Les « présumées coupables » des Archives nationales

Les Archives nationales ont mis à l’honneur leurs archives judiciaires à travers une exposition – visible pendant l’hiver 2016-2017 – qui retracent sept siècles de procès, souvent sexistes, faits aux femmes.

Un chemin à travers la beauté des archives

Dès que le visiteur a posé un pied dans la première salle de l’exposition, il comprend tout de suite la volonté des Archives nationales : mettre en avant les archives et restituer les voix de ces femmes jugées pour des chefs d’accusation stéréotypés, nourris tout au long de l’histoire par les mythes, la religion, la littérature ou le cinéma. Pour la première fois, plus de 320 procès-verbaux, dont ceux de Jeanne d’Arc et de Marie-Antoinette – les deux figures féminines les plus connues de l’histoire française – sont dévoilés au public. Les commissaires de l’exposition, les historiens Fanny Bugnon, maîtresse de conférences à l’Université de Rennes II Michel Porret, professeur à l’Université de Genève et le conservateur général du patrimoine Pierre Fournié, ont fait le choix de montrer les archives telles quelles. Les énormes registres des Archives nationales sont ouverts aux pages concernant les procès faits aux femmes. Pour les archives datant du XIVème au XVIIIème siècle, les passages importants sont retranscrits en français contemporain – et en anglais – sur des écrans disposés au dessus des registres : une véritable valorisation qui permet au visiteur de voir à quoi ressemblent des archives judiciaires et de les comprendre, qui met aussi remarquablement en avant le travail des historiens et des paléographes. L’accent est clairement mis sur les archives écrites puisque la plupart des photographies sont illustratives, jusque dans la scénographie. Disposées en hauteur, elles sont par conséquent peu visibles pour le visiteur.

« Dans l’océan des archives judiciaires » explique la directrice des Archives nationales Françoise Banat dans l’ouvrage édité par les éditions parisiennes Iconoclaste pour l’exposition [1] , « il était impossible de traiter tous les cas de figure : meurtrières, voleuses, incendiaires, etc. Mais pour certaines qualifications pénales, on est sûr de voir les femmes surreprésentées par rapport aux hommes. »Les commissaires de l’exposition ont donc choisi de présenter cinq archétypes, selon une scénographie simple, qui utilise un code couleur pour chaque présumée coupable : la sorcière en Europe du XIVème au XVIIème siècle, l’empoisonneuse et l’infanticide – réunies parce que meurtrières –, la « pétroleuse » de la Commune de Paris et enfin la traîtresse incarnée le plus souvent par la femme tondue lors de la Libération. Dans ces salles, les archives de toutes les périodes (du Moyen-Âge au XXème siècle) sont présentées ensemble, pour montrer que la vision de la justice, pendant longtemps uniquement masculine, sur la femme, criminelle, est pratiquement la même au fil des siècles.

Le procès de Violette Nozière à Paris en 1935, copyright : Archives nationales
Des crimes « féminins » dans une société contre les femmes

Actuellement, le nombre de femmes incarcérées ne dépasse pas les 3 à 4% de la population pénale. C’est un nombre constant depuis le Moyen-Âge. Mais, et c’est ce que montre l’exposition, la suspecte est bien plus scandaleuse que l’homme délinquant. Parce qu’elle est traditionnellement renvoyée à une douceur maternelle et à sa fonction de pacificatrice, « la femme est d’autant plus coupable qu’elle ne devrait pas l’être », explique Claude Gauvard, professeure émérite à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et présidente du Conseil scientifique de l’exposition. Présumées coupables montre à quel point la différence de traitement devant la justice entre les hommes et les femmes fut extrême et à quel point les hommes dominent la société. D’ailleurs, depuis le Moyen-Âge, ce sont les hommes qui jugent les femmes et, quand ces hommes se posaient la question « ces femmes sont-elles coupables ? », cette éventuelle culpabilité entraînait souvent des questions plus intrusives que lorsque le prévenu était un homme. L’intimité de la vie affective des femmes et les formes de leur sexualité faisaient l’objet de questions qu’on ne posait pas forcément aux hommes.

Au final, c’est bien le regard de la société qui culpabilise les femmes autant que le regard des juges ou des gouvernants. Si « les femmes sont facilement présumées coupables jusqu’à être transformées en criminelles », explique encore Claude Gauvard dans le catalogue de l’exposition, « cela tient à la méfiance qu’inspire leurs corps dans un monde dominé par les hommes ». Mais la société tout entière est complice, y compris les femmes qui ont adopté l’ensemble de ces valeurs et qui n’hésitent pas à dénoncer d’autres femmes. Ces présumées coupables sont surtout certaines femmes, que leur condition sociale ou leurs attitudes, parfois marginales, désignent comme des proies faciles pour la société qui les utilise, les dénonce à la justice et les traite comme des souffre-douleurs.

Iris Pupella-Noguès

 

[1] Pierre Fournié (dir.), Présumées coupables, Paris, Archives nationales, L’Iconoclaste, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *