World War Two: la guerre en temps réel

Valentin Jendrysiak

26 Septembre: la « république d’Užice », en Yougoslavie, est libérée par les partisans de Tito et devient le premier territoire libéré de l’occupation nazie en Europe. Leningrad, bien que toujours encerclée, ne semble pas prête de tomber aux mains de la Wermacht. Plus au Sud, l’armée soviétique vient de perdre plus de 450 000 hommes lors de l’encerclement de Kiev. Nous sommes en 1941… Ou plutôt, nous sommes en 2020, face à un nouvel épisode de la série World War Two.

Chaque samedi sur YouTube depuis le 1er septembre 2018, Indy Neidell, dynamique présentateur de la série évoque, face caméra, les dernières nouvelles du front, avec un retard de tout juste 79 ans. Un projet ambitieux et impressionnant, suivi chaque semaine par quelques 550 000 abonnés à cette chaîne YouTube.

Capture d’écran : le premier épisode de la série, World War Two, épisode du 1er septembre 2018

La guerre sur YouTube

Cette série n’est pas tout à fait un objet inédit : elle est menée par la même équipe que The Great War, qui, sur le même principe que World War Two, évoquait la Première Guerre mondiale sur YouTube avec un décalage de 100 ans, de 2014 à 2018. On peut aussi la considérer comme l’héritière spirituelle de l’émission Histoire parallèle, diffusée entre 1989 et 2001 à la télévision française. L’historien Marc Ferro y présentait, avec un ou plusieurs invités, des images d’archives et des actualités entre le début de la Seconde Guerre mondiale et les années 1950 en choisissant des images de la semaine correspondante un demi-siècle auparavant. À la différence d’Histoire Parallèle, World War Two n’est pas réalisée par des historiens, mais par deux passionnés d’Histoire, tous deux Américains et résidant en Europe : le producteur et réalisateur Spartacus Olsson et le coproducteur et présentateur Indy Neidell. Le premier gère depuis plusieurs années Mediakraft Networks, un réseau de chaînes YouTube basé en Allemagne et à l’origine de The Great War. Le second est un acteur et musicien installé depuis de nombreuses années à Stockholm et engagé dans ce projet après avoir présenté le dernier épisode de The Great War, le 11 novembre 2018. Ensemble, et avec quelques collaborateurs plus discrets (community managers, équipe technique, producteurs et co-producteurs, stagiaires qui vérifient l’exactitude des faits racontés dans les scripts), ils forment le réseau TimeGhost, financé par la plate-forme de financement participative Patreon : chaque mois, des milliers de spectateurs fidèles (affectueusement nommés la TimeGhost Army) soutiennent la chaîne sous la forme d’un abonnement, en échange de quoi ils ont accès à quelques avantages, comme la possibilité de regarder des épisodes en avant-première, d’être présentés comme « TimeGhost Army member of the week » ou même de participer directement à l’écriture des scripts de l’émission. Ils peuvent même suggérer directement des sujets pour les épisodes « spéciaux » évoqués plus bas.

Visuellement, la série ne consiste pas en un simple monologue linéaire : un vidéaste, Eastory[1], fournit à la série des cartes animées dessinant l’évolution des lignes de front. Des infographies, des schémas et des dessins, eux aussi animés, illustrent la narration, notamment quand des données quantitatives sont évoquées.

Capture d’écran : l’encerclement de Leningrad, présenté via une carte animée du vidéaste Eastory, World War Two, épisode du 12 septembre 2020

Capture d’écran : schéma illustrant le nombre de véhicules motorisés opérationnels du côté des forces de l’axe au début du mois de novembre 1941, World War Two, épisode du 7 novembre 2020

Des images d’archives sont également présentées grâce à un accord avec l’agence de presse Reuters. Non seulement la série est irréprochable d’un point de vue technique et visuel, mais elle montre le souci de toucher un large public et pas seulement celui des férus d’histoire. Cet objectif passe par des visuels clairs et soignés, mais également par le ton employé dans la série, qui ne s’engage pas trop sur des terrains historiographiques complexes (nous y reviendrons) et par quelques procédés narratifs qui ajoutent au dynamisme de la série. Par exemple, World War Two entretient un rapport intéressant à la téléologie : même si elle évoque parfois des événements n’ayant pas encore eu lieu, précisant qu’il s’agit d’un « spoiler », la narration n’est pas à proprement parler omnisciente, ou, du moins, elle fait semblant de ne pas l’être. Ainsi, les épisodes consacrés aux événements de juin ou juillet 1940 laissent entendre que la situation pour la Grande-Bretagne est catastrophique et que l’Allemagne est sur le point de pouvoir traverser la Manche pour envahir l’Angleterre. Le spectateur n’est pas dupe : cette façon de créer du suspens est volontairement artificielle, mais elle permet d’éviter tout raisonnement téléologique et de montrer, ici, qu’en 1940, rien n’est joué d’avance.

La guerre en récit

La série n’hésite pas non plus à user d’une très légère dose d’humour, surtout du second degré. C’est par exemple le cas au début d’un épisode spécial consacré à la logistique de l’armée allemande à la veille de l’opération Barbarossa en juin 1941. À cette occasion, Indy Neidell mélange volontairement les genres ou les univers fictifs et réels, en mentionnant l’apparition du général allemand Erich Ludendorff dans le blockbuster Wonder Woman sorti en 2017 (« Luddendorf […], apparently the guy Wonder Woman killed, though that’s not actually in any book I have ever read »)[2]. La série use également, dans ses séquences pré-génériques, d’un gag répétitif, sous la forme d’un coup de téléphone passé par Neidell durant lequel il commente la séquence qu’il s’apprête à présenter : par exemple, l’épisode dédié au 6 juin 1941 s’ouvre sur le présentateur, téléphone en main, s’écriant « Wait, wait, wait wait…So, exactly three years from today ? How can you possibly know that ? Ridiculous…»[3]. C’est évidemment une référence au débarquement de Normandie le 6 Juin 1944. Cet usage de l’humour, très dilué mais toujours perceptible et parfois plutôt bien trouvé, pourrait surprendre dans d’autres médias mais est tout à fait à propos sur YouTube, une plate-forme où la vulgarisation historique en use régulièrement.

À première vue, on pourrait reprocher à la série de se consacrer presque exclusivement à l’histoire militaire et politique du conflit, en laissant de côté des pans essentiels de cette histoire, comme celle de l’extermination des Juifs et des Tziganes, des crimes de guerre, du sort des populations civiles ou encore des économies de guerre. Mais World War Two est enrichie de « sous-séries » et d’épisodes thématiques qui reviennent en détail sur certains aspects de la guerre. Le 2 juillet 2020 était diffusé le cinquième épisode de À l’arrière, « sous-série » dérivée de la principale, réalisée par la même équipe et présentée cette fois-ci par Anna Deinhard, la fille d’une des co-productrices de la série, Astrid Deinhard. Cet épisode aborde la crise des services publics de santé et le manque de matériel médical dans les pays belligérants, notamment en Allemagne où l’effort de guerre mobilise d’importantes quantités de morphine ou de pénicilline, aux dépens du territoire national. D’autres « sous-séries » ou d’autres épisodes spéciaux sont l’occasion de revenir sur des thématiques spécifiques. Guerre contre l’humanité, présentée par Spartacus Olsson lui-même aborde les crimes de guerre. Des parcours biographiques singuliers sont également mis en scène, par exemple ceux du général soviétique Georgy Zhukov ou du prince régent Paul de Yougoslavie. Enfin, les épisodes appelés « hors des trous de renard », en référence aux épisodes « hors des tranchées » réalisés en parallèle de la série The Great War permettent de répondre aux questions que se posent les internautes.

Et, si on peut se permettre l’expression, la guerre est loin d’être finie : TimeGhost suivra ainsi en décembre 2020 la bataille de Pearl Harbor minute par minute, avec, entre autres, des animations en images de synthèse réalisées avec le moteur du jeu vidéo de simulation de bataille navale World of Warships.

La guerre comme un show

La série impressionne dans son travail de transmission et de vulgarisation. Mais elle n’échappe pas toujours à une dramatisation outrancière, usant d’un ton parfois maladroit ou mobilisant une musique pompeuse. Citons notamment cette séquence d’un mauvais goût certain, où Indy Neidell, fixant la caméra avec sévérité, évoque l’ouverture d’un camp de travail près de la ville polonaise d’Oświęcim, annonçant ce qui deviendra le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, alors que la musique s’emballe et que la caméra effectue un travelling compensé. Une sorte de « teasing » franchement racoleur.

