Le Narodni Dom, un lieu de mémoire de la Trieste slovène

Trieste, Trst, Triest, est comme le jeu des poupées russes. Il suffit d’ouvrir la première pour comprendre qu’il faut aller jusqu’au bout. Le regard du voyageur est frappé par la contradiction entre sa vision d’une ville qui ne semble pas « italienne » dans son ensemble architectural et la presque obsédante évocation de son « italianité » dans sa toponymie aussi bien que dans ses monuments.

Pourtant l’évidence n’intéresse pas vraiment l’historien qui se laisse plus facilement séduire par les contradictions, et qui aime se perdre dans les rues du ghetto, ainsi que dans l’autrichienne Piazza d’Italia (contradiction par excellence !), pour pouvoir ensuite remonter la colline de San Giusto et avoir une vision d’ensemble, bien plus complexe, de cette petite tour de Babel adriatique.

Ici plus qu’ailleurs les questions identitaires, et plus particulièrement les enjeux mémoriels, sont un terrain de lutte (Jelin 2017). D’autres versions, différentes narrations mémorielles jaillissent ça et là, et remettent en question la représentation de « la » mémoire collective triestine. L’ « autre » fait tout à fait partie de l’histoire de Trieste qui, il faut le dire, a été une ville-passage avant de devenir une ville-frontière.

Redécouvrir sa nature cosmopolite, ça veut dire aussi réhabituer l’œil à regarder là où, au premier coup, il ne serait pas amené à s’arrêter. C’est le cas de l’ancien Hôtel Balkan, ou Narodni Dom (en slovène, « maison du peuple »), situé au numéro 4 de Via Fabio Filzi, juste à quelques centaines de pas d’un lieu culte de la mémoire nationaliste italienne, le Mausolée Oberdan.

Surmonté des drapeaux italien et européen, l’ancien centre culturel slovène est aujourd’hui occupé par les locaux de la faculté de traduction et interprétation de l’Université de Trieste. Seule une plaque commémorative sur le mur externe de l’immeuble mentionne les événements du 13 juillet 1920. À cette date, l’ancien centre culturel slovène est mis à feu par les fascistes et les nationalistes triestins, suite à une manifestation organisée par le Fascio de la ville en réponse aux tensions géopolitiques entre l’Italie et le Royaume Yougoslave.

Comme d’autres centres urbains sur le territoire augsbourgeois, Trieste disposait depuis 1904 d’un Narodni Dom, c’est-à-dire d’un pôle de rassemblement politique, culturel et sportif pour les minorités slovènes et slaves présentes dans la commune triestine. Le centre accueillait aussi une banque, deux restaurants, une auberge, un café, ainsi qu’une imprimerie, des appartements privés et une salle de sport.

L’assaut de la foule contre le lieu symbole de la culture slovène de Trieste marque en effet le début de la politique « anti-slave » du fascisme triestin et dans la Vénétie-Julienne. Avant même que le parti fasciste arrive au pouvoir national et qu’il mette en œuvre ses lois d’interdiction totale de tout signe culturel et linguistique « non italien », le fascisme local avait déjà pris ce chemin.

Il a quand même fallu quatre-vingt-quatre ans afin que ce lieu soit réinvesti d’un rôle symbolique pour la communauté slovène. Vendu par les anciens propriétaires (la Caisse de dépôts et consignations slovène) après l’incendie, l’immeuble a été reconverti en simple hôtel. C’est seulement à partir de 1997 que le bâtiment, devenu propriété de la Région, est choisi comme siège de la faculté de traduction et interprétation de l’Université de Trieste.

Une partie minoritaire de la population triestine, celle d’origine slovène, n’a jamais arrêté de revendiquer la remise en valeur de ce lieu. Ces revendications mémorielles ont accompagné les luttes menées pour la reconnaissance des droits linguistiques des Slovènes de la Vénétie-Julienne (obtenus seulement en avec les lois de 2001).

Cependant, si les commémorations de la part des associations slovènes triestines n’ont jamais arrêté d’investir ce lieu d’une forte valeur symbolique, c’est seulement en 2004, lors de l’entrée de la République slovène dans l’Union Européenne, qu’une vraie reconnaissance de cette mémoire s’est concrétisée.  Cette année-là, le doyen de l’Université de Trieste inaugure la plaque commémorative à la mémoire des événements de 1920. Six ans plus tard, en 2010, les présidents des républiques italienne, slovène et croate se retrouvent sur ce lieu pour commémorer les quatre-vingt-dixième anniversaire du pogrom. C’est ainsi que le Narodni Dom est réentré dans la géographie mémorielle de la ville.

Les raisons d’ordre politique qui ont amené à redonner une place importante à la mémoire de cette période ont tout à fait contribué à restituer une image plus complexe de l’histoire de Trieste, ainsi qu’à relancer le débat historiographique et publique autour de la nature raciste du « fascisme de frontière ». Le nouvel ancrage du bâtiment parmi les lieux de mémoire de la ville met en crise la narration d’une Trieste éminemment « italienne », tout en montrant les violences physiques et symboliques qui ont accompagné cette construction identitaire.

Cette œuvre de réinsertion du Narodni Dom dans le tissu mémoriel de la ville ne cesse pas de se faire. En mars 2016 a été ainsi inaugurée une exposition dédiée à l’histoire de la communauté slovène triestine et de l’Hôtel Balkan. Huit cartels entourent les deux pilotis originaux de l’ancienne structure du bâtiment. Consultables aussi sur le site internet (http://www.narodnidom.eu/it/) de l’exposition, les cartels et les reproductions des photos de l’époque évoquent les phases de la présence slovène à Trieste. C’est ainsi que dans un lieu public comme l’université, le visiteur peut essayer d’avoir un regard plus détaillé pas seulement sur les violences de 1920, mais aussi bien sur l’histoire de la ville, « la plus grande pour nombre de Slovènes » (après Ljubljana) sous l’empire augsbourgeois.

Comme le dit l’historien Tzvetan Todorov, l’oubli ne s’oppose pas à la mémoire, mais il représente plutôt une forme encore plus sélective de celle-ci (Todorov 2015). Dans le cas de Trieste, le travail de tri a contribué grandement à fabriquer « une » mémoire collective de la ville, tout en laissant de coté les autres narrations. C’est donc à travers la  volonté des femmes et des hommes de la communauté slovène que ce site est devenu tout à fait un « lieu de mémoire » (Nora 1984).

Cette concurrence de mémoires ne peut donc que contribuer à faire évoluer le débat public autour des identités nationales, surtout dans un moment présent qui semble de plus en plus marqué par un croissant remaniement des mémoires nationales.

À l’historien (public) est donc confiée la tâche importante de veiller à ce que les mémoires ne deviennent pas un instrument de séparation mais plutôt un moyen de compréhension du présent.

Igor Fedeli

 

Références

  • Elizabeth Jelin, La lucha por el pasado. cómo construimos la memoria social, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 2017;
  • Pierre Nora, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1984;
  • Tzvetan Todorov, Les abus de la mémoire, Paris, Arléa, 2015 ;
  • http://www.narodnidom.eu/it/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *