Nous, ces barbares

Il y a quelques mois le musée de Cluny proposait de plonger dans les Temps mérovingiens. Aujourd’hui, après Saint-Dizier, c’est le musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye qui propose de regarder les Mérovingiens d’Austrasie.

Un mois après la polémique sur « nos ancêtres les Gaulois », s’ouvrait le 26 octobtre 2016 au Musée de Cluny l’exposition sur Les temps mérovingiens (jusqu’au 13 février 17). Oui vous savez ces cousins lointains un peu hirsutes, pas même capables de tenir leur royaume tant ils sont feignants et peu éduqués. Bref, ces barbares qu’on est un peu gêné d’avoir dans l’histoire nationale. Mais fort heureusement ils nous permettent de mettre encore plus en valeur la période carolingienne qui leur succède. Ils sont un tampon utile entre la période gallo-romaine pleine de civilisation, de culture et la grandeur de Charlemagne. Ce n’est pas tout à fait un hasard puisque c’est ce dernier qui rétablit l’empire en Occident après trois siècles et demi d’absence.

Aussi tous ces ancêtres n’ont-ils pas hérité de l’image si brave et sympathique des Gaulois. C’est le cas de ces cousins, toujours chevelus mais très probablement peignés, qui régnèrent sur l’ouest de l’Europe du Ve au VIIIe siècle. Pourtant tout avait bien commencé ! Clovis, descendant illustre de la lignée, se convertit au christianisme en 496 suite à sa victoire à la bataille de Tolbiac contre les Alamans. Il se fait baptiser quelques années plus tard. Il aurait été l’initiateur de l’alliance du Trône et de l’Autel – alliance qui, dans l’histoire de la monarchie française, est primordiale. En somme, Clovis est le premier roi illustre de nos illustres rois. Puis c’est la dégringolade : le territoire se divise du fait des règles de succession, des conflits se déclenchent, le pouvoir s’affaiblit. En quelques générations, les rois mérovingiens ne gouvernent plus qu’allongés sur leurs litières si tant est qu’ils gouvernent. Il y a bien un dernier sursaut avec Dagobert de 629 à 639. Et encore tout le monde sait qu’il a mis sa culotte à l’envers. Enfin, ça, c’est selon l’image d’Épinal…

Car le public qui sort de cette exposition ne partage plus du tout cette idée. L’image d’Épinal a volé en éclats par l’exercice de son regard. Certes ce dernier est peut-être un peu fatigué car il a dû chercher des cartels parfois bien loin des objets présentés et lire en tout petits caractères les quelques informations. Mais une transformation s’est opérée. Il n’est plus question de cousins hirsutes. C’est la peinture du XIXe siècle qui nous les ont fait voir ainsi. Les représentations physiques dans les manuscrits du Ve au VIIIe siècle n’ont pas le souci du réalisme. Elles ont plutôt celui de figurer, de symboliser une attitude chrétienne. Car l’époque des Mérovingiens consacre le pouvoir de l’écrit aux mains des religieux, des clercs. Ceux-ci le font à depuis leurs monastères ou depuis la Cour et construisent une culture de l’écriture tout en propageant le christianisme. Si tous les rois ne sont pas chrétiens avant Clovis ils s’appuient déjà sur les clercs pour exercer leur pouvoir. Les rois sont les garants de la protection et du respect des droits. Ils peuvent faire rédiger ceux-ci par les religieux qui sont alors leur plume armée.

Si la période du Ve siècle au VIIIe siècle devait se caractériser par une chose ce serait par la propagation et l’institution du christianisme. On le retrouve partout dans une culture et une pratique des arts qui évoluent depuis l’empire romain tardif – ces arts, comme la sculpture que l’on a considérés de moindre qualité par rapport à la période romaine. Pourtant, à l’édification du christianisme correspond la construction d’un art chrétien. Si aujourd’hui on connaît nombre de tableaux aux saints identifiables, avec une Marie vénérable, ce n’est pas exactement le cas chez les Mérovingiens. Bien qu’on retrouve régulièrement une figure anthropomorphe dans la sculpture, ce sont les subtils entrelacs de végétation, les oiseaux qui servent à rendre grâce à Dieu. Et c’est au monde de l’au-delà qu’est consacrée une partie de cet art. Puisque l’âme est considérée comme immortelle la sépulture du défunt a toute son importance.

L’orfèvrerie de l’époque n’est pas en reste. Reliques, trésors religieux font l’objet d’un artisanat de très haute qualité. Des pierres semi-précieuses sont insérées dans les couronnes votives, dans les croix faites de métaux précieux. Ceux-ci ne sont que rarement utilisés du fait de leur rareté. Mais l’orfèvrerie a aussi un rôle de parure pour les élites. Or, ces parures tendent à une forme d’épure et d’abstraction. Là encore le réalisme n’est pas le principal. Toute la splendeur de l’objet se fait par la couleur des pierres comme le grenat, des verres teintés et des dorures. Le résultat brille par ses jeux de transparence.

D’autres trésors mérovingiens sont à découvrir depuis le 3 mai 2017 au musée d’Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye qui a ouvert l’exposition temporaire Austrasie, le royaume mérovingien oublié.

Alors courez, oui, courez voir briller ces barbares mérovingiens qui ont un peu fait ce que nous sommes : des Français, parfois hirsutes, parfois peignés.

Fleuric Dupau-Delmas


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *