Réhabiliter une mémoire oubliée à Cadillac

 

 Clara Dezou

Il y a deux ans, le Service du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine découvrait un cimetière abandonné à Cadillac, où étaient enterrés d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale, point de départ d’un projet de réhabilitation.

Un spectacle sordide

Ce cimetière est l’ancien cimetière de l’hôpital psychiatrique de la ville de Cadillac en Gironde. Il est séparé de la partie communale du cimetière par un mur. D’un côté les tombes, imposantes et fleuries, sont organisées, entretenues. De l’autre, à perte de vue, des croix sont plantées à même le sol, abîmées par le temps. La plupart sont anonymes, certaines sont cachées par la végétation qui a repris ses droits. Sur l’un des murs, en face de sépultures regroupées dans un espace carré, se trouve une plaque offerte par les anciens combattants de la Gironde « à la mémoire de leurs camarades mutilés du cerveau victimes de la guerre 1914-1918 » et apposée là en 1937.

Plaque commémorative en hommage aux anciens combattants internés de la Première Guerre mondiale. © Wiki commons.

En 2017, dans le contexte des commémorations du centenaire de la guerre, il apparaît inconcevable pour ce Service chargé du patrimoine aquitain de laisser à l’abandon un tel site. De nombreuses questions surgissent alors : combien de soldats ont été enterrés ici ? Qui sont-ils ? Mais surtout pourquoi le cimetière a-t-il été abandonné ? L’état de délabrement du lieu est tel que le mur d’enceinte menace de s’effondrer et qu’en ouvrant la porte d’un débarras présent à l’arrière du site, on découvre un corbillard datant des années 1920.

Le Service du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine décide de lancer un projet de réhabilitation du site. Il souhaite le rendre accessible au public et créer un espace-musée dans l’ancienne maison du fossoyeur pour valoriser le lieu en offrant des éclairages sur le sort des soldats revenus traumatisés du front et internés pendant la Première Guerre mondiale.

Se détacher de l’émotion

Devant ce spectacle, il est difficile de ne rien ressentir. D’autant que l’on découvre rapidement que Cadillac n’est pas un cas unique en France : plusieurs autres cimetières d’hôpitaux psychiatriques de différentes communes sont dans le même état. Le Service du patrimoine est surpris que des sépultures d’anciens combattants aient été abandonnées de la sorte. L’état du cimetière leur fait penser que ces hommes, revenus traumatisés du conflit, ont été abandonnés par leurs proches qui avaient honte d’eux. Or, il est important, lorsque débutent les recherches, de s’interroger sur ces idées reçues et de remettre en cause les fausses évidences, de séparer la Mémoire de l’Histoire. En effet, la mémoire actuelle de la Première Guerre mondiale tend à glisser vers une mémoire victimisante du conflit. Les recherches permettent de nuancer cette vision et de découvrir de nombreuses explications à cet abandon 1. Par exemple, les soldats internés n’étaient pas reconnus par l’Etat français comme des blessés de guerre : en effet, l’État refusait de reconnaître la guerre comme responsable des troubles psychiatriques présents chez ces anciens combattants. Suivant cette idée, les pensions accordées aux blessés psychiques ne couvraient que leurs frais d’internement contrairement aux blessés physiques qui voyaient leur frais médicaux couverts en plus de la pension qui leur était accordée. Les difficultés financières de ces hommes rendaient obligatoire le travail féminin et, pour les femmes, visiter un époux malade coûtait cher en argent mais aussi en temps. Ces hommes étaient souvent internés dans des hôpitaux éloignés de leur domicile. Pour une visite, les épouses devaient payer le déplacement, qui était remboursé pour les femmes de blessés physiques hospitalisés, mais aussi manquer une journée de travail. De plus, la condition des malades freinait toute mobilisation pour faire valoir leur droit à des pensions militaires ou à un remboursement des frais de déplacement de leurs proches 2. À ces éléments s’ajoutent évidemment les difficultés de dialogues entre les soldats traumatisés et leurs proches à un moment où les traitements psychiatriques n’en sont qu’à leur balbutiements : peu de soins sont possibles et l’internement devient rapidement une solution sans alternative pour la durée d’une vie. La plupart des anciens combattants internés meurent à l’hôpital après des dizaines d’années de vie en hôpital psychiatrique et parfois, les soignants, ne savent même pas que ces hommes sont des traumatisés de guerre.

Les recherches historiques permettent donc d’éclairer un lieu et d’en reconstituer toute la signification. Même si le site a vocation à devenir un lieu de mémoire, la mise en scène de ce qui est donné à voir au public  permet de dépasser les représentations, les idées reçues et l’émotion. Elle amène le visiteur à y découvrir une histoire et à trouver des explications à l’existence de lieux tels que celui-ci.

S’adapter à un public

La mise en scène de l’espace-musée doit apporter des informations sur le sort des soldats internés pendant la guerre et l’après-guerre. Imaginer cet espace de transmission nécessite donc, une fois les recherches effectuées, de sélectionner les informations pour offrir un discours clair à un large public. Ces recherches s’appuient sur des ouvrages généraux d’historiens de la psychiatrie et de la guerre mais aussi sur des travaux amorcés par des amateurs d’histoire locaux. Pour que l’ensemble soit parlant aux habitants de la ville, qui seront sans doute les principaux visiteurs du site, l’attention se concentre d’abord sur des personnages locaux pour élargir le propos vers la situation nationale des soldats internés. Ainsi sont mises en valeur les associations locales d’Anciens combattants qui ont œuvré pour la reconnaissance des « mutilés du cerveau » en tant que mutilés de guerre, long combat symbolisé par la plaque apposée dans le cimetière en 1937.

Réhabiliter un lieu implique aussi de le rendre accessible au public sans le dénaturer. Les architectes sont choisis selon leur habilité à préserver l’essence du site. Ainsi les croix, bien que très abîmées, sont laissées dans leur état et sont seulement redressées. Le mur d’enceinte a été reconstruit, le corbillard restauré sera exposé derrière une grande vitre afin de le rendre visible. Enfin les noms des soldats inhumés seront gravés sur des plaques afin de redonner une identité à tous ces gisants anonymes, enterrés les uns par-dessus les autres. Le choix du matériau utilisé pour ces plaques n’est d’ailleurs pas anodin : elles seront en corten, un matériau souvent utilisé dans des installations de plein air puisqu’il rouille et se stabilise dans cet aspect pour ne plus changer par la suite. Parfois considéré comme un matériau de la mémoire, il rappelle dans ce cas l’état des croix rouillées par le temps qui passe et le manque d’entretien.

Le cimetière de Cadillac est un exemple de projet d’histoire publique impliquant la collaboration d’historiens, de conservateurs du patrimoine et d’élus locaux. Il permet la conciliation de l’histoire et de la mémoire d’un événement. Aujourd’hui, encore en travaux, le site devrait être inauguré durant l’été 2020 et ouvert au public.

1 Pour ne citer que quelques travaux : Jean-Yves Le Naour, Les soldats de la honte, Paris, Perrin, 2011 ; Stéphane Tison, Comment sortir de la guerre ? Deuil, mémoire traumatisme, 1870-1940, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Marie Derrien, « La tête en capilotade » : Les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français (1914-1980), thèse de doctorat, Université Lumière Lyon 2, 2015.

2 Marie Derrien, « La tête en capilotade »,… op. cit, p. 362-370 ; 413-415.


2 réflexions sur « Réhabiliter une mémoire oubliée à Cadillac »

  1. En dehors des ouvrages généralistes mentionnés dans la bibliographie, il nous semblerait légitime de ne pas omettre les publications du Professeur Benezech, seuls documents existants a ce jour, qui nous informent sur l histoire de l hôpital et de la psychiatrie comme sur celle des patients qui y sont inhumés.

  2. Bonjour, C est en 2008 que le cimetière des Oubliés a été soumis a l’attention de la DRAC, en 2010 qu’il a été partiellement inscrit a l inventaire des MH. Il y a plus de 2 ans donc.
    Le nombre de défunts approche les 4000 pour quelques 900 sépultures, dont les 99 du carré des Anciens Combattants.
    Les visiteurs actuels sont rarement des habitants de la commune, mais le plus souvent des familles des défunts, à la recherche de leur parent disparu.
    Toutes ces personnes sont mortes à l asile, le cimetière leur étant exclusivement réservé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.