Penser le sensible : un paradoxe ?

Peut-on faire l’histoire des sensibilités ? C’est une question que tout historien se pose.  Quelles sont les sources ? Comment les traiter ? Les textes doivent-ils être traités comme sources ou comme documents ? Que révèlent-ils des modes du sensible à travers le temps ? Comment faire une histoire des sensibilités dans les périodes non contemporaines, où les sources sont rares, même parfois inexistantes ? Comment comprendre le contexte de production « sensible » d’une œuvre littéraire, sculpturale, architecturale ou picturale ?

Autant de questions que suscite la présentation de la nouvelle revue Sensibilités (éditions Anamosa) donnée aux Rendez-vous de l’histoire 2016 à l’Auditorium de Blois. Pas de discours d’introduction pour cette présentation, mais un  film sur les danseurs Wadaabe : habits et maquillages chatoyants, yeux roulants, sourires éclatants et visages sublimés dans la clarté déclinante d’un soleil rasant. Une entrée en matière saisissante. Nos sens sont en éveil. La réflexion qui motive la création de la revue part d’un constat : les émotions sont fortement présentes dans notre société dans le management, le marketing, en politique, dans les médias, souvent utilisées, manipulées.  L’homme en société ne vise pas qu’à la raison, les sensibilités ne sont pas issues seulement d’un inné mais sont pétries de social et d’héritages. Une dialectique qui pose dès le départ une question, un paradoxe : comment faire une histoire des sensibilités qui sache aussi parler aux émotions, aux sens alors que l’histoire, normalement, s’adresse à la raison ?

Ce numéro un, baptisé « Anatomie du charisme », a été présenté par cinq jeunes chercheurs : Clémentine Vidal-Naquet a soutenu sa thèse en 2013 sur le lien conjugal durant la Grande Guerre dont elle a tiré un livre en 2014 ; Hervé Mazurel s’intéresse aux expériences combattantes du XIXe et XXe siècles en confrontant le corps, le sensible et les imaginaires ; Quentin Deluermoz  se penche sur l’histoire sociale et culturelle des ordres et désordres au XIXe siècle ; enfin Christophe Granger travaille sur l’histoire des sensibilités, sur les corps, les saisons ou encore les bruits.

Ainsi, la présentation se poursuit. Volonté d’un discours clair, accessible, qui veut parler à des publics variés et pas seulement aux universitaires. Une approche des sensibilités qui s’inscrit aussi dans l’aspect matériel de la revue : objet esthétique dans sa forme très travaillée, elle se veut un objet culturel à part entière, les textures et les couleurs sont soignées.

La structure de la revue pose ses ambitions, méthodes et réflexions. A deux parties plutôt conventionnelles qui organisent les connaissances pluridisciplinaires sur le sujet et les débats qui les entourent, répondent deux autres parties plus originales, Expérience et Comment ça s’écrit ?. Ainsi, la première propose différents exercices pour expérimenter les sensibilités sous un nouvel œil. Pour la seconde, et c’est une nouveauté, les auteurs s’obligent à penser, à essayer des nouvelles façons de d’écrire le discours historique, à se mettre en danger.

La recette de cette revue réussie : envisager les sensibilités moins comme un objet d’étude que comme un mode d’intellection des hommes et des femmes du passé. Par-dessus tout, pouvoir en donner une présentation qui touche aux sens, à l’étonnement, à la curiosité et qui donne envie, tout simplement.

Romain Duplan


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *