Un week-end à Blois

Vendredi 7 octobre, 7h37, le train part de la gare d’Austerlitz. Sur le quai n°1, les personnes affluent de toute part et se pressent dans les différentes voitures. Le groupe s’arrête à la 13e. Lesquels de ces passagers s’arrêteront à Blois ? Curieuse, la foule guette l’apparition d’historiens ou de journalistes renommés. Tout au long du trajet, l’excitation monte et les gobelets de café se vident frénétiquement. À l’intérieur, certains discutent des derniers préparatifs de la journée, tandis que d’autres préfèrent terminer leur nuit lovés au fond de leurs sièges et couverts par leur manteau. 9h01, arrivée en gare de Blois sous un soleil timide. Dans le hall central convergent machinalement les voyageurs qui, une fois quittée l’esplanade de la gare, se déversent par flots dans les rues, prêts à envahir la ville-hôte de la 19e édition des Rendez-Vous de l’Histoire.

Sur le chemin, le centre-ville de Blois, encore très médiéval, nourrit l’émerveillement du festivalier. Le Château, haut perché et imposant, semble garder l’entrée du festival. En accompagnant le courant principal, on découvre la place de la République bondée. Les festivaliers observent avec stupéfaction l’impressionnant dispositif de sécurité : des barrages de police à tous les coins de rue, des gendarmes en patrouille, des vigiles qui quadrillent l’ensemble du Pôle 1 entouré de barrières métalliques. Mêlé à la précipitation générale, cela provoque une tension environnante. Pour preuve, Marie-Claire s’énerve devant un point de contrôle à l’angle de la rue du 18 juin 1940 et de l’avenue du Maréchal Maunoury, en posant son sac à dos et en affirmant aux deux vigiles : « quand même, je cache pas de bombe, non là c’est trop ! ».

En se dirigeant vers le café le plus proche, L’Agriculture, où il est rare de trouver une place libre, à chaque table ou presque, des historiens attendent les premières conférences de la journée. Les festivaliers s’échangent leurs programmes, désertent petit à petit les terrasses et se dispersent aux alentours. Sur un de ces itinéraires multiples, le long de la rue Gallois, Thomas et Vivien en L3 à Tours discutent avec Jérémie & Aurélien en master MEEF à Orléans du fait que leurs universités ont banalisé les journées pour permettre aux élèves de se rendre à l’événement. Les avis sont partagés, certains y trouvent leur bonheur « c’est cool, on est à coté, en plus c’est gratuit ! » alors que les autres, plus nuancés, mentionnent le travail « obligatoire » à rendre. Au détour de la rue de la Chocolaterie, Alice, étudiante à l’ENS, qui marche d’un pas rapide, se plaint que la ville est mal desservie et que les horaires qui se chevauchent forcent à se hâter « si j’avais su, je serais venue en baskets ». En effet, le festivalier, qui veut « tout voir » ou du moins le plus possible,  se doit d’avaler les kilomètres à pied (aucune navette !) pendant ce court week-end.

La patience est un atout essentiel du festivalier. En effet, les files d’attente deviennent rapidement des attroupements difformes. Entre ceux qui essaient d’entrer, ceux à la recherche d’un renseignement et ceux qui râlent ostensiblement face à une porte close, les langues se délient. Au sein de cette atmosphère pesante, Brigitte et son ami, tous deux retraités, s’époumonent : « c’est le bordel, ils organisent une conférence et y a même pas assez de place pour tout le monde ! ». Dans cette cohue particulière, avec de la chance, les visiteurs se frayent un chemin à travers les barrières humaines et matérielles et pénètrent ainsi dans la salle de conférence tant convoitée.

Le soulagement s’empare de ces âmes éprouvées, ce qui provoque le retour du sourire et de la bonne humeur. Enfin assise dans la salle du Conseil Département du Loir-et-Cher, Thérèse accompagnée de sa fille, émue, confie tout son engouement pour l’événement : « quelle chance de venir écouter Benjamin Stora, j’ai lu tous ses livres », confie-t-elle, semblable à une groupie attendant sa star.

Parmi cette foule grouillante, se trouvent des professeurs d’histoire-géographie, comme Maryse à la sortie du café-restaurant Le Bœuf Gourmand, une habituée des lieux depuis plusieurs années, qui vient par plaisir intellectuel et se sent investie d’une conscience professionnelle : « mon établissement me propose de venir comme si c’était un stage […] ce sont des sujets d’actualité éclairés par des confrères experts ». Se mêlent à cette foule, des passionnés d’histoire, pour la plupart des retraités, à l’image de Serge, fumant assis sur un banc du jardin Augustin Thierry en contre-bas du Château et qui reconnaît avoir le privilège du temps pour sa culture personnelle bien qu’il vienne « aussi pour le plaisir de la rencontre et de l’échange ».

Le Festival de Blois, c’est également l’occasion d’enrichir sa bibliothèque et d’en repousser les pans, car pratiquement toutes les maisons d’édition d’ouvrages historiques et culturels sont présentes, voire d’obtenir le livre désiré en avant-première et de rencontrer ses idoles en séance de dédicace à l’intérieur du monumental Salon du Livre. Au milieu des allées, Joël et Marie, abonnés de longue date et parents d’une professeure d’histoire-géographie, admettent que cette année le sujet ne les passionne pas, mais que le « déplacement en vaut la chandelle » : « ici, c’est le lieu idéal pour rencontrer le gratin, on vient de voir Annette (Becker ndlr.) ». Mais on croise également des personnes pour qui c’est une première expérience professionnelle : Aline, restauratrice d’art graphique qui participe au stand n°11, impressionnée par le va-et-vient de nombreux flâneurs qui rendent le passage étroit entre les rayons, est venue épauler sa grande sœur également restauratrice, car les RVH de Blois, c’est aussi une histoire de famille.

En s’aventurant hors des sentiers battus par les festivaliers, il devient plus facile de croiser la route de Blésois. Au détour de la rue du Commerce, François et Michel, la soixantaine, baguettes sous le bras, partagent un avis mitigé sur l’événement, qui, à leurs yeux, ne s’adresse pas vraiment à tous : « Certes Jack Lang a fait beaucoup de bien à la ville […] on vient parce qu’on est des curieux et que c’est que ça permet de se dépoussiérer le cerveau et d’écouter autre chose, mais faut voir qu’on n’a pas notre place ici, c’est bien trop élitiste pour nous ». C’est également l’occasion de côtoyer des personnes qui viennent de très loin. Juste avant de repartir, en remontant la rue des Lices en compagnie de Monique, professeure d’histoire-géographie dans le Lot, cette dernière avoue être venue sur le conseil de ses collègues, et, enchantée de son week-end, ne serait pas contre l’idée d’exporter le festival dans d’autres régions.

Un bon festivalier se doit d’être motivé, organisé, marathonien, patient, placide, maître dans l’art du plan B,… et surtout pressé de revenir l’année suivante.

Damien Grenèche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *