L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale

Lise Simorre

En septembre 2018, Monsieur Y. Lignereux – directeur de l’UFR Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie et professeur à l’Université de Nantes – propose à ses étudiants de Licence 3 d’adapter, en vue d’une représentation théâtrale, le roman historique de Joseph Boyden : Dans le Grand cercle du monde (2013).  L’auteur y dépeint une fresque documentée décrivant les premiers rapports entre Européens et sociétés huronnes au XVIIe siècle.  A travers ce projet pédagogique ambitieux, les étudiants doivent allier les contraintes théâtrales tout en respectant les impératifs d’historicité. De la réécriture du roman aux premières tentatives de mise en scène, les étudiants en Histoire sont confrontés à une question fondamentale : comment concilier  enjeux dramaturgiques et enjeux historiques ? Comment représenter les perspectives historiques à travers l’adaptation d’une œuvre fictionnelle ?

Pendant six mois, observatrice et commentatrice,  j’ai accompagné les premiers pas de ce projet. Entrons dans les coulisses d’un travail pédagogique qui nous parle d’Histoire, de théâtre et des possibilités d’une transversalité féconde. 

Histoire et théâtre : une incompatibilité indépassable ?

Il ne s’agit plus pour les étudiants d’écrire sur le passé, ils sont invités à le mettre en scène. Les premières difficultés se font entendre tant ils sont loin des pratiques qu’ils connaissent : « Ce sera anachronique ! », « Je peux donner des informations, un contexte historique, mais incarner des figures fictives amérindiennes, je ne pense pas que ce soit une bonne idée. », « On va raconter une histoire, une fiction, alors qu’historiquement c’est une histoire dramatique ! », «Si on garde les noms des différentes tribus : Iroquois, Algonquins, Hurons-Wendat, on risque de perdre le public ». Les jeunes historiens comprennent rapidement les enjeux qui se nouent et soulignent les inadéquations apparentes entre Histoire et théâtre, séparés par des objectifs et des finalités divergentes.

Trois incompatibilités majeures traversent ce travail pédagogique. La première : rendre  vivant le passé. L’historien est souvent méfiant à cet égard. L’écueil de la reconstitution entraîne bien souvent des anachronismes, rapprochant les objets du passé des considérations contemporaines et risquant de réduire l’Histoire à un pâle miroir des interrogations actuelles. La seconde : figurer une altérité passée. En effet, les étudiants seront appelés à incarner des Amérindiens. Il faudra penser  aux gestes, aux vêtements, aux comportements, aux mentalités. Le jeune historien décrit, analyse un contexte pour parler d’un temps révolu, mais le projet le pousse à animer des figures, à incarner des morts. Celui qui utilise traditionnellement l’écrit pour raconter, se voit confronté à l’oralité, à l’instantanéité du récit historique porté sur scène. Il faut parler, mais éviter l’écueil « d’un parler à la place de ». La troisième : faire émerger la complexité historique, être précis sans être incompréhensible. Or, le théâtre et l’Histoire ne parlent pas toujours la même langue. Le théâtre est le lieu du dire, de l’oralité, avec ses propres modalités langagières, tandis que l’Histoire s’écrit, s’inscrit, et développe un vocabulaire spécialisé, dans un langage qui essaye de mettre à distance l’émotion et le récit. La conciliation paraît difficile pour les jeunes étudiants. Pourtant, cette expérience pédagogique a été l’occasion d’expérimenter les apports d’un projet transversal, de déceler des contributions mutuelles et d’envisager des solutions édifiantes.

L’ouverture du roman consacre l’idée de J. Boyden, de redonner des voix à ceux dont l’histoire a souvent été malmenée.  L’incipit du roman est une adresse qui  décrit la lente disparition d’un monde précipitée par l’arrivée des Européens sur le continent. Les étudiants s’en emparent en décidant de garder l’ensemble du texte et de le déclamer à plusieurs voix. Cette adresse a suscité des débats d’interprétation parmi les élèves, ils ont pris le parti de porter ces débats sur scène.  L’adresse accusatrice, poétique et fictionnelle devient un support pour mettre en exergue le point de vue d’un historien.

Avant l’arrivée des corbeaux, vos prêtres, nous avions la magie. Avant la construction de vos grands villages que vous avez si grossièrement sculptés sur les rivages de la mer intérieure de notre grand monde en leur donnant des noms arrachés a nos langues- Chicago, Toronto, Milwaukee, Ottawa-, nous avions aussi nos grands villages sur ces rivages-la, […] les corbeaux ont volé au-dessus de la grande eau de leur ancien monde pour venir se percher, fatigués et apeurés sur les branches du nôtre.”
J. Boyden, Dans le grand cercle du monde, Paris, Albin Michel, 2014, p.11.

Scène et Histoire : si loin si proche ?

Les étudiants, accompagnés par la metteuse en scène Marion Malenfant, ont rapidement dépassé les difficultés inhérentes au projet et remarqué des pratiques similaires et des enjeux communs  à la mise en récit historique et la mise en scène théâtrale. « Au théâtre et en Histoire, on essayer de plonger hors de soi, de découvrir et de comprendre des altérités » remarque un étudiant. Il rappelle ainsi aux jeunes historiens que le travail de représentation et d’imagination n’est pas absent de sa propre méthode.  

Ce qui est mis en exergue dans cette  expérience transversale, c’est la façon dont elle interroge la  discipline, la manière de l’exercer et sa méthodologie. C’est ce qui fonde, et rapproche ce qui semblait irréconciliable. Alors que les étudiants sont incités à réécrire le texte du romancier pour créer des dialogues, Marion Malenfant leur dit : « N’oubliez-pas, le texte n’est pas sacré ». Cette réflexion les pousse à entretenir un rapport différent à l’objet textuel, à le  désacraliser pour le sortir d’une optique de recherche. Confrontés à la nécessité de s’écarter des pratiques inhérentes à la discipline, ils comprennent rapidement qu’ils sortent du champ académique de l’Histoire. Ils vont expérimenter dans leur corps une autre pratique de l’Histoire, envisager celle-ci sous le prisme de l’expérience. C’est une opportunité porteuse de sens, puisqu’elle rappelle à l’historien que l’Histoire est et continue d’être incarnée. Enfin, au théâtre la question de l’adresse est primordiale. Elle rappelle et suggère aux jeunes historiens de toujours s’interroger  : A qui je m’adresse ? Pour qui ? Comment ? 


“Ce qui est arrivé dans le passé ne peut pas demeurer dans le passé, tout comme le futur se situe toujours a un souffle devant” .
J.Boyden, Dans le grand cercle du monde, Albin Michel, Paris, 2014, p. 596.

Le projet montre que la scène est un espace qui peut accueillir les interrogations de l’historien et montrer les pratiques de la discipline. En effet, les étudiants ont ainsi choisi de porter sur scène leurs réflexions et se sont éloignés d’une adaptation stricte du texte de Joseph Boyden. Le roman devient alors un support d’observation, où de jeunes historiens sont amenés à débattre, à commenter et à se documenter. Ce qui sera montré sur scène est une forme de méta-théâtre, où les étudiants jouent leur propre rôle.  Cette option de mise en scène permet de dévoiler les problématiques auxquelles sont confrontées tout historien lorsqu’il tâche de concilier ses exigences historiques avec un travail d’adaptation d’une fresque historique romancée. Le roman devient un support de travail placé au cœur de la dramaturgie.

Ce projet pédagogique met en avant les possibilités et les apports d’un projet transversal et appelle à repenser les liens entre Histoire et théâtre. Les Grecs faisaient du théâtre un lieu de la mémoire collective, mais aussi où les dialectiques, les tensions et les confrontations de la société et du passé trouvaient un espace pour se dire. Ces deux « missions » originelles du théâtre résonnent avec cette expérience transversale et encouragent les historiens et les acteurs du spectacle vivant  à se regarder, à travailler ensemble. En tant que jeune chercheuse, cette expérience m’a permis d’ observer ma pratique sous un autre prisme et  de comprendre les intérêts d’une co-construction, d’une cocréation dans l’objectif  d’une diffusion des travaux de recherche sans cesse à réinventer.

“L’histoire est saturée de silence, de trou. Vous interrogez ces silences, vous faites émerger du bruit là où il ne semblait n’ y avoir qu’une absence. Imaginez qu’un plateau c’est un espace vierge, silencieux, c’est votre espace de recherche, votre page.
Marion Malenfant aux étudiants lors du travail préparatoire.

Une réflexion sur « L’histoire sur scène: expérimenter une approche transversale »

  1. Compliments pour ce billet ! Il dialogue de manière excellente, partant d’un projet pédagogique spécifique, avec des questions de fonds qui touchent l’épistémologie et les raisons d’être spécifiques du travail de l’historien public. Une suggestion pour une discussion sur le thème affronté: en se calant dans des personnages pour parler d’histoire au théâtre, on devient “autre”, on se sert d’une autre manière de faire de l’histoire qui ne doit pas nécessairement être comparée avec la communication académique et surtout à son cadre de valeurs et à ses présupposés. On devient historien public (ou artiste qui affronte un thème historique) et on adopte une autre manière de faire de l’histoire, tout aussi légitime que d’écrire des essais dans des revues académiques, d’écrire des romans historiques ou de faire des films. Donc pas nécessaire de se justifier de ce choix, il est partie prenante du métier d’historien public parce que répondre à toutes les questions que vous posez sur le passage de l’histoire écrite à l’histoire au théâtre, c’est emboiter une voie qui ouvre une autre mission professionnelle, un autre métier, avec ses propres méthodes, ses propres interrogations, ses propres nécessités. Merci vraiment pour avoir approfondi les étapes de ce difficile exercice et d’avoir partagé cette réflexion qui se relie à de nombreux écrits des “pères” de l’histoire publique dès les années ’70-’80 du siècle dernier jusqu’aux réflexions sur les ré-évocations historiques aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.