Epic rap battle of Public History

Thomas Mandeville

Vous êtes vous déjà demandé ce que Gandhi aurait pensé des discours de Martin Luther King Junior ? De ce que Socrate aurait pu rétorquer à Confucius ? Ou bien encore de ce que Batman aurait à redire des méthodes de détective de Sherlock Holmes ? Partez de ce postulat, ajoutez-y un format vidéo de 2 à 5 minutes, une confrontation musicale, et vous obtenez le pari fou de la chaîne Youtube américaine ERB. Plus connue sous le nom de sa série phare Epic Rap Battle of History, la chaîne produit depuis 2011 plusieurs vidéos par an, dont les plus connues ont dépassé les 100 millions de visionnages. La chaîne cumule aujourd’hui plus de 14,6 millions d’abonnés, et continue encore de produire des vidéos à plusieurs millions de vues. Si de nos jours la plateforme reste majoritairement utilisée par l’industrie musicale et audiovisuelle, elle encourage encore la libre création artistique et culturelle.

Une création originale

Epic Rap Battle of History est une série créée par le duo de chanteurs et vidéastes américains Peter Shukoff et Lloyd Ahlquist, respectivement plus connus sous les pseudonymes NicePeter et EpicLLoyd. Elle reprend le concept des battles de rap, telles que les Rap Contenders en France, où deux protagonistes se font face et vont s’échanger des couplets afin de    « clasher » ( attaquer verbalement ) leur adversaire à base de punchlines, des « bons-mots » en français. La victoire est fondée sur la qualité et la fréquence de ces bons-mots. Dans cette série, c’est le public qui choisit le vainqueur, ainsi que les prochains participants, via la section « commentaires » de la chaîne. En janvier 2020 plus de 80 battles ont été publiées sur leur chaîne Youtube. Toutes les vidéos de la série proposent une architecture similaire. Une rapide introduction présente les personnages, puis les protagonistes disent en alternance leur couplet d’une quinzaine de vers chacun. Ils vont généralement s’attaquer sur les erreurs qu’ils ont commises dans leur vie, permettant l’incorporation de faits historiques dans les échanges.  Les auteurs ne souhaitent pas qu’un personnage l’emporte de manière trop évidente, aussi celui qui remporte le premier échange de couplets ne gagnera pas le second, cela permet une construction symétrique des vidéos.

Les plans utilisés permettent d’alterner entre les deux personnages, ce qui permet de voir leurs réactions au moment où une phrase est prononcée. Le montage des vidéos est également extrêmement important, il fait varier les émotions ressenties et l’implication des spectateurs. Par exemple dans la vidéo Gandhi vs Martin Luther King Jr., les passages de la vidéo présentant le personnage de Martin Luther King Jr. sont en noir et blanc, tandis que ceux concernant Gandhi sont en couleur mais avec un aspect légèrement flou.

L’un des objectifs des réalisateurs est de provoquer l’émotion du  public. Pour ce faire, ils s’efforcent de rendre les personnages crédibles, tant dans leur discours, que dans l’environnement où ils évoluent. Gandhi apparaît assis dans sa maison avec son rouet en arrière plan, tandis que Martin Luther King apparaît sur une estrade faisant écho à celle de son célèbre discours I have a dream. En implantant des aspects réels de la vie des protagonistes, le spectateur peut identifier plus aisément l’époque et le contexte dans lesquels ils ont vécu. Ainsi, en permettant de mieux appréhender et comprendre les personnages, les auteurs captent mieux l’attention de leur audience.

Scène finale de la vidéo Gandhi vs Martin Luther King Jr., sortie le 25 février 2013

Dans la vidéo, Théodore Roosevelt vs Winston Churchill, la scène finale met en scène le personnage du président Roosevelt se confrontant directement à Winston Churchill. L’originalité de la scène réside dans son esthétique, elle est produite comme un film du début du XXe siècle : le grain de l’image est modifié, les acteurs tournent la scène en accéléré puis le réalisateur  ralentit celle-ci au montage pour changer la synchronisation labiale. On ajoute ensuite un filtre noir et blanc. Si le spectateur est touché par la vidéo, il sera plus enclin à retenir les informations qui lui sont transmises, qu’elles soient une punchline de qualité ou bien une connaissance historique.

Scène finale de la vidéoThéodore Roosevelt vs Winston Churchill, sortie le 26 décembre 2016

L’un des aspects largement plébiscité de cette série, vainqueur de plusieurs trophées récompensant les créateurs sur internet, est sans aucun doute la qualité de ses costumes et de ses acteurs. Si l’aspect visuel est mis en scène par la réalisation et le montage, les costumes permettent de faciliter l’identification des personnages par le spectateur. Dans la vidéo Eastern Philosophers vs Western Philosophers, six personnages nous sont présentés : Socrate, Nietzsche, Voltaire, Confucius, Sun Tzu, et Lao Tseu. Chaque acteur les interprétant est habillé de façon à ressembler à de célèbres représentations des personnages. Même si le spectateur ne connaît pas un des personnages, il peut aisément deviner l’époque ou son origine dès son apparition à l’écran.

Eastern Philosophers vs Western Philosophers; vidéo sortie le 7 juillet 2015. De gauche à droite: F. Nietszche, Socrate et Voltaire.

La transmission d’un savoir historique

Le nom même de la série Epic Rap Battle of History, signale qu’elle met en scène des personnages historiques. En dehors des personnages déjà mentionnés comme ceux de Winston Churchill ou de Gandhi, la série fait également apparaître d’autres figures comme Darwin, Che Guevara, Jeanne d’Arc ou bien encore Jules César. Les créateurs ne se cantonnent pas à une époque ou à un type de personnages en particulier. Les auteurs évitent au maximum les anachronismes, sauf lorsqu’ils cherchent à provoquer un effet humoristique. Ils portent une attention toute particulière à l’insertion de références historiques dans leurs vidéos.

Prenons en exemple la vidéo Alexander The Great vs Ivan The Terrible, elle fait apparaître quatre personnages : Alexandre le Grand, Ivan le Terrible, Frédéric II de Prusse ( dit le Grand ) et Catherine II de Russie ( dite la Grande ). Elle débute par un duel entre Ivan le Terrible et Alexandre le Grand. Les auteurs jouent sur le fait que le personnage d’Ivan se rend compte qu’il ne peut rivaliser ni en matière de diction musicale (technique de rap ), ni sur les exploits historiques d’Alexandre, ce qui conduit Ivan à tuer ce dernier. Se félicitant de sa victoire, Ivan affirme qu’aucun « Grand » ne peut le battre, provoquant alors l’apparition de Frédéric II. Celui-ci connaît le même sort qu’Alexandre, ce qui amène le dernier personnage, Catherine II, à venir défier Ivan pour conclure la vidéo.

Les références historiques deviennent ici les principaux arguments que s’échangent les personnages, chacun louant ses exploits et dénigrant ceux de son adversaire. Ainsi, si certaines informations délivrées découlent plus de la légende ou de l’anecdote que du véritable fait historique, elles n’en restent pas moins une mise en contexte intéressante pour le spectateur.

Dans Alexander The Great vs Ivan The Terrible, le personnage d’Ivan le Terrible mobilise plusieurs événements historiques, comme le massacre de Novgorod de 1570, pour tenter de déstabiliser et d’effrayer son adversaire : « So don’t even try to approach the god, or you’ll get a huge sack like Novgorod ». En réponse, le personnage d’Alexandre le Grand compare son statut de guerrier à celui du tsar, notamment en citant chacune de ses conquêtes et exploits, de l’Égypte à Babylone en passant par la légende du nœud Gordien : « So this will be straight forward, I’ll take up this sword that I brought, and slice you in half like the Gordian knot ». Chaque personnage glorifie ses accomplissements et dénigre ceux de son adversaire. Ainsi, plus tard dans la vidéo, Catherine II de Russie pointe du doigt les crises de folie du tsar ayant mené à la mort de son fils aîné, avant de se vanter d’avoir restauré la grandeur de la maison Romanov sous son règne. Les décès dans la vidéo sont également connectés à une légende ou un fait avéré : le poison pour Alexandre et la crise cardiaque à sa chaise de travail pour Frédéric II. Seule Catherine II survivra aux machinations d’Ivan, car après tout « It takes a Russian to take down a Russian ». Ainsi, comme pour les décors et le montage vidéo, les auteurs utilisent des événements réels pour les incorporer à la battle.

