Paris Violence – Bouvines 1214: une histoire punk

Je remercie Flav de Paris Violence et Marie-Karine Schaub pour leur aide précieuse lors de la rédaction de cet article. 

Rémi Upravan

Genèse et originalité de Paris Violence

Paris Violence est un groupe de Punk/Oi !-Wave[i] originaire de Paris et créé en 1994. La particularité du groupe réside dans ses teintes New-Wave et son arrivée tardive dans un moment de creux relatif sur la scène Punk. En effet, alors que Paris Violence sort son premier album, à la fin des années 1990[ii], le Punk décline et des styles comme le grunge ou le métal ont émergé, s’imposant peu à peu depuis la fin des années 1980. Le groupe est toujours en activité aujourd’hui et le projet a toujours fluctué entre des périodes  de musique en solo, où Flav, la tête pensante, compose et enregistre la totalité des morceaux et des périodes où l’artiste évolue avec d’autres musiciens. Paris Violence est avant tout un projet de studio plus qu’une expérience live, laissant une large place à la recherche sonore ainsi qu’à l’écriture de textes élaborés et au développement d’univers littéraires, artistiques et historiques.

Dans les années 2000, le groupe enchaîne les succès avec un premier « succès » Mourir en novembre (2000)] puis Ni fleurs, ni couronnes (2001), l’EP[iii] Cauchemar Abyssal (2002) et surtout l’album En Attendant l’Apocalypse (2003), qui ouvre les portes du grand public à Paris Violence. L’auteur y raconte poétiquement ses interrogations sur la condition humaine, ses errances et sa solitude et décline une atmosphère décadentiste/finiséculaire assez peu familière au public. Après ces succès, Paris Violence alterne entre albums menés par Flav et Splits, c’est-à-dire des collaborations avec d’autres artistes de la scène Punk (Kid Chaos, Foreign Legion, Kamizole 13)[iv]

Paris Violence, un Punk Historien ?

L’Histoire est un des moteurs créatifs de l’auteur. En témoignent les nombreuses thématiques historiques abordées dans ses morceaux : la guerre froide[v] ; la guerre civile russe[vi], la guerre d’Indochine [vii], le printemps des peuples [viii], Mai 68 [ix], la Commune de Paris[x]. Flav est un passionné d’Histoire : celle-ci imprègne son œuvre et interpelle l’auditeur. Dans son œuvre, l’Histoire sert tantôt à s’évader, tantôt à témoigner.

Le groupe est d’ailleurs reconnu pour le traitement qu’il accorde à certaines thématiques historiques. Par exemple, le thème de la Grande Guerre est central dans la discographie de Paris Violence. Des morceaux comme Chemin des Dames, Sous les barbelés ou encore Mort au combat évoquent l’expérience combattante, les atrocités de guerre ou les batailles. Paris Violence est d’ailleurs cité et étudié par certains historiens. N. Offenstadt, par exemple, évoque le groupe dans plusieurs de ses travaux notamment sur la mémoire de la Première guerre mondiale dans notre société et il présente  l’auteur de Paris Violence comme un historien[xi].

Bouvines 1214, l’ovni Punk-Rock

Le morceau ici analysé est intitulé Bouvines 1214. Ce titre est issu d’un Split sorti en 2008 et intitulé Haut les Cœurs et Mort aux Cons ! en collaboration avec le one-man-band Soirée Grisaille. L’auteur raconte dans ce morceau le déroulement de la célèbre bataille de Bouvines en 1214, opposant le roi de France Philippe Auguste à une coalition de puissances européennes, menée, selon l’historiographie médiévale, par l’empereur Otton IV.

Dans ce morceau, tous les codes du punk et de Paris Violence sont respectés : des guitares au son distordu et acéré résonnant en powerchords (des accords simples mais efficaces), une basse qui suit la guitare rythmique, l’auditeur retrouve aussi la voix rauque et tranchante de Flav. Une boîte à rythme est utilisée pour la batterie donnant un aspect froid et mécanique au morceau. Une mélodie aux synthés rappelle l’univers new-wave de Paris Violence et d’autres synthés, mis en valeur par un effet de réverbération, résonnent comme des chœurs  d’église et donnent une dimension épique voire héroïque au morceau, renvoyant l’auditeur au temps des chevaliers. La composition de Bouvines 1214 permet de poser un univers médiéval et d’accompagner un texte élaboré. 

Si la musique renvoie aux codes de la musique punk, l’originalité du morceau repose sur le thème abordé : la bataille de Bouvines. D’une part, cette chanson est la seule qui aborde l’époque médiévale dans la discographie connue du groupe, d’autre part le Moyen-Âge est peu présent dans l’univers punk en général.  L’auteur s’inspire d’un événement passé à la postérité car Philippe Auguste et des témoins contemporains ont su l’utiliser pour faire valoir la puissance du souverain. D. Barthélémy parle d’ailleurs de propagande et évoque les nombreux Te Deum louant la gloire de Philippe Auguste à l’occasion de la bataille. Même si Bouvines est un événement important, G. Duby et D. Barthélémy, les deux historiens de cette bataille ont relativisé sa place et l’ont replacée dans un contexte plus large: Bouvines permet de redistribuer certaines cartes de l’échiquier des puissances européennes de l’époque mais de manière limitée et contrôlée. En effet, l’empereur Otton IV fuit puis il est remplacé par Frédéric II à la tête du Saint-Empire. Jean sans Terre, roi d’Angleterre doit approuver le traité de Chinon. Et, après sa victoire, Philippe Auguste s’abstient d’occuper la Flandres alors qu’il avait mené une politique d’annexion auparavant, entre autres : la Normandie, le Poitou, la Champagne et la Bretagne.

Bouvines, l’épopée chevaleresque

Dans la chanson, Flav raconte l’avant, le pendant et l’après bataille en utilisant un vocabulaire historique et médiéval (l’oriflamme, l’ost, le haubert) ainsi que des mots et un vocabulaire soutenu (preux, pourfend, courroux) rarement utilisés dans le punk. En écoutant les paroles ou en les lisant, l’auditeur se retrouve lors de ce fameux dimanche de juillet 1214. Paris Violence propose alors un récit épique de Bouvines : il dépeint une bataille majeure de l’histoire de France sous la forme d’un récit héroïque en vers qui exalte un guerrier, en l’occurrence, Philippe Auguste. Bouvines est présentée comme une bataille grandiose et spectaculaire qui a fait la légende du souverain français. L’auteur semble se mettre dans la tête des personnages, de parler leur langage, et dans le langage que leurs contemporains leur ont prêté.

Le troisième couplet illustre parfaitement l’essence épique du morceau:

Armé de l’honneur de la France//Et de souveraine vertu//Philippe Auguste, preux, s’élance// D’azur au lys d’or revêtu//Il pourfend les rangs impériaux//Qui ont sali le Nom Divin//Comte Ferrand, comte Renaud//Craignez l’ire d’un Capétien !

Ici, Paris Violence présente d’abord la fonction du roi de France : le souverain incarne le royaume et en est responsable. Puis, l’auteur évoque l’apparat du roi fait d’azur et de lys d’or, les emblèmes héraldiques de la dynastie capétienne et par extension ceux du Royaume de France. Le lexique spécifique tel que preux ou encore il pourfend les rangs impériaux, renvoie au courage indispensable à l’idéal chevaleresque d’un roi de guerre et d’un noble du XIIIe siècle. Flav évoque aussi le Nom Divin qui renvoie à l’idée que la bataille est entre les mains de Dieu et que le roi combat en son nom. Celui qui gagne ce combat est du côté de Dieu. Les comtes Ferrand et Renaud sont des adversaires du roi de France, devenus les archétypes, avec Otton, de l’opposition au Roi Philipe Auguste à Bouvines. L’armée qui s’oppose au roi de France à Bouvines est une coalition divisée en trois colonnes : la colonne droite étant menée par Renaud de Dammartin, comte de Brabant, la colonne gauche est menée par Ferrand, Comte d’Artois et la colonne centrale menée par l’empereur Otton IV. Les deux comtes ont d’ailleurs été capturés par les armées françaises à l’issue de la bataille et une rancœur personnelle entre Philippe Auguste et le comte Ferrand a longtemps été fantasmée par l’historiographie.

 

 

[Refrain 3]

Le roi, désarçonné, est assailli de toutes parts//Ses barons accourus constituent un vivant rempart//Déjà il est en selle sur un nouveau destrier//Et furieux l’éperonne en se jetant dans la mêlée

 Le refrain suivant le troisième couplet développe d’autres aspects de l’univers médiéval. Il participe lui aussi au développement du récit épique de la bataille de Bouvines : Philippe-Auguste est présenté comme un chevalier et un combattant vertueux, héroïque. L’auteur décrit  d’abord un roi acculé, désarçonné pendant la bataille mais qui se relève, un roi et son armée débordés par les forces adverses. Cette vision relate en partie seulement la réalité. Les armées du roi de France étaient en infériorité numérique et, comme D. Barthélémy l’a montré, les chevaliers et les nobles français, qui incarnent des codes de valeurs, peuvent rechigner à tuer, d’abord parce qu’ils bénéficient d’une certaine autonomie au moment de la bataille, mais aussi parce que s’ils tuent un ennemi, ils peuvent être sujet à la vengeance de la famille de leur victime. Certains combattants ont donc préféré la capture de leur ennemi à leur mort.

Flav insiste aussi sur le courage et l’héroïsme d’un roi, répondant au standard du preux chevalier. Cette bataille, qui voit au maximum 1300 chevaliers français déployés, est, selon les contemporains et l’historiographie du Moyen-Âge, l’apogée de la chevalerie française et de son idéal alors que, paradoxalement, les fantassins ont joué un grand rôle dans cette bataille. Le refrain fait aussi référence aux barons, des membres de l’aristocratie tenant leur fief du roi et menant leurs troupes au sein de l’armée royale, l’ost. Les barons prêtent allégeance au roi et lui sont soumis, tout en bénéficiant d’une certaine autonomie au combat. La bataille de Bouvines est  une occasion exceptionnelle pour Philippe Auguste de consolider sa réputation de guerrier mais aussi sa puissance et sa légitimité sur ses vassaux.

Le texte est imprégné de l’imaginaire populaire de Bouvines ou bien de chroniques contemporaines à l’événement comme celle de Guillaume le Breton qui valorise Philippe Auguste et fait de cette bataille la consécration de son règne. Cette chronique écrite en vers (Gesta) et dans une autre version, en prose (Philipides) est la principale source sur la bataille de Bouvines. Cette chronique est à l’origine de nombreuses interprétations, de mises en scène de la bataille et de récits repris depuis. Elle raconte par exemple, que le roi, désarçonné, aurait été sauvé par ses chevaliers, notamment par son chambellan, Pierre Tristan qui aurait fait rempart de son corps pour le sauver. Ce que l’on retrouve dans les paroles de la chanson et qui s’inscrit dans l’héritage de la chanson de geste à l’image du vocabulaire utilisé.

Flav, réfugié du passé, fugitif du présent

Si Paris Violence traite des sujets comme la grande guerre de manière négative, Flav propose ici une vision enjôlivée de Bouvines. Le morceau raconte avant tout une histoire idéalisée de chevaliers que l’auteur oppose à son amertume de l’Occident contemporain et des sociétés modernes. Le thème abordé est ici traité de manière bienveillante, en complet décalage avec les autres morceaux, plus mélancoliques, plus agressifs et plus contestataires qu’il esquisse dans Paris Violence. Alors que plusieurs autres des textes  de Flav évoquent le réalisme urbain,  la grisaille des villes de banlieues ou encore la « déprime », les procédés qu’il utilise ici permettent ici de mettre en valeur l’héroïsme guerrier des chevaliers et d’exalter plus généralement la chevalerie.

Se pose alors la question de l’instrumentalisation de la bataille de Bouvines. L’auteur utilise-t-il ce fait historique à des fins idéologiques et politiques ? La référence à Bouvines est-elle mobilisée dans le morceau pour exalter la puissance de la nation Française face à l’Allemagne ? Cette interprétation de la bataille n’a plus cours depuis plus d’un siècle et semble désuète en 2008, à la sortie du morceau. De plus, Paris Violence, jusque dans des disques très récents comme Pour le repos de nos âmes, édité dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre par une coproduction franco-allemande, pourfend le chauvinisme. Pourtant, pendant très longtemps, lors des conflits contre les Habsbourg au 16e et au 17e siècle, puis lors de la guerre de 1870 contre la Prusse ou encore pendant la Grande Guerre, la bataille de Bouvines a effectivement permis de chanter la supériorité de la nation française sur celle de l’Allemagne. Cette lecture, erronée puisque la coalition était avant tout composée de soldats Flamands et Anglais, a progressivement disparu après 1918, tandis que la mémoire de Bouvines s’est apaisée.

La valorisation du Moyen-Âge et de la chevalerie pose aussi la question de l’utilisation politique de la bataille : l’auteur idéalise-t-il Bouvines par nostalgie royaliste ? Cela est peu vraisemblable. Flav, dans ses textes et son œuvre semble rejeter toutes formes de pouvoir politique, une posture inhérente à la philosophie de son œuvre et à une partie du mouvement punk.  

Plus qu’une idéalisation ou une instrumentalisation de l’histoire, Paris Violence témoigne davantage d’un goût de l’épique et d’une fascination pour l’histoire militaire. Par ailleurs, lorsque Flav évoque la Grande Guerre dans ses textes, il revendique une « fascination pour une certaine mythologie militaire […] sans se revendiquer d’aucun militarisme »[xii]. L’auteur de Paris Violence semble utiliser le thème de la guerre par attrait esthétique sans aucune perspective idéologique. Bouvines 1214 serait alors  avant tout une histoire de roi et de chevaliers. C’est d’ailleurs ce qu’on retrouve sur la pochette du split :

© + ® Paris Violence

La thématique du Moyen-Âge et l’utilisation du merveilleux médiéval servent avant tout à s’échapper de la réalité glaciale du présent, à rêver et à créer. Flav utilise un éthos mythifié pour faire face à une réalité contemporaine reniée et rejetée, dans la continuité de son projet artistique. D’ailleurs, l’artiste se revendique du nihilisme, philosophie qui peut induire un rejet de l’absolu qu’il soit religieux ou politique, en témoigne sa trilogie nietzschéenne, parue à la même période que Bouvines 1214, La tentation du NéantLa Nostalgie du Chaos et La Fascination de l’Abîme [xiii].

Pour aller plus loin

La Bataille de Bouvines :

  • Dominique Barthélémy, La bataille de Bouvines, Histoire et légendes, Paris, Perrin, 2018
  • Georges Duby, Le dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973

Paris Violence et la Grande Guerre :

  • André Loez et Nicolas Offenstadt: La Grande Guerre: Le carnet du centenaire, Paris, Albin Michel, 2013
  • Nicolas Offenstadt, 14-18 aujourd’hui: La Grande Guerre dans la France contemporaine, Paris, Odile Jacob,  2010 

Webographie :

Sur Paris Violence :

Sur Bouvines :

Vidéo :

[i] La OI! est un dérivé du Punk

[ii] Temps de crise, 1998

[iii] EP, signifie Extended Play, un format musical plus long que le single mais plus court que l’album

[iv] Un premier split avec Symphonie Urbaine avait déjà été produit en 1998, Violence urbaine (EP) et un autre avec Hetairoi en 2006, Indoctum Iuga Ferre (mini LP) ; il s’agissait cependant de formats « courts ». 

[v] Budapest 56 et Retour à Budapest,

[vi] De la vodka et du sang, Ungern Sternberg

[vii] Noël légionnaire et Les centurions

[viii] Char d’assaut

[ix] Impossible n’est pas français

[x] Raison d’État

[xi] Nicolas Offenstadt, 14-18 Aujourd’hui, La grande guerre dans la France Contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010 p. 91

[xii] Nicolas Offenstadt, 14-18 Aujourd’hui, La grande guerre dans la France Contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2010 p. 97

[xiii] Le titre générique de la trilogie est L’Appel des ténèbres

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.