Promotion 20-21 d’une case aux ondes

Bande-dessinée : illustrations de Laura Bensoussan et légendes d’Aliénor Gandanger 

Texte: Benjamin Vavon

Quelques cases de bande-dessinée pour rendre compte d’une année de Master 2 Histoire Publique à l’UPEC. Voici le pari tenu par Laura Bensoussan, accompagnée d’un texte de Benjamin Vavon qui revient sur l’atelier radiophonique particulièrement apprécié des étudiantes et des étudiants.

L’histoire publique – ou devrions-nous plutôt parler de Public History afin ne pas trahir son origine anglo-saxonne – se manifeste, aujourd’hui, à peu près partout. En conquérante, elle investit presque tous les supports médiatiques, se fondant en magazines papiers spécialisés, en émissions de radio et de télévision, en podcasts et chaînes YouTube. Elle brise aussi l’obscurité des salles de cinéma et finit par se retrouver sur les plateformes de streaming gratuit. Elle ne manque pas non plus d’annexer à son vaste territoire les réseaux sociaux, ces grands carrefours d’individus, d’idées, de références et d’opinions. Ah ! Et comment oublier le jeu-vidéo ! Mais même si tout ce qui vient d’être dit le laisse présager, quel est son principe, à la Public History ? Eh bien nous répondrons qu’elle est avant tout une démarche de médiation entre une matière historique abordée de façon plus ou moins scientifique et une demande sociale quasi insatiable. Son espace d’expérimentation est si étendu, sa place au sein de la cité si grande, que tout cela n’a pas échappé à l’esprit alerte des historiens et de ses nombreux praticiens ; si bien que le phénomène est devenu en lui-même un objet d’étude et de mises en pratique sur les bancs de l’université… Bancs que malheureusement nous n’avons pas beaucoup réchauffés cette année.

L’Université Paris-Est Créteil (UPEC) accueille ainsi depuis 2015 un master 2 d’histoire publique et, depuis la rentrée 2020, un master 1. La sixième promotion, composée de quatorze étudiants [1], a connu deux faits inédits en cette année 2020-2021. Ils en forgent sans doute l’originalité, l’un représentant une contrainte pour l’autre : la pandémie de Covid-19 et l’atelier podcast ou radiophonique. Professeur d’histoire-géographie au collège Sévigné dans le Ve arrondissement de Paris, créateur et animateur du podcast d’actualité historiographique Chemins d’histoire, Luc Daireaux fut notre intervenant-encadrant pour ce tout nouveau cours professionnalisant proposé par le master d’histoire publique.

Prémices radiophoniques

La plupart d’entre nous ne s’étaient encore jamais tenus devant un micro, ou du moins n’en avaient pas l’habitude, comme le montre bien la case n°9 de la bande-dessinée, « Découverte de nos voix enregistrées ». Chose rassurante pour nous autres néophytes, nous pouvions nous appuyer sur l’expérience associative de deux de nos camarades, Baptiste Martin, qui anime L’Histoire en roue libre sur Cause Commune, et Sandra Merlet, qui présente Le Guide du Bordeaux Colonial sur La Clé des Ondes. Cette appréhension inédite pour beaucoup de la prise de son fut expérimentée dès la première séance, à l’UPEC,le 24 septembre. Nous devions présenter par petits groupes de deux ou trois l’une des thématiques abordées dans son livre par Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Páscoa et ses deux maris. Une esclave entre Angola, Brésil et Portugal au XVIIIe siècle [2]. Devant le magnétoscope Tascam de Luc Daireaux, nous jouons les comédiens à tâtons. Cet exercice, il l’a également proposé à ses élèves de 4e. Nous avons pu nous-mêmes les écouter pour apprécier leur travail et… nous avions du souci à nous faire ! Un petit challenge !

En guise de prolongement et d’entraînement, nous avons dû procéder avec ces mêmes petits groupes improvisés au réenregistrement de nos séquences et à leur montage. L’objectif était également de les introduire et de les conclure par un générique « électro-pop », comme cela se fait beaucoup en émission radio. Pensons à Origami de Rone, utilisé pour l’émission Le Cours de l’histoire sur France Culture. Si nous avons pu produire ces mini-podcasts à temps et sans trop de difficultés, ayant eu recours à un matériel pro ou nous débrouillant avec téléphones et ordinateurs, la mise en commun s’est faite au début du deuxième confinement. Un retour critique et constructif sur nos exploits nous a permis d’aborder la suite avec davantage de sensibilité radiophonique. La mise en bouche d’une aventure qui s’est avérée en grande partie… zoomesque !

Opération Gisèle Halimi

Dès le début du semestre, Luc Daireaux a en effet mis toute l’équipe sur les rails de la confection et de la réalisation d’un véritable podcast thématique. Sur sa proposition, il s’agissait d’aborder le parcours et l’engagement d’une femme récemment disparue : l’avocate Gisèle Halimi. Le projet a alors eu pour impulsion bibliographique le livre de la journaliste Annick Cojean, Une farouche liberté, paru chez Grasset en août 2020. Il nous a servi de trame, de toile de fond pour aborder ce travail et la maturation de l’ « Opération Gisèle », justement nommée par la case n°10, s’est faite progressivement. Chacun a dû d’abord réfléchir aux personnes à interviewer. Car oui, ce qui a tout de suite rendu l’idée de Luc Daireaux plus enthousiasmante encore était que nous allions, tels de véritables petits journalistes d’histoire, interviewer des proches de Gisèle Halimi, des personnes qui, de près ou de loin, l’avaient côtoyée, qui se sont intéressées et qui s’intéressent toujours à ses combats, voire qui l’ont incarnée sur scène ou au cinéma. Le sentiment, là, d’un coup, d’être entré dans la cour des grands, une perspective aussi palpitante qu’intimidante… Gloire à celui ou celle qui décroche l’« interview la plus insolite » ! Malgré les freins imposés par le contexte sanitaire et le deuxième confinement qui est arrivé très vite, nous avons pu relever le défi sans trop d’encombres, galvanisés par un casting de qualité [3]. Le risque principal était surtout que nos entretiens fussent d’une qualité effroyable, car nécessairement menés par visioconférence… Quelques malins y ont échappé, puisqu’ils s’y sont attelés rapidement après le lancement du projet. L’exception, c’est l’interview de l’historienne Yannick Ripa, enregistrée en studio au micro de Victorien Turillon et de Baptiste Martin.

Le premier temps fort est la mise en commun de nos réflexions. Cette fois-ci, c’est isolés derrière nos écrans respectifs que nous nous retrouvons. La séance Zoom est longue, nos cerveaux concentrés surchauffent. À ce stade, vers le milieu du mois de novembre, certaines interviews n’ont pas pu être réalisées. Pour autant nous ne doutons pas du futur. Rien n’est un obstacle. Les pièces du puzzle commencent doucement à s’assembler. L’idée de trois émissions se profile. Trois groupes se constituent avec un coordinateur à leur tête qui désormais travailleront à rédiger un canevas, à articuler propos journalistique et interventions des personnalités choisies pour donner chair au discours (case n°11). Une interview de dernière minute est alors suggérée, car la partie consacrée aux combats politiques et associatifs manque de matière. Ce sera le sénateur André Vallini, ancien assistant parlementaire de Gisèle Halimi.

Une dernière concertation en coulisses s’impose avant la période des fêtes de fin d’année. Le confinement n’est plus, mais Zoom demeure. L’Université n’est déjà presque plus qu’un lointain souvenir… Relecture des canevas, rectifications, restructurations parfois. On cisaille, on tranche, on colmate.

Point d’orgue d’une aventure singulière

Le point d’orgue de cette aventure radiophonique est bien sûr l’enregistrement collectif ! Le rendez-vous est fixé le 5 janvier, à 17h, devant notre studio improvisé de la rue Pierre Nicole. L’occasion nous est enfin offerte d’abandonner nos habits virtuels. L’aménagement du studio et les réglages de dernière minute nous laissent le temps d’échanger et de nous briefer. Les choses deviennent très concrètes et prennent un tour artisanal – donc convivial – avec un matériel constitué de micros et de longs fils, une table d’animateurs en binôme qui fait face à une table de chroniqueurs-journalistes, un poste informatique destiné à lancer le moment voulu les sons de nos interviews et, incontournable, le poste régie occupé par Luc Daireaux. Flux de paroles trop rapide, micro trop éloigné, jeu d’acteur un peu mou… Bref, rien ne lui échappe. Même si l’heure est aux choses sérieuses, nous trouvons moyen de nous en amuser. Scripts en main, nous passons à tour de rôle pour une séance de près de trois heures.

C’est une « Mission accomplie dans la joie et la bonne humeur » que nous présente la case n°12. Le résultat est là, nous en sommes tous très contents. Nous sommes également reconnaissants à l’égard de Luc Daireaux pour nous avoir épaulés et guidés tout au long du semestre. D’avoir, enfin, procédé au montage de l’intégralité des trois émissions. Un travail de longue haleine !

Travail d’équipe impliquant l’ensemble de la promotion, rigueur quasi professionnelle, humour sur notre condition de confinés et nos tâtonnements face au micro, voici résumé en quelques mots l’esprit de cette expérience radiophonique désormais gravée dans le marbre 2.0. Elle fut l’occasion pour nous de découvrir ou redécouvrir une féministe incontournable. Partager l’histoire d’une figure telle que Gisèle Halimi, aussi passionnante qu’à certains égards polémique, c’est s’efforcer d’être, en historien d’abord et en historien public ensuite, le plus synthétique et, surtout, le plus objectif possible. Éviter le parti pris. Il semble que cette mission fut remplie. Voici donc le fruit inaugural d’un atelier qui, nous l’espérons, aura devant lui une belle prospérité au sein du master d’histoire publique de l’Université de Créteil !

Avant de nous quitter, n’oublions pas, en cette année doublement anniversaire pour les ondes, de crier haut et fort : VIVE LA RADIO !

Notes de la BD :

* Cette année, l’atelier de médiation culturelle et muséographie proposé par le master d’histoire publique a été mené en partenariat avec la mairie de Bry-sur-Marne. Trois thématiques traitant de l’histoire et du patrimoine de la commune ont alors fait l’objet d’un travail de médiation : les loisirs des bords de Marne, le siège de Paris lors de la guerre franco-allemande de 1870 et le diorama de Louis Daguerre.  [https://histpubliq.hypotheses.org/3338.]

** ATTRACT est un projet international d’interaction/de communication/d’échanges entre étudiants européens en histoire publique. Supervisé par Thomas Cauvin, maître de conférence au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C2DH) et président de la Fédération internationale pour l’histoire publique, il a pour thème cette année « Mémoire(s) et monumentalité » [https://histpubliq.hypotheses.org/3351; https://publichistoryonline.org/public-history-and-monuments/]

[1] Marine Amador, Savannah Baratin, Aliénor Gandanger, Valentin Jendrysiak, Emmanuel Jud, Savanah Keller, Baptiste Martin, Sandra Merlet, Kévin Royau, Julianne Soulié, Laurie Tetaert, Victorien Turillon, Benjamin Vavon, Thomas Vercelot.

[2] Paru en avril 2019 aux Presses Universitaires de France.

[3] Laure Adler, Christine Bard, Françoise Gillard, Anouk Grinberg, Violaine Lucas, Yannick Ripa, Laura Slimani, André Vallini et Raphaël Wintrebert.


Une réflexion sur « Promotion 20-21 d’une case aux ondes »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.