Lorsque la radio laisse la parole à une marraine de guerre…

Aliénor Gandanger

Comment convertir un mémoire en entretien radiophonique ? La recette de base est simple au départ… Continuer à aimer son sujet de mémoire après deux ans de recherche. Avoir envie de le partager auprès des proches sans envoyer un document au format PDF qui peut rebuter les amoureux du papier. Enfin, en discuter avec Baptiste Martin et se laisser guider par ses connaissances techniques.

Tous ces ingrédients étaient au rendez-vous. Et surtout, Baptiste comme moi, avions envie de sortir de notre tour. Qu’est-ce qui est le plus intéressant dans un exercice radiophonique comme celui que nous avons créé sans trop de hics ? « C’est l’alliance entre connaissance et imaginaire » dira le producteur de radio en herbes. « Utiliser la technique sonore, n’est-ce pas Aliénor, pour faire voyager auditeurs et auditrices et transmettre l’histoire à travers ton mémoire. »

Mais que raconte ce mémoire ? Sans tout révéler, nous pouvons au moins donner son titre : Yvonne Fleury et ses filleuls de guerre, Relation entre civile et soldats de mai 1915 à janvier 1921. Le contexte de la Première Guerre mondiale fait apparaître des solidarités inédites. Des personnes de cœur, très vite qualifiées de marraines, vont réconforter des soldats par des envois de lettres et/ou de colis… Yvonne Fleury et ses filleuls de guerre, c’est l’histoire d’une expérience humaine, de relations à distance, d’échanges, de rencontres, de déceptions, de surprises, etc. À travers les sources que nous lègue Yvonne Fleury, la petite histoire généreuse entre dans la grande.

Excitante et un peu impressionnante, l’expérience a été vraiment intéressante. Casque sur les oreilles et grand micro devant la bouche, il fallait savoir quoi raconter au moment des questions. Et oui ! je n’étais plus devant mon écran à réfléchir à une formule bien pensée et originale pour la rédaction d’un paragraphe. Avec une bonne préparation en amont, la conversation paraît spontanée et fluide. Mon parti pris a été de ne rien rédiger, prenant le risque d’un manque de précisions mais m’obligeant à aller à l’essentiel. Baptiste a su très bien me guider et passer en revue les points essentiels de mes travaux de recherche, sans tout dévoiler pour une suite future…

Pour écouter l’émission sur la radio CAUSE COMMUNE :


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.