Trieste, ville frontière(s)

« Bienvenue en Italie », premier texto, « Bienvenue en Slovénie », deuxième texto. Trieste se trouve à seulement 14 km de la frontière. La ville est prise entre l’Adriatique et les montagnes slovènes. Si à Trieste même, la langue parlée est l’italien, il suffit d’aller sur les hauteurs, de se rapprocher de la frontière, pour que les panneaux signalétiques soient bilingues et pour que dans les cafés et restaurants on entende parler autant l’italien que le slovène. C’est ce positionnement géographique qui a donné à Trieste une histoire si particulière, si compliquée mais si riche en même temps. Et qui a fait de Trieste une ville très convoitée. Elle n’a d’ailleurs pas toujours été italienne, pendant près de six siècles elle a été la frontière sud de l’empire d’Autriche. Après la Première Guerre mondiale, elle est devenue la frontière nord d’une Italie victorieuse, et l’un des bastions du fascisme.

 

Une Trieste cosmopolite sous l’Empire

Aujourd’hui, la ville présente à ses visiteurs toutes ses mémoires. Celle qui frappe le plus, par sa domination architecturale est celle de la période autrichienne. Le centre-ville, aussi appelé quartier Teresino – en référence à l’impératrice Marie-Thérèse – est construit comme une ville de l’Europe centrale : le plan en damier ou les palais colorés dans des tons pastels et ornés de balcons en marbre majestueux témoignent de la richesse passée d’une ville qui avait une importance considérable. Au XIVème siècle, Trieste est en conflit et en compétition avec une autre ville très importante de l’Adriatique : Venise et sa République, dont les territoires entourent Trieste a l’Ouest comme à l’Est. Trieste décide alors de se rattacher au très puissant empire des Habsbourg en 1382. Une aubaine pour l’Empire, puisque l’annexion de Trieste lui permet d’avoir un accès à la mer.

Commence alors une période de plénitude économique pour la ville, elle devient d’ailleurs port-franc – exemptée de taxes – en 1719. Ce qui va attirer de nombreux commerçants de Grèce et de Serbie notamment et rendre la ville très cosmopolite. Trieste est au XVIIIème un exemple du « bon vivre ensemble », les différentes communautés catholiques, orthodoxes (grecques et serbes) et juives se côtoient et travaillent dans une certaine harmonie. D’ailleurs Trieste a la particularité d’avoir dans son centre-ville, presque face à face, une église catholique, une synagogue, une église orthodoxe serbe ainsi qu’une église orthodoxe grecque.

La mémoire de cette époque se retrouve également jusque dans la nourriture puisque les restaurants triestins proposent des menus qui mélangent aisément gastronomie autrichienne et italienne. On peut, en effet, déguster un bon plat de pâtes et finir avec un excellent strudel aux pommes. Aujourd’hui les Triestins cultivent peut-être davantage la fierté d’avoir une histoire autrichienne, à côté de l’histoire italienne. Et pourtant, le fascisme avait beaucoup investi pour « italianiser » Trieste.

 

Trieste, le fascisme et les Slovènes

Après la défaite autrichienne dans le premier conflit mondial, Trieste, depuis longtemps revendiquée par les patriotes « irrédentistes », devient italienne. Ce qui donne lieu à un grave conflit mémoriel, entre ceux qui ont combattu pour l’Autriche (la majorité) et ceux qui étaient du côté des Italiens. De plus, la Conférence de la Paix ne donne pas aux Italiens les territoires qu’ils revendiquaient : l’Istrie et la Dalmatie (deux régions qui font actuellement partie de la Slovénie et de la Croatie). Mussolini au pouvoir depuis 1922, connaissant le passé autrichien de Trieste, fait alors tout pour « gommer » cette histoire, et mène notamment, une importante politique architecturale. La préfecture de police, les infrastructures portuaires et politiques sont construites selon le modèle fasciste : imposants bâtiments en béton, marbre blanc, colonnes et arcades, qui donnent une impressionnante perspective comme on peut le constater à l’université. Aujourd’hui les immeubles des années 1920-1930 côtoient ceux du XVIIIe et XIXème siècle, dans un éclectisme architectural qui fait la singularité de Trieste. Mais la mémoire du fascisme perdure également, au delà de l’architecture, dans les souvenirs des exactions, et tout particulièrement celles infligées aux Juifs, aux partisans, aux opposants qu’ils soient italiens ou slovènes. Un peu en dehors du centre-ville, la Risiera de San Saba témoigne de cette mémoire douloureuse et encore objet de controverses. Une frontière, encore, dans cette ville divisée.

A Basovizza, petite ville à quelques kilomètres de Trieste, et proche également de la frontière, on peut, après avoir pris un magnifique petit sentier bordé par des conifères odorants, trouver un des monuments les plus importants pour les Slovènes. Il s’agit d’une sculpture avec quatre noms gravés, ceux des héros qui ont combattu le fascisme dès les années 1930 jusqu’à la fin de la guerre. Chaque année, les Slovènes viennent célébrer ces héros et entourent le monument de fleurs. Au début des commémorations, quelques dignitaires italiens s’y rendaient également, mais ils se font plus rares aujourd’hui. Le monument a d’ailleurs été endommagé plusieurs fois, signe d’une mémoire difficile à se consolider, entre populations différentes, mais aussi entre régimes politiques opposés : la frontière de Trieste a aussi été celle du rideau de fer.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’Italie vaincue a vu son territoire divisé à la frontière nord-est, en deux zones. L’Istrie et la Dalmatie furent rattachées à la Yougoslavie et Trieste et sa région sont devenues un territoire autonome, dirigé par les Alliés, notamment les Américains et les Britanniques, appelé « Free Territory of Trieste ». Aujourd’hui, sur l’une des places les plus importantes de la ville – où se trouve le théâtre Verdi – une banderole a été accrochée sur un immeuble, visible par tout le monde, où il est inscrit « Welcome to the Free Territory of Trieste. Allies come back ! » (littéralement : « Bienvenue dans le territoire libre de Trieste. Alliés, revenez ! »). Ce qui témoignerait d’une nostalgie envers cette courte période (1947 à 1954) – les conflits mémoriels, territoriaux et politiques perdurent donc dans cette ville de toutes les frontière(s).

 

Iris Pupella-Noguès


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *