Le Pixel Museum : Pour une nouvelle histoire

Premier musée permanent du jeu vidéo en France, le Pixel Museum a vu le jour en février 2017 à Schiltigheim, près de Strasbourg. Une initiative de Jérôme Hatton, passionné, collectionneur et créateur d’une école de Serious Games. Des jeux électroniques aux consoles de salon d’aujourd’hui, le musée nous présente la jeune histoire des objets vidéoludiques en se positionnant pour la mise en valeur d’un patrimoine à part entière. Une chose assimilée aux États-Unis, au Québec ou en Allemagne, mais qu’en est-il de la France ?

« Musée du jeu vidéo, des loisirs connectés et de l’art vidéoludique », voilà comment le Pixel Museum s’auto-proclame. Le lieu se présente sous la forme d’un musée qui peut se vanter d’exposer un corpus proche de l’exhaustivité. 25 000 objets sont présentés au public, venant de plusieurs collections privées. Le cheminement est intégralement chronologique, partant du premier jeu sur oscilloscope en 1958 à la Nintendo Switch, sortie en mars 2017. La première console de salon est même présente dans les lieux : la Magnavox Odyssey, sortie en 1972. Tout cela aux côtés de bornes d’arcade, des « Game & Watch » de Nintendo, ou même de la console de Coca-Cola datant de 1977. Le musée respecte fondamentalement son média, car il s’inscrit dans l’interactivité : on peut jouer et non pas seulement regarder l’histoire du jeu vidéo. C’est un objet qui se ressent manette en main, on peut notamment avoir les sensations face au tout premier jeu de l’histoire. De multiples bornes sont étalées pour montrer l’aspect « software » et pas seulement des objets. Un fond qui est donc extrêmement riche et qui donne surtout à voir l’histoire d’un média.

« On ne veut pas en faire un musée de geek, on veut raconter une histoire ». Mathieu Bernhardt, responsable de la communication, affiche clairement un désir contemporain : plaider pour l’histoire du jeu vidéo comme un sujet sérieux et pas simplement destiné à un public de niche. De 1958 à aujourd’hui, l’histoire du jeu vidéo est en effet un sujet d’histoire à part entière. On parle autant d’une pratique que d’un loisir, autant d’un objet de consommation que d’un produit culturel, autant d’un objet technologique que d’un média. C’est une histoire pluridisciplinaire, aux facettes multiples. Des récents ouvrages universitaires comme Des Pixels à Hollywood : Cinéma et jeu vidéo, une histoire économique et culturelle d’Alexis Blanchet montre cette reconnaissance naissante d’un nouveau sujet d’histoire. Mais là où le Pixel Museum est innovant, c’est qu’il montre au public une histoire qui lui appartient par essence. C’est l’histoire de produits commercialisés, donc destinés au public à leur base. Le Pixel Museum est en fait le transmetteur légitime d’une histoire dont le public en est l’un des principaux acteurs aux côtés des concepteurs. Le consommateur devient donc ici un individu concerné et curieux de connaître l’histoire d’un objet du quotidien. La boucle est bouclée.

Pablo Germond


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *