Le Master Histoire Publique au MAN

Avant que le Musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye ne referme ses portes jusqu’en décembre en raison de l’épidémie de Covid, les étudiants du Master Histoire Publique de l’UPEC ont pu visiter l’exposition: « d’Alésia à Rome: l’aventure archéologique de Napoléon III ».

Organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Musée d’Archéologie nationale, l’exposition montre les enjeux politiques des fouilles entreprises sous le règne de Napoléon III.  Dans un contexte général d’appropriation des patrimoines archéologiques par des États en quête d’outils pour élaborer et illustrer des  identités nationales, l’empereur français a déployé de considérables moyens pour insérer ses pas dans ceux de Jules César et  incarner le Second Empire.

Grâce à la réunion d’un considérable corpus de documents et d’objets , -ouvrages de Napoléon III, cartes, tableaux, photographies, statues, armes- ici réunis, l’exposition permet de retracer une aventure qui mène de Jules César à Napoléon III et a mobilisé alors des enseignants, des archivistes, des photographes ou encore des hommes d’Église autour de la passion de l’empereur pour l’archéologie et d’une réécriture de l’Histoire.

Un grand merci à  Anne-Lise Blanchet, conférencière ce jour-là pour les étudiants de l’UPEC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.