Au cœur et au-delà de la fiction

Néanmoins, les créateurs de la série ne sont pas des historiens, ils n’ont jamais suivi de formation historique, aussi les informations qu’ils collectent pour écrire leurs vidéos ne proviennent généralement que de sources internet. De fait, les vidéos contiennent beaucoup de clichés, bien qu’ils les utilisent parfois à bon escient pour les démystifier. Wonder Woman vs Stevie Wonder évoque ainsi la rumeur selon laquelle le chanteur ne serait pas totalement aveugle, rumeur tout de suite démentie dans la vidéo. Ou bien, dans une autre vidéo sur le thème de la Russie, Raspoutine vs Staline, apparaissent respectivement les personnages de Raspoutine, Staline, Mikhaïl Gorbatchev et Vladimir Poutine. Chaque personnage est traité de manière très caricaturale : Raspoutine est un fou, Staline un mégalomane cruel, Gorbatchev un serviteur des États-Unis et Poutine est dépeint comme un leader de secte. Cette représentation peut s’expliquer par le fait que les auteurs souhaitent divertir et amuser leurs publics, quitte à interpréter grossièrement certains personnages. Dans ce cas précis, il faut davantage y voir la maladresse d’une mauvaise caricature, qu’une véritable opinion des auteurs.

Les vidéos de la série ne comportent pas que des personnages réels. Les spectateurs les plus pointilleux souligneront que la bataille entre James Bond et Austin Powers ne relève pas du domaine historique. Si de prime abord l’opposition entre deux personnages fictifs semble leur donner raison, cela serait négliger le contexte autour de la création des personnages et leur impact dans le monde réel. Ainsi, James Bond est un personnage incontournable de la culture populaire depuis près de 70 ans. Dans la vidéo l’opposant à Austin Powers, le sujet traite la question du meilleur espion, avant de rapidement dériver à partir des deuxièmes couplets sur les valeurs véhiculées par les personnages et leur succès. Les créateurs de la série amènent la vidéo sur un nouveau terrain, celui d’une mise en scène des valeurs qu’ils représentent. Le James Bond de Daniel Craig répondant à celui de Sean Connery qu’il a fait son temps, et surtout que le monde pouvait se passer de misogynes : « the world has had quite enough rug wearing misogynists ». Cette phrase faisant référence tant au caractère de James Bond que de Sean Connery, un misogyne notoire.

« The world has had quite enough rug wearing misogynists« . De gauche à droite James Bond (Daniel Craig); James Bond (Sean Connery), Austin Powers. Vidéo sortie le 14 juin 2016.

Les personnages fictifs sont tout autant des objets d’études historiques que des personnages réels. L’un des biais pour les étudier peut être l’impact de leurs histoires sur notre société, et de nos sociétés sur la manière dont elles sont racontées. Une étude de l’évolution des techniques d’écriture et de réalisation des vidéos, nous permet de comprendre comment notre perception du monde a évolué. En traitant de personnages fictifs, à travers une vidéo de rap, les créateurs questionnent le public sur des questions de moralité, ainsi que l’opposition entre différents styles cinématographiques.

Après 10 ans d’existence, la série Epic Rap Battle of History rencontre toujours un immense succès auprès du grand public. En mêlant réalité et fiction, musique rap et histoire, les créateurs ont trouvé une formule qui ne semble pas vieillir. Toutefois, ces derniers n’ont jamais reconnu participer à une forme de vulgarisation de l’Histoire. Si leur travail se rapproche plus de la fiction, il serait malheureux de ne pas prendre en compte l’importance que leur travail a pu avoir dans la culture historique et culturelle de leurs publics. Elle est pour beaucoup une porte d’entrée sur l’histoire de notre monde. Combien d’enfants, d’adolescents, ou d’adultes sont allés se renseigner sur la vie de Catherine II, les œuvres musicales de Stevie Wonder ou bien encore l’histoire de la ségrégation aux États-Unis après avoir visionnés ces vidéos ? De nombreux vidéastes et créateurs du web proposent déjà des contenus de vulgarisation historique sur Youtube. Il est de la responsabilité des historiens d’investir ces nouveaux canaux de diffusion des savoirs, non pas pour remplacer, mais pour collaborer avec ces créateurs. L’association d’un savoir-faire vulgarisateur et d’une expertise historienne a déjà porté ses fruits dans des domaines tels que le cinéma, la télévision ou la radio. Ainsi, le format vidéo doit être pris en considération pour permettre une meilleure diffusion des connaissances aux générations futures.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.