Surtout, malgré ses indéniables qualités, la série souffre de l’ absence des historiographies françaises, allemandes ou russes, essentielles sur les sujets traités. Les sources et la bibliographie de la série sont très succinctes, renvoyant exclusivement à des historiens anglais ou américains, dont on peut interroger la pertinence ou le statut : Martin Gilbert[4], dont les livres sur la Seconde Guerre mondiale ont désormais plusieurs dizaines d’années, est très souvent cité ou encore James Holland[5], qui n’est pas à proprement parler un historien. TimeGhost est également flou sur le rôle des historiens universitaires supposés collaborer à l’écriture des scripts. Qui sont ces historiens, quelle est la place qui leur est donnée dans le processus d’écriture de la série ? Les crédits des épisodes montrent que les recherches historiques sont plutôt réalisées par l’équipe de production elle-même ou par des spectateurs assidus, même si elles passent à travers le filtre d’un fact checking et d’un travail de réécriture. Il ne s’agit pas de décrédibiliser World War Two à cause de l’absence d’historiens dans la production dans la série, mais plutôt de regretter que le monde académique ne soit jamais mobilisé et soit cantonné à des citations et des notes bibliographiques qui ne seront de toute façon vraisemblablement consultées que par une partie minime du public.

C’est probablement la principale différence avec l’émission Histoire Parallèle. Il y a la forme, bien sûr : d’un côté, la reconstitution et le dynamisme dans World War Two, de l’autre, la sobriété ainsi que le ton calme et posé de Marc Ferro ou de ses invités dans Histoire Parallèle. Mais surtout, les archives et leur analyse, par des historiens ou par des témoins, sont au centre de l’émission de Marc Ferro. Alors que World War Two est uniquement un récit et une mise en scène qui n’ont pas vocation à inviter des historiens. Il ne s’agit pas tant d’interpréter et de lire la Seconde Guerre mondiale que de la raconter. La guerre est évoquée « en temps réel », sans la mise à distance qui fait justement la spécificité de l’émission de Marc Ferro. Enfin, si Histoire Parallèle tente de créer une « concordance des temps », de créer un lien entre le passé et le présent, ce n’est pas le cas de World War Two : dans la diégèse de la série YouTube, tout se passe comme si le présent, en quelque sorte, n’existait pas.

World War Two a-t-elle besoin de l’apport des historiens eux-mêmes ? C’est peut-être là l’intérêt que l’historien public peut porter à la série : il s’agit d’un travail réalisé par des non-historiens et qui n’est pas diffusé par un service public. Faut-il calquer l’exigence universitaire sur un projet scientifiquement bien plus modeste ? Il faudrait peut-être retourner cette perception des choses : se réjouir qu’une initiative si intéressante soit suivie par autant de passionnés ou de simples curieux. Se réjouir encore plus qu’une telle initiative n’ait de compte à rendre à personne d’autre qu’à son propre public. En somme, apprécier la grande qualité d’une entreprise de transmission de l’histoire au (grand) public.  Une entreprise certes dépendante d’un modèle économique relativement précaire et des conditions actuelles (des tournages en Europe de l’est et à Hawaï ont dû être annulés en raison de la pandémie de Covid-19), mais dont le modèle n’est pas figé et qui pourra certainement évoluer vers une exigence historique encore plus grande.

[1] Vidéaste dont les vidéos se consacrent également à la vulgarisation historique, essentiellement sous la forme de cartes animées : https://www.youtube.com/c/eastory

[2] « Luddendorf […], apparement le gars que Wonder Woman a tué, bien que ce ne soit pas dans le moindre livre que j’ai lu ».

[3]  « Attendez, attendez, attendez… Donc, exactement dans trois ans à partir d’aujourd’hui ? Comment est-ce possible que vous sachiez ça ? C’est ridicule… »

[4] Martin Gilbert, The Second World War: A Complete History, 2004, Holt Paperbacks, New York City.

[5] James Holland, The Battle of Britain: Five Months That Changed History; May-October 1940, 2012, St. Martin’s Griffin, New York City.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.