Partir pour revenir : le cas des retornados portugais.

En 2012, Pedro Passos Coelho, alors Premier ministre du Portugal, a déclaré que les Portugais devaient « faire plus d’effort, abandonner leur zone de confort » en cherchant du travail ailleurs. Un appel à une nouvelle émigration, notamment vers l’Angola, un pays qui se développe via son pétrole, ou bien encore vers le Brésil. C’est donc un appel à partir vers les anciennes colonies, un appel pour aller conquérir, d’une nouvelle façon, des espaces perdus. Cette nouvelle situation conduit à s’interroger sur l’expérience coloniale portugaise (qui persiste jusqu’en 1974 en Angola et au Mozambique) et plus particulièrement au groupe des retornados, « ceux qui sont revenus » des colonies vers la métropole portugaise. La photographie ci-dessus du port de Lisbonne en 1975 montre les biens des retornados  envahissant les quais (et constitue la couverture du livre O Adeus ao Império de Fernando Rosas)

Lors des Rendez-vous de l’Histoire de Blois, Yves Léonard a présenté son nouvel ouvrage Histoire du Portugal contemporain, de 1890 à nos jours (Paris, Chandeigne, 2016), qui retrace les grands moments de l’histoire de ce pays, de l’instauration de la Première république jusqu’au régime de Salazar en passant par les deux Guerres mondiales. Cet ouvrage s’inscrit parfaitement dans la thématique des Rendez-vous de l’Histoire de cette année, « partir », et permet de connaître l’histoire récente du Portugal, une histoire qui n’est pas que Grandes Découvertes et immigration vers la France sur fond de fado. Le cas des retornados le montre de façon exemplaire.

Entre 1950 et 1960, on dénombre prés de 500 000 Portugais en Angola et au Mozambique pour un pays qui compte alors 8 millions d’habitants. Depuis 1933 et jusqu’en 1974, le Portugal connaît un régime autoritaire, l’Estado Novo (Etat nouveau) dominé par Antonio Salazar. Pour ce dernier, les colonies étaient le symbole d’un Portugal fort, une source de prestige et de fierté nationale. Selon la propagande, le Portugal n’était pas un petit pays, étant donné qu’il avait un grand empire colonial. Malgré l’attachement aux colonies, le gouvernement portugais peine à tenir son empire qui demande des moyens humains et financiers que le Portugal n’est alors plus en mesure d’assurer. Au niveau international, cette position portugaise est mise à mal par l’ONU, pour qui les colonies sont d’un autre temps. Face à ces critiques, Salazar explique que le Portugal n’a pas de colonies ni d’Empire colonial, mais un Empire d’Outre-mer.

En 1974 la Révolution des Œillets marque la fin du régime autoritaire, et celle des colonies. Depuis 1960, l’armée portugaise était enlisée dans des guerres coloniales, et nombre des militaires qui ont participé à ces guerres ont également pris part à la Révolution des Œillets, et pour eux il est évident que le Portugal doit abandonner ses colonies. Ces dernières sont au cœur de la politique du nouveau gouvernement portugais, la politique des « 3D », démocratiser, développer, décoloniser.

Une fois l’Angola et le Mozambique indépendants, il était nécessaire pour les anciens colons de rentrer au Portugal, c’est la naissance des retornados, presque une anomalie pour le Portugal des années 1970, qui connaissait une vague d’émigration importante. Les retonardos étaient aussi bien des membres de l’administration coloniale, que de paysans et d’ouvriers, dont le retour au Portugal marque définitivement la fin de l’Empire colonial portugais.

Pedro Passos Coelho a proposé aux Portugais de partir, mais dans la perspective de revenir – les Portugais ne l’ont d’ailleurs pas attendu pour partir en nombre. Reviendront-ils ? Les émigrés portugais de 2012 connaitront-ils des expériences similaires aux colons portugais de 1974 ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *