Un maître de l’image spectaculaire, des soldats de 1870 et des canoés

Valoriser l’histoire et le patrimoine de Bry-sur-Marne : tel est l’objectif du Master 2 Histoire publique ce semestre dans le cadre de l’UE Pratiques du projet.

Située dans les boucles de la Marne, à flanc de coteau, cette commune d’aujourd’hui près de 17000 habitants fut jusqu’au milieu du XIXe siècle un petit bourg entouré de champs et de prés, de vignes et de bois, avant de devenir aussi un lieu de villégiature apprécié des Parisiens. Si le développement urbain s’est accéléré depuis les années 1950, la ville a su conserver un patrimoine qui mérite qu’on s’y arrête.

En partenariat avec l’équipe municipale et Vincent Roblin, responsable du Musée Adrien Mentienne, accompagnés par le Comité Départemental du Tourisme du Val-de-Marne, trois éléments de l’histoire de Bry ont été choisis : l’ultime diorama de Daguerre, la terrible bataille de novembre-décembre 1870, la douceur des bords de Marne. Aux étudiants d’imaginer d’ici janvier 2021 des projets de valorisation et de médiation à destination des habitants et des curieux. Tout au long de ce processus, ils peuvent bénéficier de l’expertise du muséographe-scénographe Michel Kouklia.

Avant le daguerréotype, Daguerre connut une très grande notoriété grâce à son diorama, installé à Paris : des toiles peintes, situées dans un dispositif architectural et scénique particulier, semblent s’animer grâce à des jeux de lumière. Le décor devient spectacle. Du diorama de Paris, il ne reste rien : tout a brûlé en 1839. Daguerre s’installe peu de temps après à Bry-sur-Marne et réalise pour l’église Saint Gervais-Saint Protais son dernier diorama. Comment expliquer les aspects techniques de ce seul témoin de l’art de Daguerre, restauré depuis peu ? Comment faire comprendre le regard porté au XIXe s. sur cette invention, jalon d’une histoire du spectaculaire et de l’image immersive ? Voilà tout l’enjeu du projet porté par Marine Amador, Valentin Jendrysiak, Sandra Merlet, Benjamin Vavon et Thomas Vercelot, qui allie exposition pérenne et week-end événementiel.

La guerre de 1870-1871 marqua profondément Bry : la population fut évacuée, le village fut occupé par les troupes allemandes, pris sous le feu, transformé en champ de bataille lors d’une tentative de dégagement du siège de Paris entre le 30 novembre et le 3 décembre 1870. Les combats furent particulièrement violents et les déprédations considérables aussi bien pour les bâtiments que pour les terres agricoles. La topographie du champ de bataille est aujourd’hui difficile à saisir en raison de l’urbanisation, mais la mémoire des événements se lit encore dans les monuments commémoratifs et les noms de rues. Dans le cadre du 150e anniversaire du conflit, la ville organise commémorations et expositions et a conçu une carte animée. Comment accompagner ces projets sur le terrain même de la bataille ? Savanah Keller, Baptiste Martin, Kevin Royau, Julianne Soulié proposent de suivre des silhouettes de soldats et d’habitants pour découvrir ce qu’ils ont vécu au fil d’un parcours sonore pédestre passant par les hauts lieux de la bataille et de sa mémoire.

À partir du milieu du XIXe s., Bry est devenue une destination privilégiée des Parisiens en quête de villégiature et de loisirs, pour s’y établir ou pour y passer un dimanche. Plaisirs de guinguettes, baignade et canotage se popularisent. Aujourd’hui, la Marne et ses berges constituent un atout environnemental, paysager et touristique de la ville et du département et le Canoé Kayak Club de France continue son épopée sportive (à découvrir en images ici) depuis son siège établi tout près de l’île d’Amour. Comment faire revivre aux Bryardes et aux Bryards d’aujourd’hui les joies de ces moments au bord de l’eau tout en rappelant les liens historiques entre la ville et sa rivière ? Savannah Baratin, Aliénor Gandanger, Emmanuel Jud, Laurie Tetaert et Victorien Turillon invitent, le temps d’un festival, à regarder photographies anciennes et actuelles, films d’archives et de fiction, à écouter le passé de la Marne à travers des balades sonores et à s’initier aux sports nautiques.

Après plusieurs rencontres sur le terrain, puis en visio-conférence, les projets sont actuellement en cours d’élaboration. La ville de Bry pourra ensuite s’en emparer pour les réaliser si elle le souhaite.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
virginiemathe (10 décembre 2020). Un maître de l’image spectaculaire, des soldats de 1870 et des canoés. Histoire publique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/poce


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.