Les adolescents toujours à l’écart de la conception des manuels d’histoire

Le jeudi 5 octobre 2017, une table ronde sur « L’histoire de l’Antiquité et l’histoire du Moyen Âge dans les manuels du secondaire » était proposée aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois par la Société des Professeurs d’Histoire ancienne de l’Enseignement Supérieur Public. Cet outil pédagogique permet d’accompagner les enseignements primaires et secondaires selon les programmes scolaires émis par le gouvernement. Les règles éditoriales sont, quant à elles, libres.
Le manuel scolaire est-il créé en consultant, au préalable, la jeune cible qu’il vise ?

La question a offusqué les intervenants de la table ronde qui était composée de professeurs d’histoire, comme en témoigne la réponse donnée avec mépris : « ce ne sont pas eux qui achètent ». Il est désolant de constater que les professionnels de l’histoire ne s’interrogent pas sur le regard de ce jeune public, qui est pourtant l’acheteur de demain.

Les utilisateurs de cet outil pédagogique doivent-ils être consultés selon vous ?

Les manuels scolaires sont, comme l’a précisé l’un des intervenants, « faits pour que les élèves aient envie d’apprendre ».  Pourtant, de l’école primaire jusqu’au lycée, les élèves ne sont pas mis dans les cercles de réflexion autour des manuels scolaires, tout comme des ouvrages qu’ils étudient. Cela amène à des incompréhensions, tout comme à des quiproquos historiques et à des anachronismes. L’un des professeurs d’histoire présent a expliqué que le fait de regrouper les événements par thématique dans les manuels, et non par chronologie, donne l’impression que la guerre de 100 ans et la Grande Guerre ne sont pas si éloignées dans le temps, dans l’esprit des élèves. En dehors du fond proposé, la forme soulève elle aussi une interrogation. N’est-il pas plus simple d’apprendre lorsque l’aspect du livre nous plaît ?

Léa Grandin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.