Emmanuel Laurentin : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte ».

Vendredi 26 octobre 2017, la promotion du Master Histoire publique est invitée à assister à l’émission radiophonique matinale  La Fabrique de l’Histoire produite et animée par Emmanuel Laurentin sur France Culture. Le sujet de cette matinale : « Les filles rebelles au XXème siècle », en compagnie de Véronique Blanchard et David Niget, auteurs de Mauvaises filles. Incorrigibles et rebelles paru en 2016 chez Textuel. Retour sur l’histoire d’une émission qui s’inscrit dans le domaine de l’histoire publique.

Créée en 1999, la Fabrique de l’Histoire est tout d’abord pensée comme une émission devant rendre compte de la tension qui s’est opérée entre Histoire et mémoire au cours des années 1990. Présentée tout d’abord sous un format hebdomadaire de 2h30, l’émission devient quotidienne en 2004.  Chaque semaine, de 9h à 10h, une thématique historique est alors traitée à  travers différents supports de médiation — documentaires, témoignages, archives sonores commentées, fictions historiques — et fait appel à différents intervenants  —chroniqueurs et historiens.

Le point fort de l’émission est alors de permettre aux auditeurs d’assister aux nombreux débats historiographiques tout en faisant écho à l’actualité. Pour ce faire, l’émission n’hésite pas à inviter des historien(ne)s dont les ouvrages viennent de paraître. Elle embrasse alors une diversité de thèmes réactualisés par la parution de nouveaux ouvrages mais pas que. Rien que pour l’année 2017-2018, l’émission a proposé des dossiers sur la Guerre du Vietnam, sur l’histoire de l’année 1967, mais aussi une chronique quotidienne sur les liens entre histoire et fiction. La pluralité des thèmes mais surtout celle des angles proposés permet à l’émission d’attirer un large public au fil du temps : « J’ai fait de l’Histoire publique sans m’en être rendu compte », déclare Emmanuel Laurentin.

Peu pratiquée en France, davantage dans les pays anglophones, l’Histoire publique est cependant en voie de professionnalisation, fait remarquer Emmanuel Laurentin, autour d’une table ronde improvisée. « L’histoire publique trouvera sa voie dans les interstices », répond-il lorsqu’on évoque les métiers avec lesquels l’histoire publique est susceptible d’entrer en concurrence. Mais pas de panique, nous rassure-t-il, les métiers de l’histoire publique « sont encore à créer ».

L’histoire publique répond, en effet, à une demande sociale qui ne cesse d’évoluer, qui se fait de plus en plus preneuse et qui peut revêtir différentes formes, parfois inattendues.

Journaliste de formation même s’il a étudié l’histoire jusqu’à la maîtrise, Emmanuel Laurentin ne se considère pas comme un historien mais plutôt comme un « journaliste de l’histoire ».

Pour écouter l’émission en podcast : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/vies-de-jeunes-filles-44-filles-rebelles-au-xxeme-siecle

Elodie Fortin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.