Histoire et internet

Les vidéos de vulgarisation ont la cote sur Youtube, notamment en Histoire. C’est pour nous parler de ce nouveau moyen de médiation du savoir qu’a eu lieu dans la Halle aux Grains de Blois, lors des Rendez-vous de L’Histoire 2016, une discussion tenue par Catherine Brice, professeure d’Histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil, et Benjamin Brillaud, créateur de la chaine de vulgarisation historique Nota Bene.

Son parcours est atypique, et rien ne semblait le mener à sa présente carrière. Après des études d’audiovisuel, il travaillait dans une boite de production filmant des discours d’entreprise. Mais sa passion pour l’Histoire le pousse, pendant une période de chômage (sans laquelle Benjamin Brillaud reconnait que son aventure n’aurait pas été possible), à tenter l’expérience de la vulgarisation historique sur Youtube en 2014. Sa formule est assez simple, il s’agit de celle de la carotte. Faisant miroiter au spectateur une anecdote insolite (« les pires morts de roi », « les papes les plus déjantés »), Benjamin Brillaud en profite pour mettre en contexte cette anecdote, qui n’arrive qu’à la fin. Cela permet de conserver l’attention du spectateur qui, en réalité, a plus appris sur l’époque de l’anecdote que sur l’anecdote elle-même. Une fois abonné à la chaine, l’utilisateur découvre également des vidéos plus longues et plus détaillées. Deux ans après le lancement de la chaine, c’est un succès. Nota Bene compte désormais plus de 400 000 abonnés. Ce succès lui a même permis d’en faire son métier, Benjamin Brillaud est désormais ce que l’on appel un « youtuber ».

Face à ce succès, que d’autres vidéastes connaissent (tels que e-penser, Dr Nozman ou encore DirtyBiology), plusieurs questions se posent : comment divertir (car Youtube reste un outil de divertissement) et faire apprendre en même temps ? quels sont les modèles économiques viables? quel est la responsabilité du « youtubeur » face à ses propos ?

Pour les deux premières questions, Nota Bene a trouvé ses réponses. En jouant sur le côté insolite des anecdotes et en faisant des parallèles passé/présent ou réel/fictif (avec l’émission motionvshistory), le spectateur apprend sans s’en rendre compte. Le rythme et l’intonation qu’il donne à ses vidéos est également important pour éviter d’ennuyer ce spectateur. Pour le côté financier, l’apport du financement participatif (avec des plateformes comme Tipee) est considérable car il permet de s’assurer un revenu mensuel prévisible. Contrairement aux revenus des publicités de Youtube qui varient selon les mois et le nombre de vues. Récemment, Benjamin Brillaud a diversifié ses sources de revenus en réalisant des vidéos de commandes pour des institutions. La première fut pour le musée du Louvre qui lui a commandé une vidéo sur son histoire. Dernièrement c’est avec le CNC que Benjamin Brillaud collabore. Quand à la responsabilité des propos, c’est avant tout un dilemme moral propre à chaque youtuber.

Cela amène d’ailleurs le regard sur l’un des plus  grands défauts de Youtube, la « starification » des youtubeurs sur un public parfois jeune et/ou ne sachant pas remettre en question l’avis de celui qu’il regarde.

Toujours est-il que la vulgarisation sur Youtube a trouvé son public, et qu’il serait dommage de se passer d’un tel moyen de médiation. Pour Benjamin Brillaud, un des avantages de ce média est que chacun peut se lancer. Il n’est pas bien difficile de se filmer pour partager son savoir. Peu importe les moyens techniques, le plus important étant le contenu que l’on propose.

 Guillaume Parisis


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *