Le succès des indexations collaboratives

Maïlys Trubert 

Les pratiques collaboratives (crowdsourcing) sont en plein essor au sein du réseau d’archives, tant au niveau national, départemental que municipal [1]. Fortes de cet engouement, les Archives nationales ont lancé en 2017 Natnum, un projet d’indexation collaborative de l’ensemble des décrets de naturalisation publiés entre 1887 et 1930. Une mine d’informations sur la trajectoire de milliers d’individus devenus Français sous la IIIe République.

Pourquoi un tel projet ?

La numérisation était une première étape décisive pour la mise en accessibilité des documents patrimoniaux ; l’indexation de leur contenu permettra désormais de mener des recherches plus fines et d’élaborer des statistiques. Dans le cas de Natnum, tout l’intérêt du projet réside dans le relevé du numéro de dossier associé à chaque naturalisé et mentionné dans le décret. Lorsque l’on connaît ce numéro, il devient plus facile de mettre la main sur le dossier complet de naturalisation de l’individu recherché. Le relevé de cette information par les internautes évite donc de dépouiller inutilement de multiples cartons d’archives.

Et comme rien ne remplace (encore) l’intelligence humaine pour déchiffrer l’écriture manuscrite et que les archivistes ne peuvent assurer seuls l’annotation de cet immense fonds – 20 000 décrets et 87 cartons -, l’appel à des contributeurs bénévoles est une solution judicieuse. En 2018, soit un an après le lancement du projet, 5 années avaient déjà été annotées. Signe que les Français, qui sont de plus en plus nombreux à enquêter sur leurs origines, ont le « goût de l’archive », fût-elle numérique. Le Web décuple en outre la visibilité d’un projet et donc la quantité de personnes mobilisables. 

Par sa volonté de toucher au-delà du monde académique, son exploitation des outils collaboratifs et son ambition de co-production du savoir, le projet Natnum est aussi un bel exemple d’histoire publique. 

Pour participer à Natnum, il suffit de s’inscrire en envoyant un mail à numnat.dji-an@culture.gouv.fr puis de remplir le tableau en indiquant l’année et le mois choisis. Les décrets sont accessibles dans la salle des inventaires virtuelle du site des Archives nationales. L’indexation s’effectue en remplissant sur un formulaire Framaforms les champs concernant l’individu : numéro de dossier, nom, prénoms, date et lieu de naissance, lieu de résidence… ainsi qu’éventuellement le nom de l’épouse et des enfants mineurs.

(Re)devenir Français

Dans les premières années du fonds, la majorité des décrets concernent des Alsaciens-Lorrains. Considérés comme Allemands de facto après 1871, ils avaient perdu leur nationalité française s’ils avaient décidé de rester dans leur région annexée par le Reich. Le retour à leur citoyenneté d’origine est qualifiée de « réintégration ». La guerre de 1914-1918 entraîne cependant, par la loi du 7 avril 1915, la révocation de la naturalisation d’un certain nombre d’entre eux, en tant qu’anciens ressortissants de puissances en guerre contre la France.

Les autres candidats à la naturalisation sont principalement des Européens d’Algérie, essentiellement d’origine italienne, espagnole ou maltaise. En vertu du sénatus-consulte du 14 juillet 1865, trois années de résidence en Algérie leur étaient suffisantes pour obtenir la citoyenneté française. Le fonds comprend aussi les décrets d’admission à domicile, qui autorisaient les étrangers à s’établir sur le sol français pendant 5 ans, préalable nécessaire à toute demande de naturalisation. Grâce à la mention des lieux de naissance et de résidence, c’est toute une histoire des migrations européennes qui se dessine.

Une autre catégorie peut surprendre, celle des décrets de réintégration de femmes d’étrangers. En effet, d’après l’article 19 du Code civil de 1804, et ce jusqu’en 1927, une Française qui épousait un étranger « suivait la condition de son mari » et donc perdait sa nationalité ! Elle ne pouvait la retrouver, à condition d’en faire la demande, que si elle devenait veuve, divorçait ou si son mari obtenait la naturalisation. Sarah Bernhardt, qui avait épousé l’acteur grec Jacques Damala, est l’une des plus célèbres femmes « réintégrées » en 1916.

Décret du 9 mars 1916 de naturalisation de Guillaume Kostrowitzky, dit Apollinaire .

