Ce musée fasciste au milieu de Trieste

Qui pourrait croire que des fragments intacts de l’idéologie fasciste persistent au sein même d’une ville italienne ? Trieste est pourtant de celles-ci. Au milieu de tous ses conflits mémoriels, l’un d’eux semble plus singulier que les autres. Le Risorgimento est bel et bien resté dans les mémoires : c’est la « renaissance », la réunification du Royaume d’Italie contre l’empire d’Autriche. En partant de cette idée, le symbole peut naître. Et cela va sans dire : le politique aime les symboles.

Inauguré en 1934 devant 100 000 personnes, le musée du Risorgimento de Trieste est l’un de ceux qui furent créés dès 1880. Mais celui-ci peut sembler atypique, car la ville a vécu cette période bien différemment du reste de l’Italie, puisqu’elle est autrichienne et distante des événements. À savoir également, l’exposition a été construite pendant la période fasciste. Ces éléments donnent immédiatement la puce à l’oreille : que peut bien raconter ce musée ?

Le bâtiment est une ancienne caserne militaire autrichienne située sur la place Guglielmo Oberdan. C’est le nom d’une des figures de la libération de l’Italie, auteur d’un attentat contre l’empereur François-Joseph en 1882, pendu la même année dans cette caserne. C’est le premier symbole du lieu. C’est la figure du martyr, une sorte de patriote tué par l’ennemi, sacralisé sur la monumentale statue en face de son lieu de décès : nu, marchant au milieu de deux anges. Au sein même de l’exposition, un buste monumental et une chemise blanche appuient cette idée de sacralisation et de héros national.

Le musée se présente comme un grand recueil de reliques, de souvenirs et d’œuvres d’art avec un message : Trieste est le symbole d’une Italie unie et d’un peuple indivisible. Pourtant, c’est tout l’inverse qui est vrai. La quatrième salle présente de nombreux focus sur des soldats de la Première Guerre mondiale. Le traitement semble le même que pour Oberdan : une petite biographie, une relique et une photo pour sacraliser des personnages et les ancrer dans la mémoire nationale. C’est l’idée de l’Italie des héros, motivés par leur patriotisme et leur volonté de défendre leur nation.

Ceci est la récupération fasciste de l’histoire. La réalité est tout autre : Trieste était autrichienne, et rien n’est dit sur les soldats de ce pays. Chaque soldat présenté est finalement un traître à la nation avec de multiples motivations de vouloir se battre pour l’Italie. L’amalgame est volontairement établi entre le Risorgimento et la Première Guerre mondiale : les Italiens unis se battent pour leur nation.

Quel est donc le problème de ce musée ? Un outil de divulgation de l’histoire digne de ce nom ne peut évidemment pas donner une telle vision tronquée des événements. Là où une contextualisation serait nécessaire, ce musée en est totalement dépourvu. Le public n’a donc pas les outils pour porter un regard critique sur le message colporté par une idéologie qui utilise l’histoire à des fins politiques. Voici donc un problème de mémoire à Trieste qui attend d’être résolu… un de plus.

Pablo Germond


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *