Gisèle Halimi, une vie et des combats en trois épisodes radiophoniques

Luc Daireaux, enseignant d’Histoire-Géographie au collège Sévigné à Paris et animateur de l’émission radiophonique Chemins d’histoire présente le travail qu’il a réalisé autour du parcours de Gisèle Halimi avec les étudiants du master à l’automne et l’hiver 2020.

Dans le cadre d’un atelier radiophonique semestriel, « Histoire sans frontière », les étudiants du master Histoire publique ont confectionné une série radiophonique consacrée au parcours et à l’œuvre de Gisèle Halimi (1927-2020). 

Trois épisodes pour évoquer une vie et des combats

Le premier épisode, animé par Marine Amador, Baptiste Martin, Sandra Merlet et Victorien Turillon, revient sur quelques grands combats d’avocate de Gisèle Halimi pour le droit des femmes. Sont successivement analysés l’affaire Djamila Boupacha (1960-1962), le procès de Bobigny (1972) et celui d’Aix-en-Provence (1978). Dans cet épisode, on retrouvera des extraits d’entretien avec l’historienne Yannick Ripa et avec la comédienne Anouk Grinberg.

Le deuxième épisode de la série, porté par Aliénor Gandanger, Savanah Keller, Emmanuel Jud, Sandra Merlet, Julianne Soulié et Benjamin Vavon, traite des combats politiques et associatifs de Gisèle Halimi. On retrouve dans cet épisode des extraits d’entretien avec Violaine Lucas, conseillère régionale des Pays-de-la-Loire, André Vallini, sénateur de l’Isère, ou encore Raphaël Wintrebert, sociologue et auteur d’une étude sur l’organisation ATTAC.

Le troisième épisode, animé par Marine Amador, Savannah Baratin, Aliénor Gandanger, Valentin Jendrysiak, Laurie Tetaert et Thomas Vercelot, est consacré aux enjeux mémoriels et patrimoniaux. La question de la panthéonisation de l’avocate, disparue à l’été 2020, est notamment posée. Dans cet épisode, on peut entendre les voix de Laura Slimani, adjointe au maire de Rouen, de Françoise Gillard et d’Anouk Grinberg, comédiennes, de Yannick Ripa et de Christine Bard, historiennes, de Laure Adler, productrice à France Culture puis à France Inter.

Luc Daireaux revient sur cette expérience

J’ai eu le plaisir d’animer l’atelier radiophonique du master d’histoire publique cette année. L’atelier a fonctionné en présentiel et en distanciel. J’ai d’abord proposé aux étudiants de travailler sur l’ouvrage de Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Pascoa et ses deux maris : une esclave entre Angola, Brésil et Portugal, un ouvrage paru en 2019. Il s’agissait, pour eux, d’identifier différentes thématiques et de restituer ces dernières sous la forme de bulles sonores de deux à trois minutes. Ces pastilles – des dialogues à deux ou trois voix – ont été d’abord enregistrées dans les conditions du direct puis retravaillées.

Dans un second temps, j’ai proposé aux étudiants de construire une série radiophonique autour du parcours et de l’œuvre de Gisèle Halimi. Il convenait d’abord de recueillir plusieurs sons émanant d’experts, de témoins, d’acteurs de tous ordres pouvant apporter un éclairage sur la vie de la grande avocate. Dans des conditions parfois difficiles, les étudiants ont pu s’entretenir avec deux historiennes (Yannick Ripa et Christine Bard), deux comédiennes (Françoise Gillard et Anouk Grinberg), un sociologue (Raphaël Wintrebert), un homme et deux femmes politiques (André Vallini, Violaine Lucas et Laura Slimani), une productrice de radio enfin (Laure Adler).

L’étape suivante fut passionnante pour toute l’équipe. La séance (distancielle) s’est transformée en véritable conférence de rédaction. Nous avons alors décidé de produire trois épisodes : le premier autour du parcours d’avocate de Gisèle Halimi, le deuxième autour de ses combats politiques et associatifs, le troisième, enfin, ayant trait aux enjeux mémoriels. Les étudiants se sont mis à l’écriture radiophonique, dont il a fallu comprendre les marqueurs et les codes. Ils se sont réparti les rôles d’animateurs et d’experts.

Le 5 janvier 2021, nous avons pu enregistrer les trois épisodes à l’occasion d’une longue et mémorable séance, où il a fallu apprendre à s’exprimer devant un micro… et avec un masque.

Le montage a pris quelques semaines. Et les trois épisodes sont désormais disponibles, sur la plateforme des audioblogs d’Arte, et sous le titre, plébiscité par les étudiants, d’Histoire sans frontière.

https://audioblog.arteradio.com/blog/160549/histoire-sans-frontiere


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.