En 1889, les règles d’acquisition de la nationalité française sont assouplies : après la perte de l’Alsace-Lorraine, la France, en déficit démographique par rapport à son voisin d’outre-Rhin, a besoin de soldats et donc de citoyens. Les jeunes étrangers nés sur le sol français et toujours domiciliés en France à leur majorité obtiennent alors la nationalité française, sauf s’ils décident de la décliner l’année précédant leurs 21 ans. Car ils n’étaient pas rares ceux qui y renonçaient pour échapper au service militaire…

Dans la base Natnum, on croise des naturalisés célèbres, tels Blaise Cendrars ou Guillaume Kostrowitzky, dit Apollinaire, devenu Français en mars 1916. Et comme Alain Corbin avec son Louis-François Pinagot, on se prend à imaginer la destinée de ces anonymes de l’histoire à partir de la mention de leur profession : beaucoup de domestiques, plus rarement des rentiers ainsi que de nombreux métiers d’antan comme limonadier, charron, faïencier…

Des trésors à dépouiller

Beaucoup d’autres fonds attendent la contribution d’internautes bénévoles pour être exploités à leur juste valeur. Les Archives nationales sont ainsi partenaires de plusieurs projets, dont Testaments de Poilus, initié en janvier 2018 par les Archives départementales des Yvelines. Les dernières volontés de plus de 400 soldats morts pour la France ont déjà été transcrites et encodées en TEI (Text Encoding Initiative). Ce standard permettra la production d’une édition numérique reproduisant la structure formelle des testaments. Les internautes sont également invités à documenter les notices biographiques avec les informations dont ils pourraient disposer sur leurs aïeuls. Une application web et un colloque sont prévus en 2020 pour partager toutes les connaissances rassemblées à l’occasion de cette campagne d’annotation.

Testament rédigé le  3 août 1914 de Jean Élie Picut, négociant en vin, mort le 16 septembre 1914.

Retranscrire ces testaments est une manière de continuer, dans la lignée de la Mission du Centenaire, à faire vivre la mémoire de ceux dont l’existence s’est brisée si jeune. Et de mieux mesurer les sentiments des soldats face à la perspective de la mort. D’autant qu’au-delà de l’énumération des biens et des héritiers se devine de manière touchante la personnalité du testateur. Ainsi un soldat écrit-il à propos de ses proches : «  Je serais heureux s’ils ne gardent pas un trop mauvais souvenir de moi, mon cœur n’est pas si mauvais que mon caractère. » La richesse d’analyse offerte par ces quelques testaments rappelle qu’outre les correspondances, un nombre considérable de documents de tous types reste encore à exploiter pour mieux comprendre ceux de 14.

Une démarche citoyenne

L’indexation de la base Natnum se révélera très précieuse pour les historiens, les généalogistes ou tout Français désireux de retrouver la trace de ses ancêtres. Grâce à la possibilité d’une recherche par nom ou lieu, de nombreux parcours d’étrangers pourront être éclairés. L’analyse des données de Natnum a déjà permis de quantifier un phénomène migratoire, celui des Polonais installés dans les Hauts-de-France. Sur le blog des Archives nationales participatives, le responsable de fonds Thomas Lebée détaille les conclusions que l’on peut tirer de ce corpus sur la proportion, par rapport aux autres communautés, des Polonais ayant demandé leur naturalisation entre  1918 et 1930. 

Cette mission d’indexation collaborative relève en somme d’une démarche citoyenne, dans l’esprit qui avait animé la création des Archives nationales en 1794. En facilitant leur mise à disposition pour tous, elle permet de répondre de manière concrète aux deux principes fondamentaux des archives publiques en France : la publicité (caractère public, en opposition au secret d’État) et la libre-communication.

Toute une communauté s’est développée autour du projet ; les Archives nationales ont, par conséquent, tenu à recueillir les propositions de ses membres en organisant à Pierrefitte le 18 juin 2019 les premiers Rendez-vous des contributeurs afin d’échanger sur la valorisation des résultats des divers travaux d’indexation.

Le numérique offre indéniablement un nouveau souffle aux archives : en multipliant la capacité de dépouillement et les pistes de valorisation, il favorise le partage à tous de la richesse documentaire du passé.  Le Web est désormais un lieu de savoir reconnu ; ne pourrait-il être aussi un formidable lieu de mémoire ?

[1] Tous les programmes d’indexation collaborative sont répertoriés sur le site de France Archives.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.