux photographes en particulier : Félix Nadar (1820-1910) puis son fils Paul Nadar (1856-1939) quelques années plus tard. C’est notamment ce dernier qui immortalise Clemenceau de profil, un cliché qui figure aujourd’hui comme l’un des plus célèbres du Tigre repris dans les années 1990, comme logo de la Police Judiciaire française.

Marie Jacques

A voir :
« Clemenceau et les photographes de l’intime », du 27 septembre 2022 au 28 janvier 2023, au musée Clemenceau, Paris.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mariekarineschaub (21 février 2023). Expositions vues et commentées. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pod1


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.